Beauty portrait

Rouge Bénédicte

 

Bénédicte, mon amoureuse de Saint Briac. Elle m’attendait de super pied ferme avec ses 40 rouges à lèvres pour que je lui donne mon avis (de spécialiste). évidemment, il a suffit que l’on s’y mette pour qu’elle trace sa route toute seule. on pense que la réponse est chez l’autre mais en fait tssss… le graal est en chacun de nous.

Bénédicte, tu sais pas comme t’es belle!

Réaliser pour David Mallett, 4e : les beaux parigots


Le grooming des Parisiens selon David Mallett par VOGUEPARIS

 

cela faisait longtemps que je n’avais pas réalisé pour David. nous revenons avec cette vidéo, SOMPTUEUSE, vous en conviendrez, avec en prime non plus 2 mais 5 beaux gosses sa mère. c’est la première fois, si vous me suivez (PARCE QUE VOUS M’AIMEZ)(NAN?), que je réalise une pure fiction. et ben ça a été très compliqué au montage, m’a vachement plu!

alors, ne me remerciez pas et ravalez votre bave svp, car l’heure n’est plus au quatre heure, non, l’heure est grave : on a décidé avec l’équipe de vous gâter d’avantage encore avec un nouveau concours. comme vous l’avez peut être remarqué, la vidéo se termine par un “to be continued”, car oui il y a une suite!!!!!! naannnn???? ssssiiiiii!

alors voilà j’aimerais que vous me laissiez en com la suite que vous imaginez à cette vidéo. vous pouvez vous copier les un(e)s sur les autres, vous inspirer, fomenter des fausses pistes, commenter plusieurs fois, tous les coups sont permis. je suis assez certaine que vous allez me concocter des histoires de maboules (bien plus inventives et complexes que celle finalement réalisée). alors si ça part en sucette, je vous laisserai faire et on rira très fort tous ensemble, je prendrai alors la piste la plus drôle; si au contraire, vous êtes sérieux(ses) et vous rapprochez de la piste, alors je vous aiderai peut être dans les com!

hum… la méthodo selon moi c’est d’essayer de comprendre ce qu’il se passe dans cette première vidéo du début à la fin… je dis ça, je dis rien.

vous avez jusqu’à la révélation de la 2e vidéo (lire : je n’ai pas de date). et le lot, beh c’est un massage à l’huile chaude (j’ai essayé et c’est divin) suivie d’une coupe avec Etienne ou Rishi. la folaï! les personnes vivant en province et ne venant jamais à Paname pourront recevoir des produits. la fo-la-yeu!

allez tous à vos claviers!

encore merci au café du Moulin de Vierge de nous avoir si bien reçus, et au Vogue Hommes International pour la publication en exclu de cette vidéo!

belle semaine à vous!

Marie Gillain : Venus Intimate

Mais quel cadeau! Quel cadeau! Marie Gillain m’a laissé carte blanche pour la filmer, en ajoutant “je n’ai pas demandé à l’équipe mais je pense que ça ne posera pas de problème”. en effet, j’ai trouvé derrière les coulisses, une sorte de petite famille bienveillante. je pensais filmer Marie dans sa préparation uniquement mais finalement, ça plaisait à tout le monde que je puisse rester en coulisses pendant toute la durée de la pièce. et qu’il s’agisse de Nicolas Briançon, son partenaire sur scène, Jérémie Lippmann, le metteur en scène, de toutes les personnes travaillant au théâtre, tout le monde, pendant toute la soirée, tout le monde y allait de son chuchotement “pssst, viens par ici, tu vas voir, c’est sympa… attention on ne voit pas la marche!”

j’ai été touchée par l’intensité de Marie. hyper nature en arrivant, dans son jean et sweat zippé, pas maquillée, pas coiffée, puis se transformant petit à petit en déesse rock de l’amour. Son énergie aussi juste que débordante sur scène, passant de la femme sage en grand robe blanche à la dominatrice déjantée en porte jarretelle et bustier noirs, dégotés chez cadole. j’ai été touchée par l’accueil de Jérémie, si doux aussi avec ses acteurs (les petits mots là, chaque soir, c’est pas croyable ce truc!). la reconnaissance et le respect qu’ils ont l’ un pour l’ autre. en allant boire un coup après la représentation, Marie m’a raconté que lors de lors premières séances de répétition, alors qu’elle se sentait encore pas mal “rouillée”, Jérémie s’était montré très encourageant à son égard “vas-y Marie, t’en as plus dans le ventre là, tu peux y aller!”. aujourd’hui, beh ça dérouille bien du coup! et moi, de faire comme partie de l’équipe le temps d’une soirée, ça m’a totalement transportée.

