Beauty portrait

Stan : la vie de Château

“allo Stan, qu’est ce que tu deviens?

– beh avec ma femme, on est châtelains?

-… t’es marié?!!!”

je connais Stan depuis l’essec, mais à l’époque, on n’était pas encore copains (j’en avais pas trop des copains à l’école). on est devenus potes ensuite quand on a commencé à travailler chez Lancôme. on se marrait tout le temps. tout le temps. puis on s’est perdus de vue. un jour, il me contacte pour demander mon avis sur son nouveau projet, qui depuis a vu le jour. ça s’appelle Plume d’Eléphant. le principe est simple, tu lui racontes ta vie et il en fait un livre. il est en réseau avec 60 écrivains partout en France pour développer cette idée magnifique de coucher sur le papier les mémoires extraordinaires de gens (sois disant) ordinaires. merveille.

un jour, est venu l’idée que l’on parte lui rendre visite. je ne connaissais toujours pas Amélie, sa femme, ni ses 3 enfants. Pour la faire courte, Amélie a eu un coup de foudre pour ce Chateau et a proposé à Stan une nouvelle vie. Roujoux a été vendu au prix d’un 2 pièces à Paris et ils s’évertuent ensemble à le retaper. Amélie s’occupe du gite attenant au Château (parfait pour visiter la région des châteaux de la Loire, et notamment le festival des jardins de Chaumont pdt l’été, que l’on voit dans la vidéo) et Stan de développer son (autre) bébé. j’ai évidemment totalement halluciné sur cette demeure, leur vie là-bas, mais ce qui m’a le plus émue c’est la force incroyable et si douce de ce couple amoureux et de ce père de famille si épanoui.

longue vie à Roujoux et à ses fabuleux châtelains!

 

Djeuhdjoah & Lieutenant Nicholson – Remets l’Audio

Bruno & Nicolas : une histoire ultra-sex (int. aux -16ans)

ATTENTION / CONTROLE PARENTAL TO THE MAX : CETTE VIDEO EST A VOIR ENTRE ADULTES!!!!!

L’autre jour, je me retrouve invitée par un ami de longue longue date pour aller voir A la recherche de l’Ultra-Sex au Max Linder. j’avoue avoir longuement hésité. C’est vraiment spécial de se retrouver dans une salle de 600 personnes à regarder un porno! (sans déconner!) j’avais vachement d’appréhension, comme tout le monde j’imagine; le film commence et là, je pense que les 600 personnes ont passé 1h30 à rire non stop. non en fait on riait pas, on hurlait de rire (me dîtes pas “surtout toi non?”). réalisé sur le même principe que “Message à Caractère Informatif“, leur série culte réalisée à partir de films d’entreprise, c’est sans jeu de mots bidon, c’est le film le plus WTF que j’ai jamais vu. je peux même pas vous décrire le truc tellement c’est… je peux pas! mais si vous voulez découvrir comment faire l’amour en patins à roulettes, n’hésitez plus!
alors après, je sais pas comment, je me suis retrouvée dans cette chambre SM d’un love hôtel… hahahah

pour les parisiens, le film se joue au Luminor tous les samedis de l’été à 22h! allez y entre potes. je vous assure. à la projection, j’ai même vu les parents de mon ami!!!

encore merci à Bruno et Nicolas, vous être supers!

Géraldine : les 10 ans de Café Mode


Aïe aïe aïe, que de beauté! quand Géraldine m’a annoncé qu’elle fêtait ses 10 ans (10 ans!!!!!) de blog, j’ai tout de suite voulu filmer cet événement. ma manière de lui faire un cadeau maison. Elle m’a dit “tu verras, il y aura plein de trucs. ça sera certainement un peu bizarre mais j’y mets tellement de moi que ça finira bien par me ressembler.” à vrai dire, je ne l’ai pas du tout reconnue! hahaha, je veux dire : ça m’a totalement dépassée. Elle m’a totalement dépassée. Geraldine que je connais plutôt comme celle qui s’interroge, celle qui interroge, celle qui tente de comprendre, doute, etc… je l’ai découverte épanouie et “posée” comme un immense bouquet Debeaulieu. tellement belle et majestueuse dans sa longue robe dos nu…

je n’ai malheureusement pas pu venir pour ses tables rondes en journée mais la soirée était un enchantement invraisemblable. certainement inspiré par ces lieux magiques, ces fleurs d’une beauté extravagante et si paisible. mais surtout, nous étions tous transportés par la présence radieuse de Géraldine. j’aime aussi énormément ce qu’elle dit de la bienveillance qui l’entoure et de sa vision du blog. Cette parole tenue et expérimentale…

et je ne suis pas prête de l’oublier, pour au moins 10 ans encore.

