Couleurs

White is Sublime

 

Yo!

Comment ça j’ai dit exactement l’inverse il y a 3 ans?! oui bon beh c’était pas la même chose (ET C’ETAIT IL Y A DES LUSTRES… MERDE!). je parlais du blanc, dans le besoin d’unification du teint : oui le blanc couvre, mais il plâtre donc ça sert à rien de se ravaler la façade, si c’est pour éteindre toutes les lumières en même temps.

Aujourd’hui, avec ce 6e post sur le blanc, on va dépasser la matière, pour rentrer dans la couleur. il y a, me semble t il une tendance lourde sur le makeup blanc. ça, on s’en fout, mais c’est devenu ma micro obsession du moment (micro hein, on s’entend). je suis fascinée par sa poésie fantomatique. une manière de redessiner, tout en évidant la peau de sa couleur. erase. oui j’avoue, ça me fascine.

Alors, tout à l’heure, Julie est arrivée avec tout plein de produits blancs de chez MAC (Base de mélangePigment Poudre Eclat – Pure WhiteCream Couleur Base – LunaCrayon Multi Usage – Pure White). j’ai tout essayé (mascara, aplat, halo, lignes, points…)  sans encore trouver LA forme qui me convient. J’ai juste commencé à comprendre certaines choses :

> le fait qu’il soit le négatif du noir, le rend extrêmement bizarre lorsque vous le mettez à la place du noir justement (en mascara simple ou eyeliner) car on perd de la définition (albinos style, mais… why not?!)(le bizarre aussi est une tendance lourde)(du LOURD, du LOURD que je te dis!)

> je le trouve plus intéressant en ornement (vous avez vu les petites pointes de chat au milieu du board sur la chanteuse Marika Hackman… SUBLAÏME), en petit signe tribal, une sorte d’attention graphique, bien présente, finalement assez radicale (punk?) mais qui sur peau claire se montre assez subtile. ouais, le blanc c’est RAD ET subtile… trop fort le blanc!

> Tâm évidemment s’est pointée et m’a pris un khôl pour s’en foutre partout sur la paupière, en mode liner maousse et c’était… SUBLAÏME. bon après, elle l’a mis en rouge à lèvres et c’était so so cheum… weuhou! bref, ce que j’ai tout de suite vu chez elle et que je n’ai plus chez moi, c’est l’uniformité de son teint. pour porter du blanc, il faut un super joli teint. je pense. mais peut être pas forcément.

> le blanc, c’est la couleur la plus claire, donc, on évoque l’idée de lumière, et c’est certainement pour cela que j’invoque le SUBLAÏME à tout bout de champs. le blanc nous rapprocherait-il de la vierge du sublime? (non mais… je nage en plein délire là)

bref, je suis sortie avec du mascara tout blanc dans la rue et personne ne m’a regardée de travers, mais c’est pas non plus le blanc de la SUBLAÏMENCE que je cherche, donc je cherche encore et… je vous montre?

ça inspire quelqu’un ou?

Happy New Year les Biquettes

 

Photos Julie Perrot

 

Et oui la nouvelle année de la Chèvre d’Eau vient de commencer. je vous souhaite mille couleurs, de la félicité, de la prospérité et une belle santé. Aujourd’hui, comme chaque année, nous sommes allés chez mon père déguster son porc au caramel. c’était bon.

 

 

La semaine dernière j’ai fait une commande un peu spéciale au fleuriste Debeaulieu. Je regarde ces bouquets absolument incroyables et les photos que Julie en a faite. je leur avais demandé du forsythia, la fleur en branche jaune, symbole de renouveau printanier, ou tout autre fleurs en branches, et puis… plein de couleurs. C’est pas sublimissime?!!! il me semble que je peux être heureuse rien qu’en regardant des fleurs…

 

 

On dit que l’année va être surprenante, avec des hauts, des bas… et beaucoup de développements artistiques. hahaha. on  va voir ce qu’on va voir.