pour ceux qui se posent la question, j’ai aussi vu la Vénus à la Fourrure de Polanski. les ambiances, les incarnations, les mises en scène sont très différentes. si bien que certains l’un, pas l’autre, inversement, la plupart, dont je fais partie, aime les deux Vénus, la première plus lugubre, plus libidineuse, la seconde jouant sur plus de facettes, de décalages (par exemple, on y rit beaucoup alors que le film m’avait glacé). C’est d’une folie époustouflante!

j’espère que la vidéo vous a plu. le pièce cartonne à Paris au Théâtre Tristan Bernard, depuis 6 mois (par ici pour les dernières résa) et s’arrête le 18 avril avant de reprendre pour une tournée en France dès la rentrée prochaine. courrez-y! go, Go, GOoooOOOooO!

un grand merci à Marie et à toute l’équipe, à Nicolas Voulzy et Charles Souchon aussi pour l’utilisation de leur musique, composée en clin d’oeil au morceau Venus in Furs des Velvet Underground, qui a donné son nom à la pièce.

mille mille bises!!!!

 

EDIT // LA VENUS VIENT DE RECEVOIR 3 NOMINATIONS AUX MOLIERES / MEILLEURE ACTRICE, MEILLEUR ACTEUR ET MEILLEURE PIECE. BRAVOOOOO!!!!

Bouziane : le corps salvateur

 

Je suis tellement mais tellement émue! Bouziane, et moi nous sommes rencontrés il y a un an et demi. Je le trouvais fripouille avec son chapeau et son accent de Tarbes et n’ai découvert son travail, si profond, si beau, si politiquement engagé, je ne l’ai découvert qu’en mai dernier pour son spectacle Altérité. Je l’avais d’ailleurs filmé à cette occasion, en même temps que Jann (vous vous souvenez d’elle?) mais n’ai jamais pu monter cette vidéo.

Bouziane à l’époque, bien avant les attentats donc, me parlait déjà de sa prochaine pièce “tu voudras bien me filmer encore?” Les images que vous voyez ont été filmées en décembre dernier, lors d’une présentation de Réversible faites aux professionnels.

Je suis très émue quand je repense à ce moment, parce qu’en regardant Bouziane danser, j’ai tout de suite compris, au delà du propos plus universel sur l’oppression corporelle et psychologique, j’ai tout de suite compris la genèse plus personnel de son message. C’était incroyablement beau et douloureux en même temps, ce corps qui par delà les mots “me” parlait…
Je suis émue aussi en repensant à notre interview filmée. Elle a duré près d’une heure en vérité (Qu’il me pardonne de l’avoir autant coupé!). Il m’a raconté un milliard de choses, mais je voyais, je sentais “ça”, cette chose la précisément, ça ne sortait pas. Les mots lui manquait… Alors je lui ai dit “si tu as envie de nous raconter autre chose, tu peux aussi m’envoyer un enregistrement complémentaire”… ce qu’il a fait. et ce qui s’entend d’ailleurs parfois dans la vidéo du fait des qualités différentes de son.

Que tout cela se soit passé avant les attentats de janvier m’interroge. Je le précise car cela décolle son propos et son combat du drame qui est arrivé ensuite. D’une certaine manière, ça le rend plus pur. En même temps, le fait qu’il le maintienne, alors que tant de spectacles jugés “sensibles” ont été annulés, force mon admiration. La liberté peut être si belle lorsqu’elle vous délivre à ce point de la peur.

Dans sa quête, dans sa transformation, Bouziane m’inspire un respect et un courage immenses, que peu d’artistes, peu de personnes sont capables d’incarner.

Merci du fond du cœur!

ps : Bouziane revient du Maroc où son spectacle a rencontré un grand succès. 2 représentations sont programmées à Tarbes, 10 autres pour le festival d’Avignon. et j’espère qu’on le verra très vite à Paris. longue vie à Réversible!