Joyeux Anniversaire et longue vie à Café Mode!

Alex Lutz : Catherine et Liliane beauty secrets!

parfois la vidéo de David Mallett s’active automatiquement à l’ouverture du blog. veuillez la mettre en pause avant de regarder celle ci. cheers!

 

En janvier dernier j’étais à Londres pour un lancement presse Saint Lolo. On riait (déjà à l’époque) dans le taxi en parlant de Catherine et Liliane. Et là l’attachée de presse me dit : ” on leur file tout le makeup depuis le début!” Ni une ni deux, je prends le contact de Marie Laure, la maquilleuse d’Alex.
ça n’a pas été facile de le chopper. on s’y est pris à 3 fois pour le tournage! et puis, les règles étaient drastiques : il fallait impérativement préserver l’intégrité des personnages et ne pas filmer la transformation physique d’Alex. au début cela m’a frustrée et je pensais ne pas faire de vidéo : un beauty portrait sans visage? mouais! puis en visionnant les images et en écoutant la voix d’Alex (tour à tour en lui-même, puis en Catherine), je me suis dit que c’était tout de même vachement intéressant. et je suis finalement pas mécontente de participer à préserver tout ce mystère.
C’est toujours drôle d’être de l’autre côté de l’écran. Mais avec cette équipe là, j’étais pliée en deux non stop. parfois Alex se retournait vers moi, “nan mais ça c’est VACHEMENT IMPORTANT, faut que tu dises ça” sauf que moi je n’entendais plus rien. j’avais juste envie de lui dire “mais Alex, tu me parles avec un collant sur la tête, un teint unifié to the max, et des paquets de poudre blanche sous les yeux (c’est une vieille technique pour éviter les taches du smoky à venir), comment veux tu que je me concentre!!!!!”; arf, quelle drôle d’expérience. quand vous aurez le temps ou l’envie, nous vous avons mis l’intégralité de l’itw ci-après, car finalement, même si j’étais venue itw Alex, tout le monde se mettait à parler. donc si vous voulez en savoir d’avantage sur la difficulté à se transformer en femme (Bruno décrit son rôle pour Liliane comme génial mais très éprouvant), les aléas de l’écriture des sketchs, la rigueur et le plaisir qu’il leur faut pour composer ces personnages hilarants etc… lisez la suite!

ce soir ce sera la dernière de la saison. encore merci à toute l’équipe!!!
et n’oubliez pas : un peu de rouge sur les points saillants… mettez toutes les chances de votre côté!!! hahaha
mille bises

Lire la suite

Truc-Anh : Ink Kingdom

 

Je ne sais pas ce que c’est que d’avoir un frère jumeau mais je sais ce que c’est que d’avoir Truc-Anh dans ma vie. nous avons une manière d’envisager certaines étapes de nos vies de la même manière et de surtout de manière synchrone. ceux qui suivent mon instagram se rappellent peut être que nous nous sommes décolorés les cheveux la même semaine, avec les mêmes produits, sans se l’être dits, lui au vietnam, moi à paris. on a le même imper orange fluo. quand je lui ai envoyé le résumé de mon film, celui ci portait quasiment le même nom (je vous dirait plus tard OKAY?!) que son livre d’aphorismes, les Fondations Liquides. on se l’est envoyés dans la même heure!

je ne peux m’empêcher de voir un écho dans notre attachement parallèle au portrait, avec des formes totalement opposées mais visant les mêmes “valeurs” : de la tendresse, de la bienveillance, une forme d’acceptation et d’accueil du vivant. et de réalisation de soi bien sûr.