 

 

je fais en tout cas le voeux que cette année ressemble à cette explosion époustouflante et parfumée de couleurs!

 

 

Que ça virevolte! que le bonheur s’offre à vous. et que vous puissiez vous aussi en offrir à ceux qui vous sont chers. Mille bises!

vert (noir, blanc et rouge) : il est Charlie

je tente comme vous de reprendre le boulot sans trouver ça trop sot, et puis je tombe sur la couv. du Charlie. Commence alors machinalement un décryptage coloriel et laïque de cette couv. historique que je me propose de partager ici.

Le vert, le vert, aujourd’hui, on l’aime tous. car le vert, c’est tout simplement la chlorophylle, indeed, couleur de la nature vivante, énergétique (ça transforme la lumière en énergie chimique tout de même) et embrassante (les pâturages, les forêts, tout ça… c’est grand! ça nous dépasse). Le vert symbolisant la nature transpercée de lumière, quoi de plus simple finalement, mais derrière cette nature, émergent conceptuellement les notions d’espoir, celui de la repousse, éternelle et perpétuelle, sans doute, celui d’un nouvel ordre écologique bien sûr, celui du tout possible (on met un feu vert?)(allez, go gO GoOOO Charlie!), celui des premiers romantiques échevelés (mouvement artistique très très lié à la nature), mais tsss… je me perds. En tout cas, c’est parce que la nature est verte que le prophète Mahomet l’aurait désignée comme sa favorite. dès lors, les paradis merveilleux, décrits dans le Coran (enfin c’est ce qu’on dit, je l’ai pas lu) sont verdoyants et le vert devient couleur de l’Islam.

le vert, c’est beau, ok mais comme je vous le dis à chaque fois, chaque couleur à sa face A et sa face B, son côté vertueux, son côté névrotique. alors, ici le vert, couleur de la nature donc, est aussi la couleur de la nature qui sort de ses gongs : les monstres sont verts, le slime est vert, comme Hulk, tu deviens vert, de rage, t’as un sale teint vert quand tu es malade à en crever, Molière était vêtu de vert quand la mort l’a chopé et ça c’est vraiment pas de chance.

oscillant entre nature et contre-nature, espoir infini et colère dévorante, voilà pour le spectre symbolique du vert. Et formellement, ça se passe comment?

le vert a, d’un point de vue factuel, un niveau de clarté médian, c’est à dire que si tu en fais une photocopie noir et blanc, l’échantillon gris que tu obtiens se trouve pile poil entre le noir et le blanc justement. ni clair, ni foncé, il se déploie donc à merveille sur l’un comme sur l’autre, (contrairement au jaune qui est clair et va s’amalgamer au blanc par exemple). ça se fait d’autant mieux lorsque blanc et noir (2 autres couleurs fondamentales de la culture islamique) prennent leur forme les plus “naturelles” : l’aplat pour le blanc, la ligne pour le noir (ça se lit noir sur blanc). l’autre couleur fondamentale à être de clarté moyenne, c’est la rouge, dont on a déjà parlé, qui n’a pas de valeur symbolique semble t il ici (ni dans la religion musulmane) mais qui a formellement toute sa raison d’être : 1/ enlevez la banderole rouge et on se fait chier (… si!)(enfin c’est moins bien), 2/ cela permet d’augmenter l’impact visuel du message qui se pose dessus car le rouge est la première couleur que l’oeil repère.