Chassol : le Soleil Mélodifié

 

La vie est un peu surprenante. il y a quelques mois, un ami m’envoie cette vidéo incroyable de beauté “peut être cela relancera-t-il ton processus de réconciliation avec l’Inde!” qu’il m’écrit! (on reparlera peut être un jour de ce désamour, mais c’est un autre sujet). je clique et là je tombe raide, mais raide vous pouvez pas savoir. tellement simple, tellement pur, tellement beau. la musique, les images, les répétitions. tout me plait. je vois alors “Chassol” ( à ce moment là, je ne sais pas que c’est le nom du compositeur, ça pouvait aussi bien être un nom d’album, de projet, celui du vidéaste, que sais-je?). je google. et tombe sur son profile, son album Indiamore (il est pas génial ce titre?). et là je tombe raide, mais raide, raide, raide. j’achète l’album (ICI), me le passe en boucle. je suis émue par la corporalité des voix, des discussions “mélodifiées” comme il dit. et puis la texture du clavier, les mélodies. ses musiques crées de cette manière m’évoquent mille images… mille voyages. évidemment.

viennent ensuite les attentats de Charlie. l’album continue de m’accompagner comme un refuge qui doit rester là avec moi, autour de moi. un peu comme les paillettes qui ne me quittaient plus. eh oui, je mets alors “Music is God, My Love” pour mon tutoriel “Golden Resistance“.

beh vous savez quoi, son attachée de presse lit le blog. Nan? Siiiii! beh hey, Judith a organisé un tournage! elle m’avait mise au courant que Chassol sortait un autre projet, BIG SUN, sur le même principe mais en Martinique (Chassol en est originaire). j’ai juste eu le temps avant le ddv, d’aller voir le spectacle en forme de sculpture cousue main sur Arte, mêlant la vidéo à la musique (ouais, bien sûr, je tombe raide, mais raide). en arrivant chez lui, je suis accueillie par un autre attaché de presse. je comprends que je ne dois pas faire de bruit. en fait, un journaliste est là avant moi, et puis après, Chassol doit se préparer pour… le Grand Journal (juste). et là, je me mets pas du tout la pression, mais alors DU-TOUT. et puis la suite, vous venez de la voir… du soleil quoi.

merci infiniment pour cette générosité, pour cette grâce. c’était absolument magique de rentrer dans le processus créatif d’un artiste qui sans le savoir m’a déjà tant accompagnée.

Waaaaa-hou!

j’espère que cela vous a plu, longue vie à BIG SUN; désormais dans les bacs, allez-y cliquez!

mille bises à tous, et très beau weekend!

Lili, 4 ans!

Lili chérie a fêté les 4 ans de son blog, il y a… 2 mois (HAHAHAHAHA) et je lui avais promis une vidéo en cadeau d’anniversaire. eh bien, la voici! alors, je sais pas pour vous, mais pendant toute la soirée, alors que j’essayais de me frayer un chemin entre les keuss cheunel, les petits fours gluten-free et les plumes d’autruche (on était chez David Mallett, indeed), je me disais… ah ouais, on peut fêter l’Anniv de son blog comme cela! Lili a un tel sens du luxe et DE L’ORGANISATION (sans déconner, si je me lance dans un truc pareil, vous me retrouverez en soins intensifs post burn-out, avant même d’avoir fait la rée-soi!)(sympa la before!).

bon sans rire (on rit trop ici), ça m’a un peu coupé le souffle cette soirée. à un moment on voit Dorothée, la co-fondatrice de My Little Day, venir saluer l’incroyable Fonelle “bon j’ai pas l’habitude de faire ça, mais je vous aime tellement, je vous suis depuis tellement longtemps, que je me suis dit “vas-y!” alors voilà… JE PEUX VOUS FAIRE UNE CALIN?!”. Bon, moi pour le coup, j’ai pas osé, et me suis contentée de filmer… haaaa ce qu’on peut être con à rester derrière (une caméra)!

bref, Lili était entourée de tous ses amis, de toute la profession. elle fêtait les quatre ans de sa nouvelle vie depuis le lancement de son blog, en lançait la nouvelle version (qui, allez voir, est incroyablement belle). elle était heureuse et tellement pleine d’émotion que c’était tout simplement… trop beau!

happipip… hourra!