pour la musique, j’ai repris Richard Reed Parry que nous avions tant aimé sur la vidéo réalisée avec Pénélope, la chérie de Truc Anh. j’ai voulu les réunir car elle a dû rester à HCMC. je l’ai aussi choisie car c’est une musique que les musiciens jouent avec un stéthoscope branché sur leur coeur, afin d’être en prise direct avec leur “intérieur”. que c’est beau!

je vais partir me coucher, parce que pfff, il est vraiment très très 3h du matin. et demain samedi 30 mai, c’est un grand jour : truc-anh vous attend pour son vernissage à 15h à la Galerie Sator, 8 passage des Gravilliers dans le 3E. il y fera aussi une performance jeudi 4 juin à 20h. ça s’appelle La Rivière, le nom de code de mon film étant Les Rivières. je vous jure que je mens pas.

allez, good night kids

Richard Reed Parry – Heart And Breath Sextet

Fleur et Louise at Governors Island

Les 2 noursons d’amour! je connais Julie, leur mère, depuis 15 ans lorsque nous bossions ensemble chez Lancôme. malgré le stress, on passait notre temps, avec Jérôme (et son incroyable salle de bain), a s’envoyer des boucles de mails à blagues, et à se marrer comme des baleines. le temps à passé, mais on ne s’est jamais quittées. elle vit depuis 10 ans à NYC, avec son mec et maintenant leurs deux filles Fleurs et Louise. c’est tellement incroyable de voir les enfants de ses amies naitre et grandir… ces petits mollets tout mous, le moelleux dans le cou, les joues pleines de chocolat, les boucles à la pointe des cheveux, c’est vraiment magique.
il y a deux ans donc, l’ile de Governors Island accueillait les manèges itinérants de “Fête Paradiso”. il s’agit d’un ensemble de très vieux manèges français datant de la fin du 19e siècle (naaaan??? xiiii!!!!) et restaurés pour l’occasion.
quel beau souvenir!

j’espère que vous avez voyagé un peu ;p
mille bises

Rouge Bénédicte

 

Bénédicte, mon amoureuse de Saint Briac. Elle m’attendait de super pied ferme avec ses 40 rouges à lèvres pour que je lui donne mon avis (de spécialiste). évidemment, il a suffit que l’on s’y mette pour qu’elle trace sa route toute seule. on pense que la réponse est chez l’autre mais en fait tssss… le graal est en chacun de nous.

Bénédicte, tu sais pas comme t’es belle!

Réaliser pour David Mallett, 4e : les beaux parigots


Le grooming des Parisiens selon David Mallett par VOGUEPARIS

 

cela faisait longtemps que je n’avais pas réalisé pour David. nous revenons avec cette vidéo, SOMPTUEUSE, vous en conviendrez, avec en prime non plus 2 mais 5 beaux gosses sa mère. c’est la première fois, si vous me suivez (PARCE QUE VOUS M’AIMEZ)(NAN?), que je réalise une pure fiction. et ben ça a été très compliqué au montage, m’a vachement plu!

alors, ne me remerciez pas et ravalez votre bave svp, car l’heure n’est plus au quatre heure, non, l’heure est grave : on a décidé avec l’équipe de vous gâter d’avantage encore avec un nouveau concours. comme vous l’avez peut être remarqué, la vidéo se termine par un “to be continued”, car oui il y a une suite!!!!!! naannnn???? ssssiiiiii!

alors voilà j’aimerais que vous me laissiez en com la suite que vous imaginez à cette vidéo. vous pouvez vous copier les un(e)s sur les autres, vous inspirer, fomenter des fausses pistes, commenter plusieurs fois, tous les coups sont permis. je suis assez certaine que vous allez me concocter des histoires de maboules (bien plus inventives et complexes que celle finalement réalisée). alors si ça part en sucette, je vous laisserai faire et on rira très fort tous ensemble, je prendrai alors la piste la plus drôle; si au contraire, vous êtes sérieux(ses) et vous rapprochez de la piste, alors je vous aiderai peut être dans les com!

hum… la méthodo selon moi c’est d’essayer de comprendre ce qu’il se passe dans cette première vidéo du début à la fin… je dis ça, je dis rien.

vous avez jusqu’à la révélation de la 2e vidéo (lire : je n’ai pas de date). et le lot, beh c’est un massage à l’huile chaude (j’ai essayé et c’est divin) suivie d’une coupe avec Etienne ou Rishi. la folaï! les personnes vivant en province et ne venant jamais à Paname pourront recevoir des produits. la fo-la-yeu!

allez tous à vos claviers!

encore merci au café du Moulin de Vierge de nous avoir si bien reçus, et au Vogue Hommes International pour la publication en exclu de cette vidéo!

belle semaine à vous!