Bref, Charlie, c’est le sans faute coloriel là! sans faute, oui, sauf que…

“du vert, du vert, n’utilisez jamais de vert dans vos tableaux… faites comme Goya, prenez du gris, on comprendra très bien que c’est un arbre. le vert… ça bouffe tout!” nous disait notre prof de peinture aux Arts Déco.  Et oui, c’est vrai que le vert, ça mange tout visuellement, ce serait picturalement parlant, la dissonance incarnée. et puis vous le savez le vert, souvent, ça donne un teint de rien. c’est donc dur, très dur à porter, mais tsss… je m’égare.

en même temps, parfois c’est moche de chercher à faire quelque chose de… beau (vaste sujet, on y reviendra), c’eut été inapproprié de faire du Goya là non? c’eut été un nom sens d’utiliser du gris pour cette couv histoire de pas heurter le regard, car pourquoi pas être dissonant, si on le fait avec verdeur et… tendresse. le vert est tendre, sur cette couv. il est dissonant mais tendre, j’en suis sûre.

et puis, le vert, ce vert surtout, je le vois aussi comme celui de l’écran devant lequel on fait jouer un acteur “hors cadre” pour une scène irréaliste, c’est un vert tellement pas naturel pour le coup, qu’il permet le mieux de détourer le bonhomme en post-prod. il ne reste alors qu’à inventer un nouveau décor… on revient à l’idée d’espoir. Que peut on espérer, imaginer défiler derrière le Mahomet de Luz? je n’ai pu choper aucune déclaration officielle sur le sujet, si ce n’est “démerdez-vous avec ça!”.

Maurice iD by Timai

hello les adorées!

Je suis très très fière de vous présenter ces chaussures frappa-dingues réalisées pour la marque Maurice Manufacture, à l’initiative de L’Exception.com.

Alors, je vous explique, Maurice est basée (j’aime mettre la marque au féminin, c’est pas tous les jours qu’on a un Maurice au féminin) à Cholet. Toutes leurs chaussures sont faites main, si bien que pour certains de leurs modèles (6 d’entre eux), on peut totalement customiser son affaire. Oui, comme les Nike iD! mais tout en cuir, mais tout fait main, mais tout fait en France.

la difficulté, nous l’avions évoqué dans notre classe de Sh

oeleur, c’est que plus il y a de choix, plus on risque d’être… PERDU(E)S. Regis, le boss de l’exception, a donc envoyé un wagon de 8 bloggeuses chez Maurice, pour réaliser leur propre sélection et les proposer ainsi en exclu sur son site. il est pas génial, Régis?!

j’adore les ambiance d’usine. Je trouve ça magique. les assemblages de couleurs sont involontaires, et industriels mais je trouve toujours des associations qui me plaisent.

 

Patronages enchevêtrés comme des pages blanches

 

métal gris des emporte-pièces sur fond rose pâle et rythmes vert bouteille

 

Blanc grisé sur fond vert et petite macédoine d’ocre et minis bleus

 

forêt jaillissante de bleu, vert végétal, rose pâle encore et ocre brun

 

diagonale rouge flamboyant sur verts de gris en aplat et liseret

 

Au début de la journée, j’avoue que l’idée qu’il les vendre ensuite me mettait la pression. je voulais bien faire, pour lui (Régis) et pour elle (Maurice donc).

Nous nous sommes baladées dans les étagères débardantes de rouleaux de cuir. On y découpait les échantillons qui nous plaisaient. J’avais une très belle harmonie de gris et de tons chairs (et beaucoup de modestie aussi)(hahaha) et puis tout d’un coup un jaune a émergé.

Puis un rouge.

 

 

Aie aie aie c’était trop beau. Poussée par Lisa qui me disait “mais non Mai, lâche toi, je te reconnais plus dans ces tons là!” Je me suis résolue à… Ne pas être sage. A faire des chaussures qui me donneraient le sourire à chaque fois que je les mettrais.

 

 

Alors pour sûre, je n’ai pas créé l’accord intemporel du siècle que vous pourrez ressortir en toute occasion pour les 10-20 prochaines années. J’ai choisi le modèle qui comportait le plus de pièces différentes pour y mettre le plus de couleurs possibles, j’ai ajouté des clous sur le rose. Et au final TADA, comme di

rait l’autre. Voici les chaussures de la JOIE!