ouais, c’est encore Chassol pour la musique…

Peter : le Vaudou et la croix

waaaahououououou! j’ai adoré l’album de Vaudou Game, Apiafo, dès la première écoute, l’ énergie invraisemblable qui s’en dégage. de l’amour, de la transe, ce côté fait main que l’on ressent très très fort. et puis ce personnage enturbanné de blanc, très fraîchement vêtu de jaune, torse nu, ses bras, on dirait deux lianes, non? et qui, semblerait-il porte un millier de colliers…

nous avions déjà parlé de ce glissement qui me fascine tant, entre la personne et le personnage. à la ville, puis sur scène, comment on crée de la beauté, par “respect”, pour “honorer”… j’adore, j’adore cette idée.

pour ceux qui veulent savoir plus, il y a ici, une vidéo incroyable parue sur Arte, sur leur dernier concert aux Transmusicales. ils repasseront à Paris aussi le 12 février… ON Y VA?!!!

encore merci à Antoine, leur manager et à Julien, co-fondateur de leur label, Hot Casa Records, spécialisé dans la musique afro-soul et tropical-funk, et surtout dans la ré-édition de perles que l’on croyait perdues. Julien a notamment filmé toute la préparation de Peter (parce qu’il a très bon oeil aussi ;p)

Vaudou Game – Apiafo

Mathilde : to B. or not to B.

aie aie aie, je tremble, je tremble! cela fait des semaines que j’hésite à poster cette vidéo. j’ai peur que vous n’aimiez plus Mathilde parce qu’elle va peut être se mettre du botox! Elle ne voyait au contraire pas de problème à ce qu’on en parle ouvertement, sincèrement et ça m’a émue cette confiance qu’elle a eu envers moi, et quelque part envers vous aussi. Je compte donc sur votre bienveillance.

cette question du vieillir et des réponses que nous y apportons, m’intéresse énormément. et ça fait quand même bien chier ce naso-génien désormais installé sur le coin de ma bouche!!! c’est un sujet que j’aborde avec beaucoup de personnes de mon entourage, d’autant plus que ma mère fait de la médecine esthétique (ah non ça y est vous n’allez plus l’aimer non plus!)(damn!). je crois cela dit que c’est la première fois que l’on me dit “j’adore vieillir, mais je ferai du botox parce que la société l’exige et que j’ai pas que ça à foutre de lutter contre”.

le visage vieillissant sera-t-il un visage militant?

le très bel article de Lise de Tendances de Mode sur la médecine esthétique m’avait fait dire que c’était peut être une nouvelle norme. et puis au fond, y a t il une différence fondamentale entre mettre des crèmes anti-rides (qui LUTTENT EFFICACEMENT CONTRE le vieillissement)(notez la sémantique) et le fait de s’oxygéner le sang, de se pomper la graisse des cernes, de se foutre la graisse des genoux dans les seins, de se piquouser?! y en t il vraiment une? ou est la différence entre prendre soin de soi et le fait de ne pas accepter les marques du temps? Mon frère Lâm me disait : “ça se trouve, c’est nous les réac, on juge des gens qui sont tous contents de leur dernière intervention chirurgicale. ça se trouve, c’est nous les cons.”

effectivement, il y a tout autour de moi, des personnes très heureuses de ça. et moi même, pendant ma première grossesse, m’étais dit que je passerais sur le billard si mes seins finissais en gants de toilettes. je n’ai rien contre le principe de modifier son corps/ hummm… sans doute y a t il une différence dans la fréquence des interventions. c’est pas pareil de refaire ses seins et de refaire ses seins + le nez + les pommettes + xxx + xxxx…. (oui oui je vous envoies des bisous, xxx)

Mathilde, elle part de l’autre côté du spectre, c’est pas que l’intervention va te rendre heureux, c’est que pas d’intervention peut carrément te rendre malheureux : “t’as pas fait ton botox, ce job, tu l’auras pas”. pour elle, le vieillissement peut empêcher de vivre, non parce qu’on ne l’accepte pas mais parce que les autres ne l’accepte pas. qu’en pensez vous?