Marie Gillain : Venus Intimate

Mais quel cadeau! Quel cadeau! Marie Gillain m’a laissé carte blanche pour la filmer, en ajoutant “je n’ai pas demandé à l’équipe mais je pense que ça ne posera pas de problème”. en effet, j’ai trouvé derrière les coulisses, une sorte de petite famille bienveillante. je pensais filmer Marie dans sa préparation uniquement mais finalement, ça plaisait à tout le monde que je puisse rester en coulisses pendant toute la durée de la pièce. et qu’il s’agisse de Nicolas Briançon, son partenaire sur scène, Jérémie Lippmann, le metteur en scène, de toutes les personnes travaillant au théâtre, tout le monde, pendant toute la soirée, tout le monde y allait de son chuchotement “pssst, viens par ici, tu vas voir, c’est sympa… attention on ne voit pas la marche!”

j’ai été touchée par l’intensité de Marie. hyper nature en arrivant, dans son jean et sweat zippé, pas maquillée, pas coiffée, puis se transformant petit à petit en déesse rock de l’amour. Son énergie aussi juste que débordante sur scène, passant de la femme sage en grand robe blanche à la dominatrice déjantée en porte jarretelle et bustier noirs, dégotés chez cadole. j’ai été touchée par l’accueil de Jérémie, si doux aussi avec ses acteurs (les petits mots là, chaque soir, c’est pas croyable ce truc!). la reconnaissance et le respect qu’ils ont l’ un pour l’ autre. en allant boire un coup après la représentation, Marie m’a raconté que lors de lors premières séances de répétition, alors qu’elle se sentait encore pas mal “rouillée”, Jérémie s’était montré très encourageant à son égard “vas-y Marie, t’en as plus dans le ventre là, tu peux y aller!”. aujourd’hui, beh ça dérouille bien du coup! et moi, de faire comme partie de l’équipe le temps d’une soirée, ça m’a totalement transportée.

pour ceux qui se posent la question, j’ai aussi vu la Vénus à la Fourrure de Polanski. les ambiances, les incarnations, les mises en scène sont très différentes. si bien que certains l’un, pas l’autre, inversement, la plupart, dont je fais partie, aime les deux Vénus, la première plus lugubre, plus libidineuse, la seconde jouant sur plus de facettes, de décalages (par exemple, on y rit beaucoup alors que le film m’avait glacé). C’est d’une folie époustouflante!

j’espère que la vidéo vous a plu. le pièce cartonne à Paris au Théâtre Tristan Bernard, depuis 6 mois (par ici pour les dernières résa) et s’arrête le 18 avril avant de reprendre pour une tournée en France dès la rentrée prochaine. courrez-y! go, Go, GOoooOOOooO!

un grand merci à Marie et à toute l’équipe, à Nicolas Voulzy et Charles Souchon aussi pour l’utilisation de leur musique, composée en clin d’oeil au morceau Venus in Furs des Velvet Underground, qui a donné son nom à la pièce.

mille mille bises!!!!

 

EDIT // LA VENUS VIENT DE RECEVOIR 3 NOMINATIONS AUX MOLIERES / MEILLEURE ACTRICE, MEILLEUR ACTEUR ET MEILLEURE PIECE. BRAVOOOOO!!!!

Bouziane : le corps salvateur

 

Je suis tellement mais tellement émue! Bouziane, et moi nous sommes rencontrés il y a un an et demi. Je le trouvais fripouille avec son chapeau et son accent de Tarbes et n’ai découvert son travail, si profond, si beau, si politiquement engagé, je ne l’ai découvert qu’en mai dernier pour son spectacle Altérité. Je l’avais d’ailleurs filmé à cette occasion, en même temps que Jann (vous vous souvenez d’elle?) mais n’ai jamais pu monter cette vidéo.