Cette journée a été hyper énergisante parce que l’équipe nous donnait carte blanche, ils étaient à l’écoute, curieux. il y avait de la gourmandise. Et nous, nous étions bercées par leur passion, tout leur savoir faire. Il y a avait un échange. et c’était assez magique de voir notre chaussure se réaliser au fur et à mesure, tout au long de la journée. C’est tellement technique, vous ne pouvez pas imaginer. Respect!

on a pu aussi réaliser certaines parties de la chaussure, comme positionner les clous, les planter. la preuve!

 

#supercolors #custom To be continued Merci @lexception et @maurice_manufacture pour cette expérience géniale.

Une vidéo publiée par Timai Hua (@supertimai) le


 

J’ai reçu ma paire, en me disant “putain t’as tellement abusé, les pauvres, ils ne vont pas en vendre une! C’est trop barré.” Et puis finalement j’ai décidé de ne pas m’en soucier. Je les adore et puis c’est tout! Et puis, finalement plus je les montre et plus j’ai de compliments… Comme quoi!

Allez allez, si vous voulez une belle paire en cuir, faite main, en France, et qui ressembleraient un peu à de la JOIE, allez sur l’exception et régalez vous! en plus, ces Maurices iD sont des chaussons. j’ajouterais que si vous voulez vraiment le faire (VOUS ETES FOLLE OU QUOI?), vous pouvez aussi aider au développement d’une très belle initiative de l’Exception, la Maison de l’Exception. 1€ investi par le biais de kiss kiss bank bank vous donne 1€ de bon d’achat chez eux. Avec Lisa, on va pouvoir s’acheter nos paires respectives (elle a opté pour un assemblage de 4 argentés… pour faire du golf sur la lune…) tout en aidant Régis à réaliser son pari… hé hé!

 

Baisers doux et… Vive le fun hein!… KISS KISS!!!

Mauritius : colors of my journey

Yeeeeehhhhaaaaa!

Après ce voyage de 4 jours seulement, il se pourrait qu’il ne pleuve plus dans ma tête pour des siècles encore. ce séjour a été d’une douceur que je n’avais jamais connue. quoique je fasse, quoiqu’il m’arrive, quelquesoit les rencontres, quoique je regarde ou entende, tout m’a semblé beau, harmonieux et oui : doux.

aqua verde et gris violacé, argent scintillant et bleu azur, marine et ciel… j’ai découvert des rapports de ton ciel/mer que je n’avais jamais vus auparavant. je regardais sans cesse les arbres au dessus de moi, et les rythmes de verts sur bleu, qu’ils m’offraient à voir. c’était comme une méditation non stop.

je remercie infiniment aux Beachcomber hôtels, qui ont eu la merveilleuse idée de m’inviter, à toutes leurs équipes qui nous ont dorlotées, moi, ainsi que mes partners un crime, Audrey et Kenza. Massage, ballades en bateau, rencontre avec la tortue presque centenaire Big Daddy, paddle au dessus des coraux, cours de cuisine (j’ai des recettes sous le coude)… je dois dire, que c’était comme un rêve.

j’espère vous avoir fait voyager et ramené du soleil quelque soit la météo, et où que vous soyez.

Ici, “là-même” comme ils disent!

je vous embrasse très fort. très belle semaine à vous tous.

Adeyiu – Hollow

Shoeleur chez PRADA avec le Dr. Shooooes

hahahah! Ca vous plaît?

j’ai rencontré la délicieuse Mathilde, aka Dr. Shooooes, au sein du collectif LPC. Après plus d’un an de dej. à refaire le monde, cette grande grande spécialiste de la chaussure (et de la mode) depuis…pioufff, m’a proposé un projet : “ça te dirait qu’on fasse une vidéo ensemble? (oui) il y a un nouveau produit à customiser chez Prada (ouiii?!), et de manière DOUDAFAIT ESSEP’TIONNENN’ (mon côté viet qui ressort avec l’émotion), la maison nous ouvre ses portes! RAAAAHHH OUIIIIIII!

inutile de vous dire qu’on a préparé ce shooting comme jamais, sans imaginer que tout serait si différent sur place et qu’on se marrerait autant à le faire. j’espère que ça vous a plu et que l’on en fera d’autres. Merci à Ophélie de la maison Prada, pour sa patience son accueil

C’est finalement ça l’esprit #lpc, se rencontrer, brasser des idées et les réaliser ensemble! l’union fait la force.

passez un très beau weekend et… MAY THE SHOELEUR BE WITH YOU!!!!