je finis ce post foutraque (parce que justement, je n’ai pas une pensée claire sur la question) avec l’incroyable article de Lili de ma récréation dans M, le monde sur la dictature de la beauté à NYC. la thèse développée est que la lutte contre le vieillissement apparent n’est pas la peur de la mort, comme on pourrait le croire (c’est plutôt logique) mais un besoin d’afficher une performance, du contrôle, de l’anti-laisser-aller. SO SCARY BABY! et en même temps, quelle est encore une fois la différence avec le fait de se mettre des crèmes?

vous me direz, “ça se voit les interventions” et je vous répondrais, c’est comme un fond de teint mal posé. ça n’est qu’une question de temps de réaliser des interventions qui te métamorphosent la face, tout en restant imperceptibles. donc pour moi la question n’est pas vraiment là.
et la chirurgie esthétique ne veut évidement pas dire que tu vas ressembler a jackie Stallone!

bon allez, help! qu’en pensez vous?

encore merci à Malthilde pour son honnête; grâce à toi, notre cerveau progresse!

 

 

La Fiancée du Facteur : créatrice romantique et aventurière

 

Je suis très fière de vous (re)présenter Pénélope et sa nouvelle collection pour la Fiancée du Facteur, les Néréides. plus elle m’en parlait et plus je voyais son auto-portrait se dessiner sous mes yeux. Pénélope, chasseuses de pierres précieuses, si belle en blonde, si drôle avec son sifflet, fille d’Indiana Jones et d’une Néréide! A travers cette collection, le choix et la recherche de chaque pierre, l’élaboration de ce collier incroyable, je me suis rappelé de ses débuts (ici-même) et me suis dit : quelle envolée! et quelle femme!

(Et voici encore pour nous toutes, une belle réflexion sur la féminité…)

cette collection sera très bientôt en vente chez lexception.com (encore eux), elle l’est aussi sur son site, et sur le génial et très prisé notjustalabel, basé à Londres.

beaucoup, beaucoup d’admiration… et je dis pas ça parce que c’est ma belle soeur.
Viva Pénélope!

Richard Reed Parry – Quartet for Heart and Breath

Mathilde : l’épanouissement du féminin

Vous connaissez Mathilde, aka Dr. Shooooes, depuis que nous avons réalisé ce fameux cours de Shoeleur chez Prada. j’aime retrouver Mathilde et son intelligence pétillante, dans son regard ouvert (merci le oi-d), sa bouche “rouge coraillisé” et étais assez certaine qu’elle aurait mille choses à partager sur le thème de la beauté (en plus de ses 2 produits qui se battent en duel).

nous avons déjà parlé de ce thème : la féminité (et on avait eu très très chaud!); et même si je m’interroge sur cette idée de construction sociale, peut être en arrivons nous à la même conclusion : ça a vraiment à voir avec le grand Autre, ici l’homme qu’on aime. pour moi, il y a construction sociale, puisque l’on parait ou que même l’on “est” “plus” femme, plus belle, une fois maquillée, que ça nous parait “naturel” et “objectif” tellement c’est intégré alors que l’on trouverait ça extrêmement bizarre porté sur ce grand Autre qu’est l’homme. il n’y a donc vraiment rien de naturel là-dedans, j’en conviens, cette manière de se faire belle, c’est culturel, social. en même temps, je ne m’imagine aucune société où il n’y a aucune manière de montrer, sublimer son féminin, et j’ajouterais, son masculin (pour les hommes), ce qui reviendrait à dire que les signes de la mise en beauté sont bien culturels mais que l’élan essentiel serait universel et donc… naturel. se faire beau, n’est ce pas tout simplement montrer une part de son… Humanité?

qu’en pensez vous? mille bises

Mathilde porte de la vaseline teintée Lip Therapy, une poudre (coupée au montage) de T.Leclerc, le Blush Orgasm de Nars (on a dit au moins 1 par jours!), le mascara respectissime Ultra-Doux de Laroche Posay, le lip Audacious Envy de Nars (oui c’est grâce à elle que je l’ai découvert ;p)

Hong Loan by Fred… by Timai

oh mais ca faisait tellement longtemps que je ne vous avais parlé ni de Fred, ni de ma mère! hahahha, finalement, vous le verrez dans un prochain projet à lui, Fred coiffe toute la mille-fa

ah ouais maman, donc tu veux une coupe… “sexy… folie”?! hahahahah!