Bouziane à l’époque, bien avant les attentats donc, me parlait déjà de sa prochaine pièce “tu voudras bien me filmer encore?” Les images que vous voyez ont été filmées en décembre dernier, lors d’une présentation de Réversible faites aux professionnels.

Je suis très émue quand je repense à ce moment, parce qu’en regardant Bouziane danser, j’ai tout de suite compris, au delà du propos plus universel sur l’oppression corporelle et psychologique, j’ai tout de suite compris la genèse plus personnel de son message. C’était incroyablement beau et douloureux en même temps, ce corps qui par delà les mots “me” parlait…
Je suis émue aussi en repensant à notre interview filmée. Elle a duré près d’une heure en vérité (Qu’il me pardonne de l’avoir autant coupé!). Il m’a raconté un milliard de choses, mais je voyais, je sentais “ça”, cette chose la précisément, ça ne sortait pas. Les mots lui manquait… Alors je lui ai dit “si tu as envie de nous raconter autre chose, tu peux aussi m’envoyer un enregistrement complémentaire”… ce qu’il a fait. et ce qui s’entend d’ailleurs parfois dans la vidéo du fait des qualités différentes de son.

Que tout cela se soit passé avant les attentats de janvier m’interroge. Je le précise car cela décolle son propos et son combat du drame qui est arrivé ensuite. D’une certaine manière, ça le rend plus pur. En même temps, le fait qu’il le maintienne, alors que tant de spectacles jugés “sensibles” ont été annulés, force mon admiration. La liberté peut être si belle lorsqu’elle vous délivre à ce point de la peur.

Dans sa quête, dans sa transformation, Bouziane m’inspire un respect et un courage immenses, que peu d’artistes, peu de personnes sont capables d’incarner.

Merci du fond du cœur!

ps : Bouziane revient du Maroc où son spectacle a rencontré un grand succès. 2 représentations sont programmées à Tarbes, 10 autres pour le festival d’Avignon. et j’espère qu’on le verra très vite à Paris. longue vie à Réversible!

Chassol : le Soleil Mélodifié

 

La vie est un peu surprenante. il y a quelques mois, un ami m’envoie cette vidéo incroyable de beauté “peut être cela relancera-t-il ton processus de réconciliation avec l’Inde!” qu’il m’écrit! (on reparlera peut être un jour de ce désamour, mais c’est un autre sujet). je clique et là je tombe raide, mais raide vous pouvez pas savoir. tellement simple, tellement pur, tellement beau. la musique, les images, les répétitions. tout me plait. je vois alors “Chassol” ( à ce moment là, je ne sais pas que c’est le nom du compositeur, ça pouvait aussi bien être un nom d’album, de projet, celui du vidéaste, que sais-je?). je google. et tombe sur son profile, son album Indiamore (il est pas génial ce titre?). et là je tombe raide, mais raide, raide, raide. j’achète l’album (ICI), me le passe en boucle. je suis émue par la corporalité des voix, des discussions “mélodifiées” comme il dit. et puis la texture du clavier, les mélodies. ses musiques crées de cette manière m’évoquent mille images… mille voyages. évidemment.

viennent ensuite les attentats de Charlie. l’album continue de m’accompagner comme un refuge qui doit rester là avec moi, autour de moi. un peu comme les paillettes qui ne me quittaient plus. eh oui, je mets alors “Music is God, My Love” pour mon tutoriel “Golden Resistance“.

beh vous savez quoi, son attachée de presse lit le blog. Nan? Siiiii! beh hey, Judith a organisé un tournage! elle m’avait mise au courant que Chassol sortait un autre projet, BIG SUN, sur le même principe mais en Martinique (Chassol en est originaire). j’ai juste eu le temps avant le ddv, d’aller voir le spectacle en forme de sculpture cousue main sur Arte, mêlant la vidéo à la musique (ouais, bien sûr, je tombe raide, mais raide). en arrivant chez lui, je suis accueillie par un autre attaché de presse. je comprends que je ne dois pas faire de bruit. en fait, un journaliste est là avant moi, et puis après, Chassol doit se préparer pour… le Grand Journal (juste). et là, je me mets pas du tout la pression, mais alors DU-TOUT. et puis la suite, vous venez de la voir… du soleil quoi.

merci infiniment pour cette générosité, pour cette grâce. c’était absolument magique de rentrer dans le processus créatif d’un artiste qui sans le savoir m’a déjà tant accompagnée.