Réaliser pour Séphora : délire Manga avec Truc-Anh

Je suis très très fière de vous présenter ma dernière vidéo pour Séphora. comme vous le savez, j’ai carte blanche chaque mois pour leur réaliser une vidéo et viens vous présenter parfois celles qui me tiennent plus particulièrement à coeur! et celle ci en fait partie. parce que la bombe de dessinateur… c’est TRUC ANH…. sous vos applaudissements!

j’espère que toutes ces couleurs vous donnerons aussi vie, peps et énergie. très belle semaine à vous!!! Merci aussi pour tous commentaires. Tout votre amour… Je vous kiffe!

Truc-Anh

Bye Bye Blondie!


encore merci à Christophe Robin. Merci, Merci!!!

Et oui tout à une fin. j’espère que ces confessions intimes vous auront éclairées sur mon voyage en Blondie. Mes cheveux étaient tellement morts qu’il me fallait rentrer à la maison. J’ai mis quelques jours à m’y faire. La couleur est parfaite, PAR-FAITE mais ça m’a fait bizarre d’avoir cette tête “toute simple”. J’aimais me faire siffler dans la rue tout ça… Bref, à vrai dire, on commence à le deviner sur la vidéo, c’est que je suis loin d’être rentrée. car il y a eu comme un deuxième effet kiss cool : mes cheveux ne bougeaient plus. muerto de chez muerto. Même le ventilo de Beyonce n’y aurait rien changé. Pffff, ça m’a filé un bourdon vous pouvez pas savoir. mes copines me disaient : bah tu feras des soins “mais je reviens de chez Christophe Robin les minettes!!! on m’a fait environ 72 soins là. ils sont au top du top (du bas de la montagne).” la DEPRA-ÏME! parce qu’avoir de la paille sur la tête quand tu as la couleur de l’or-j’adore (ou du nid) ça le fait carrément. mais avoir de la paille sur le crâne, quand c’est brun, c’est vraiment la dèche. C’est un plan “only lovers left alive” alors que t’es même pas morte. Tant qu’à les avoir cramé, je me suis dit que j’aurais du faire une escale en Rosie ou en Permanentie. Si!

j’avais déjà prévu de tout couper cette semaine. une coiffure à la garçonne… je n’y suis jamais allée tiens! A moi la Garçonnie!

Bref, j’étais LOST!

et puis… vous me commencez à me connaître… la chance m’a souri! car j’ai été invitée hier à essayer un soin chez David Lucas de la marque Tokio Inkarami (n1 des soins pro au Japon). incroyable. L’effet ne va pas durer longtemps (on m’a dit 2 semaines, au lieu de 2 mois normalement), mais on y croit hein?! pour vous la faire courte, ce soin se fait en 4 parties. c’est entièrement naturel et ça ne sent rien. c’est tellement doux qu’on me l’a appliqué à mains nues, par massages successifs des 4 produits. Ceux ci imprègnent successivement chaque couche du cheveu jusqu’à son coeur. à la fin du brushing, quand j’ai vu mes tiff se remettre à bouger, j’ai failli chialer, tellement j’ai cru voir un mort se relever. je me suis sentie “raccommodée”. le résultat ici. c’est troublant une résurrection… Fred à raison, les cheveux parfois gouvernent le monde!

allez fingers crossed, la maison n’est pas loin! Belle semaine et priez pour moi.