je voulais vous parler de la relation mère-fille aujourd’hui. relation très complexe, la “mère-fille”, n’est ce pas?
pour tout vous dire, on (mes amies femmes surtout) me demande souvent : “mais, ça n’a pas été trop dur d’avoir un mère comme ça?!” ben oui, ma mère est un personnage tellement haut en couleurs (!). tellement libre, tellement décomplexée, tellement sexy-folie, tellement médecin à 15 diplômes d’états, tellement admirée par ses patients, convoitée par les hommes. tellement… tellement! il m’est arrivé effectivement de me sentir invisible à ses côtés. grandir avec un tel personnage, c’est génial et complexe. notamment dans la construction de sa féminité. parce que ma mère, si tu lui demandes de choisir entre un imprimé, un décolleté, des paillettes et talons aiguilles, beh, elle prend tout en même temps! hahahah
et moi je n’avais pas envie de la même chose.

Opposition?

parfois je voulais qu’elle brille moins, pour me laisser de la place. j’ai passé quelques décennies en mode Angela Bowers vs. Mona. et ça me gonflait.

et puis, un jour, j’ai compris qu’elle aussi ça l’a gonflait. et je me suis rendue compte qu’elle était juste… comme ça. que c’était plutôt génial et que je n’y changerais rien de toute façon car cela n’avait rien à voir avec moi. qu’elle brillait, et brillerai toujours, mais que cela ne se faisait pas à mes dépens. que je pouvais prendre la place que je voulais… avec ou sans dentelle. et construire une autre relation à elle.

prendre sa place, rencontrer sa mère de cette manière, est une chose finalement très commune, mais tellement peu banale. et putain, ce que c’est bien! il n’y a pas de danger à se construire ni à l’identique, ni à l’opposé, les deux faces d’une même pièce, finalement. il fallait le faire différemment, et dans ma propre vérité. je m’y efforce encore aujourd’hui, parfois. Je pense souvent a mon prof de danse quand il nous explique un nouvel exercice “ah oui, c’est dur je sais que c’est dur. Mais ce sera tellement simple quand vous aurez compris. Cnest sur parce que vous n’avez pas encore compris.”

big big love à tous, mouah mouah mouah à Fred.
and dear sexy-folie-mummy, i love you! hahahahah!
et je vous envoie des millions de bisous, ermeveillée par …. le bruit des vagues et les bleus savants de l’ile Maurice!!! to be continued! naaaaannnn?!!! sssssiiiiii!

Tomoko : Hypnokissima!

Quelle beauté! Tomoko est la créatrice de la marque de bijoux Tomokissima. j’ai rencontré cette japonaise née à Milan, ancienne danseuse contemporaine (d’où sa référence à l’improvisation lorsqu’elle crée des bijoux), il y a 1 an déjà, lorsque notre ami en commun, hiro nous a présentées. “You will like her”. Je l’ai trouvée effectivement tellement élégante. D’un raffinement infini. Timide. et ses mains, et ses créations! vous m’avez d’ailleurs déjà vue les porter ici et ici mélange d’une Italie baroque et d’un Japon aux formes organiques, sensibles. Grande, grande fan.

la marque de cosmétique japonaise qu’elle cite est Cosme Decorte : effectivement les japonais sont des expertes, en couleurs comme en textures et j’ai aimé ce mélange culturel, encore une fois entre des textures de l’est et des couleurs d’ici (les japonaises ne mettent d’habitude pas de couleurs fortes, comme ici le rouge)(j’en fais donc un nouveau #spotted, après 6 mois de bleu franc).

Tomoko n’est pas encore vendue en France mais cela ne saurait tarder. je lui souhaite une très très belle route! et vous embrasse très fort!

What a beauty! Tomoko is the creative mind behind the jewel brand Tomokissima. I was introduced to this Japanese woman, born and based in Milan, former contemporary dancer, 1 year ago when our common friend Hiro, introduced us. “you will like her”. indeed. i was enchanted by her elegance. extreme refinement and shyness. and all her jewels are so incredible. I wear them quite ofently and you so them here couple of times. they mix a Italian baroque spirit and organic, sensitive shapes of Japan. i am really fond of them.

the brand she is talking about is “Cosme Decorte” : japanese women are experts in textures and colors. and i like the way she mixes textures from the East and colors form the West (usually, Japanese women don’t wear red lipstick).