Waaaaa-hou!

j’espère que cela vous a plu, longue vie à BIG SUN; désormais dans les bacs, allez-y cliquez!

mille bises à tous, et très beau weekend!

Lili, 4 ans!

Lili chérie a fêté les 4 ans de son blog, il y a… 2 mois (HAHAHAHAHA) et je lui avais promis une vidéo en cadeau d’anniversaire. eh bien, la voici! alors, je sais pas pour vous, mais pendant toute la soirée, alors que j’essayais de me frayer un chemin entre les keuss cheunel, les petits fours gluten-free et les plumes d’autruche (on était chez David Mallett, indeed), je me disais… ah ouais, on peut fêter l’Anniv de son blog comme cela! Lili a un tel sens du luxe et DE L’ORGANISATION (sans déconner, si je me lance dans un truc pareil, vous me retrouverez en soins intensifs post burn-out, avant même d’avoir fait la rée-soi!)(sympa la before!).

bon sans rire (on rit trop ici), ça m’a un peu coupé le souffle cette soirée. à un moment on voit Dorothée, la co-fondatrice de My Little Day, venir saluer l’incroyable Fonelle “bon j’ai pas l’habitude de faire ça, mais je vous aime tellement, je vous suis depuis tellement longtemps, que je me suis dit “vas-y!” alors voilà… JE PEUX VOUS FAIRE UNE CALIN?!”. Bon, moi pour le coup, j’ai pas osé, et me suis contentée de filmer… haaaa ce qu’on peut être con à rester derrière (une caméra)!

bref, Lili était entourée de tous ses amis, de toute la profession. elle fêtait les quatre ans de sa nouvelle vie depuis le lancement de son blog, en lançait la nouvelle version (qui, allez voir, est incroyablement belle). elle était heureuse et tellement pleine d’émotion que c’était tout simplement… trop beau!

happipip… hourra!

ouais, c’est encore Chassol pour la musique…

Peter : le Vaudou et la croix

waaaahououououou! j’ai adoré l’album de Vaudou Game, Apiafo, dès la première écoute, l’ énergie invraisemblable qui s’en dégage. de l’amour, de la transe, ce côté fait main que l’on ressent très très fort. et puis ce personnage enturbanné de blanc, très fraîchement vêtu de jaune, torse nu, ses bras, on dirait deux lianes, non? et qui, semblerait-il porte un millier de colliers…

nous avions déjà parlé de ce glissement qui me fascine tant, entre la personne et le personnage. à la ville, puis sur scène, comment on crée de la beauté, par “respect”, pour “honorer”… j’adore, j’adore cette idée.

pour ceux qui veulent savoir plus, il y a ici, une vidéo incroyable parue sur Arte, sur leur dernier concert aux Transmusicales. ils repasseront à Paris aussi le 12 février… ON Y VA?!!!

encore merci à Antoine, leur manager et à Julien, co-fondateur de leur label, Hot Casa Records, spécialisé dans la musique afro-soul et tropical-funk, et surtout dans la ré-édition de perles que l’on croyait perdues. Julien a notamment filmé toute la préparation de Peter (parce qu’il a très bon oeil aussi ;p)

Vaudou Game – Apiafo

Mathilde : to B. or not to B.

aie aie aie, je tremble, je tremble! cela fait des semaines que j’hésite à poster cette vidéo. j’ai peur que vous n’aimiez plus Mathilde parce qu’elle va peut être se mettre du botox! Elle ne voyait au contraire pas de problème à ce qu’on en parle ouvertement, sincèrement et ça m’a émue cette confiance qu’elle a eu envers moi, et quelque part envers vous aussi. Je compte donc sur votre bienveillance.

