“on a loué une maison à Belle Ile en Mer… VIENS!” l’enthousiasme de Lili était tellement communicatif!

Comme d’habitude, suis arrivée sans prévoir quoique ce soit (mon présent me prend tellement de temps, suis parfois incapable de me figurer les jours qui viennent). dans le train, je pensais “ce sera doux, on portera des combi intégrales en pilou, enfin non, en Heat-tech parce qu’on est des gens modernes, on fera du thé et puis, on regardera la mer de loin, au coin du feu.”
Je n’avais pas imaginé les émotions que j’allais y trouver. le bleu majesté sur la mer déchainée, l’écume en mousse et ses vibrations lyriques, le vent qui pouvait soulever les pieds… je ne savais pas que ça existait. parfois, c’était difficile de tenir les plans, tellement ça soufflait, tellement c’était beau. ça me vrillait. ça nous faisait rire.

et les corps de nos enfants étaient comme enchantés. sous cette tempête de lumière. fatigués par leurs bottes pleines d’eau et la joie de s’en foutre.

en rentrant le soir dans la voiture, Lili nous a dit “et que se passe t il maintenant si vous passez la langue sur votre bouche? -hihihi c’est salé!”

parfois je vous jure, ça me fait peur toutes ces émotions. tellement viscérales, tellement violentes. J’aspire à du fade

mais ne peux m’empêcher de lui préférer ce goût sublime d’iode sur mes lèvres. merci ma Lili. et baisers doux à vous tous.

 

James Blake – Dlm