Tomoko is not sold yet in France, but i am sure it won’t be long before she is. I wish her good luck and kiss you warmly!

Steve Reich – Music For 18 Musicians

Agathe : superGagnante du concours Armani Sì

l’année dernière nous avions organisé un très grand concours vidéo que vous aviez suivi avec enthousiasme pour le parfum Armani Sì. Agathe, la gagnante a bien passé sa journée à Paris, en ma compagnie. Ce Beauty Portrait, c’est mon cadeau!
20 ans seulement, je l’ai trouvée tellement jolie! et puis, sa soeur Lena, sa jumelle. en arrivant chez Armani, je ne savais plus qui regarder! et on a beaucoup discuté, elle m’a raconté toute son histoire, son envie de venir étudier du design à Paris “mais je serai jamais prise”. je lui ai dit d’y croire. évidemment que depuis, elle a été prise.
prenons confiance en nous! on vaut de l’or les chéris, de l’or!

encore merci à la marque, à Emilio, le super maquilleur qui a été si doux et prévenant.

Sì à ces gens, Sì à ces moments, Sì à Agathe!

La vidéo d’Agathe

Mr. Ramires et le C15 Crew à l’Hotel de Ville de Paris

Vous souvenez vous de Radelph qui finissait la précédente vidéo “Bien sûr qu’on va gagner… Wesh!”? Les loulous n’ont pas gagné. ils sont “juste” arrivés Vice Champions de France… wesh! après 3 jours de compétition, avec des gens qui venaient de la france entière, de la Réunion et tout, et tout! BRAVOOOO!

Mr Ramires m’envoyait des images, des nouvelles, “j’ai pas peur de te le dire, ils m’ont fait pleurer” qu’il m’écrivait. je croyais l’entendre avec son accent du sud, je vibrais pour eux tous, mais à distance et puis deux semaines plus tard, un sms : “Hidalgo organise un grand spectacle à l’Hôtel de Ville pour encourager les jeunes talents de France, nous sommes sélectionnés!”

La période était difficile pour moi, ça tombait pas bien, mais on commence à se connaître hein, j’allais pas les laisser sans souvenir, sans trace de tout ça. je suis arrivée, estomaquée par la beauté des lieux, si grands, si hauts, si chargés d’histoire. Ramires avait mis une veste et un chapeau, les enfants étaient si beaux (les champions de France du collège Colette Besson, avec qui ils sont devenus amis, aussi)… les images sont venues d’elles mêmes… je suis ressortie totalement vidée par l’émotion, la fatigue, j’ai perdu mon pass autolib entre le moment où j’ai ouvert la porte de la voiture et celui où je l’ai fermée. j’ai ensuite loupé mon avion… nan mais ça va pas du tout la meuffe! elle devrait sérieusement faire du MBSR

il m’a fallu un mois pour faire le montage. dont 3 semaines à ne pas oser m’y mettre. je suis bloquée parfois. parfois, j’ai peur. vous aviez tellement aimé la première vidéo. et puis les enfants, j’avais finalement tellement peur de les décevoir. “t’es con!” me dit Ramires. on se tutoie.
j’avais déjà mes idées. j’avais déjà Lou Reed. mais tout me semblait insurmontable. et puis, on commence à se connaître hein, j’allais pas filer le montage à quelqu’un d’autre?! TOUT CA PARCE QUE J AI PEUR ET QUE JE FAIS PAS ASSEZ DE MBSR?!!! alors j’y suis allée petit à petit, exactement à l’opposé du premier Ramires (oui “Ramires” est devenu un nom de projet chez moi) que j’avais monté en une soirée, directement après avoir tourné. bref, petit à petit, mes idées prenaient formes, certaines ne fonctionnaient pas, d’autres émergeaient. petit à petit, je n’avais plus peur.

pour m’aider, Mr. Ramires m’a même proposé de lui envoyer la vidéo “je te dirai si ça va pas”. mais j’ai décliné. c’est mon cadeau pour les loulous, pour les parents, pour lui. et pour vous évidemment. Je ne sais pas encore si ça leur plaire mais c’est pas échangeable, ni remboursable. Car c’est fait avec tout mon coeur.

mille baisers à tous et… vive la France!

Lou Reed : Coney Island Baby
Esta. : Blessed