cette question du vieillir et des réponses que nous y apportons, m’intéresse énormément. et ça fait quand même bien chier ce naso-génien désormais installé sur le coin de ma bouche!!! c’est un sujet que j’aborde avec beaucoup de personnes de mon entourage, d’autant plus que ma mère fait de la médecine esthétique (ah non ça y est vous n’allez plus l’aimer non plus!)(damn!). je crois cela dit que c’est la première fois que l’on me dit “j’adore vieillir, mais je ferai du botox parce que la société l’exige et que j’ai pas que ça à foutre de lutter contre”.

le visage vieillissant sera-t-il un visage militant?

le très bel article de Lise de Tendances de Mode sur la médecine esthétique m’avait fait dire que c’était peut être une nouvelle norme. et puis au fond, y a t il une différence fondamentale entre mettre des crèmes anti-rides (qui LUTTENT EFFICACEMENT CONTRE le vieillissement)(notez la sémantique) et le fait de s’oxygéner le sang, de se pomper la graisse des cernes, de se foutre la graisse des genoux dans les seins, de se piquouser?! y en t il vraiment une? ou est la différence entre prendre soin de soi et le fait de ne pas accepter les marques du temps? Mon frère Lâm me disait : “ça se trouve, c’est nous les réac, on juge des gens qui sont tous contents de leur dernière intervention chirurgicale. ça se trouve, c’est nous les cons.”

effectivement, il y a tout autour de moi, des personnes très heureuses de ça. et moi même, pendant ma première grossesse, m’étais dit que je passerais sur le billard si mes seins finissais en gants de toilettes. je n’ai rien contre le principe de modifier son corps/ hummm… sans doute y a t il une différence dans la fréquence des interventions. c’est pas pareil de refaire ses seins et de refaire ses seins + le nez + les pommettes + xxx + xxxx…. (oui oui je vous envoies des bisous, xxx)

Mathilde, elle part de l’autre côté du spectre, c’est pas que l’intervention va te rendre heureux, c’est que pas d’intervention peut carrément te rendre malheureux : “t’as pas fait ton botox, ce job, tu l’auras pas”. pour elle, le vieillissement peut empêcher de vivre, non parce qu’on ne l’accepte pas mais parce que les autres ne l’accepte pas. qu’en pensez vous?

je finis ce post foutraque (parce que justement, je n’ai pas une pensée claire sur la question) avec l’incroyable article de Lili de ma récréation dans M, le monde sur la dictature de la beauté à NYC. la thèse développée est que la lutte contre le vieillissement apparent n’est pas la peur de la mort, comme on pourrait le croire (c’est plutôt logique) mais un besoin d’afficher une performance, du contrôle, de l’anti-laisser-aller. SO SCARY BABY! et en même temps, quelle est encore une fois la différence avec le fait de se mettre des crèmes?

vous me direz, “ça se voit les interventions” et je vous répondrais, c’est comme un fond de teint mal posé. ça n’est qu’une question de temps de réaliser des interventions qui te métamorphosent la face, tout en restant imperceptibles. donc pour moi la question n’est pas vraiment là.
et la chirurgie esthétique ne veut évidement pas dire que tu vas ressembler a jackie Stallone!

bon allez, help! qu’en pensez vous?

encore merci à Malthilde pour son honnête; grâce à toi, notre cerveau progresse!

 

 

La Fiancée du Facteur : créatrice romantique et aventurière

 

Je suis très fière de vous (re)présenter Pénélope et sa nouvelle collection pour la Fiancée du Facteur, les Néréides. plus elle m’en parlait et plus je voyais son auto-portrait se dessiner sous mes yeux. Pénélope, chasseuses de pierres précieuses, si belle en blonde, si drôle avec son sifflet, fille d’Indiana Jones et d’une Néréide! A travers cette collection, le choix et la recherche de chaque pierre, l’élaboration de ce collier incroyable, je me suis rappelé de ses débuts (ici-même) et me suis dit : quelle envolée! et quelle femme!

(Et voici encore pour nous toutes, une belle réflexion sur la féminité…)

cette collection sera très bientôt en vente chez lexception.com (encore eux), elle l’est aussi sur son site, et sur le génial et très prisé notjustalabel, basé à Londres.

beaucoup, beaucoup d’admiration… et je dis pas ça parce que c’est ma belle soeur.
Viva Pénélope!

Richard Reed Parry – Quartet for Heart and Breath