Back to school with my Big Pink Pout

 

L’autre jour MAC m’invite pour un maquillage “maison”. je me rends donc dans leur boutique rue Saint-Germain pour me faire MACquiser la face. Tom Sapin me reçoit avec beaucoup d’humour et de gentillesse. je lui pose 100 000 questions sur comment il maquille les teints mats comme… le mien! car s’il y a une marque qui s’est bien positionnée sur ce terrain c’est MAC.

D’ailleurs, je me rends compte que c’est la première fois que j’aborde frontalement le sujet de ma non-blanchitude. ça fait longtemps que je voulais vous en parler même si ça m’a toujours plu que la question ne se pose pas non plus. on en reparlera tellement le sujet est passionnant, mais j’adore l’idée qu’une rousse à la peau pâle et aux frisouilles nuage puisse tout de même s’inspirer ici. et que l’on s’échappe d’un propos purement physique ou communautaire. pas si simple quand on parle de beauté… #fierté!

bon, alors il y a-t-il des choses spécifiques à la matité? selon moi :

> ma peau, je le sens, elle est faite pour être ensoleillée. ça n’est pas qu’une question de couleur : le grain s’affine, la peau rayonne, elle est faîte… “pour ça”! Cela dit, avec l’âge, je vois le vieillissement apparaitre de plus en plus rapidement si je me protège mal. et depuis que j’ai vu cette video il y a quelques semaines, je crois que je suis totalement vaccinée contre l’exposition non protégée! La solution de Tom est donc de protéger et de maquiller pour au moins dégriser le tout.

> la structure : pour une asiatique, j’ai le visage plutôt facetté. mais certaines demandent plus de structure encore, et ont recours au contouring, inutile de dire que ça n’est pas du tout mon truc. j’aime cela dit faire accrocher la lumière sur certains points. la grosse différence c’est que je le fais sans couleur, alors que le contouring demande une couleur 2 tons en dessous pour les parties claires et 2 au dessus pour les parties foncées. je trouve ça sublime sur d’autres, et évidemment en kim kardashian photo mais pas sur moi au quotidien.

Tom m’a aussi redessiné les sourcils, mais j’ai eu du mal à me reconnaitre (rien à voir avec son art, c’est mon rapport à moi)(cela dit, j’aimerais bien jouer d’avantage avec mes sourcils)(le niveau de l’objectif perso… wahou ;p)

> la couleur: bom’bé là c’est sûr qu’on peut s’éclater. Tom m’a posé un fucshia sur la bouche. 2 en fait. un foncé au crayon et rouge mat en fond, puis une poudre rose fluo que je zieutais depuis les lustres sans oser franchir pas. Résultat : je suis partie à Miami direct (dans ma tête hein).

VOICI LE RESULTAT FINAL

depuis je continue à le porter, ici, avec un vieux vernis USLU x Colette. carrément les boules à facettes bleues sur le bout de chaque doigt! YEAH!

Voici toutes les astuces de Tom Sapin pour les teints mats :

Lire la suite

Rainbow in motion

Hello you!

Comment ça va bien? Depuis que nous avons réalisé ces gif avec Julie, je me les mets en fond d’écran, tellement ils m’hypnotisent. tellement ils m’apaisent. tellement je les aime. comment ça je m’envoie des fleurs?! why not?! ;p

les arcs en ciel et réflexions hologrammes sont devenus ma petite obsession depuis ces derniers mois (souvenez-vous). Entre joie et douleur, les dernières semaines ont été extrêmement intenses et je vois les arc en ciel comme des irruptions poétiques et méditatives qu’une bonne fée sèmerait sur mon chemin pour me rappeler au miracle qu’est la vie. je vous assure. merveille!

je vous les laisse donc toute cette semaine comme une mire de télé sans programme, en espérant qu’ils vous plairont autant qu’à moi. profitez! PRO-FI-TEZ! on se retrouve la semaine prochaine pour une rentrée époustouflante (au moins!). d’ici là, n’oubliez pas de voter pour le concours SuperPépites. encore merci à vous tous pour vos participations à la playlist openbar SuperPépites et bravo aux 21 qui ont été retenus. que le meilleur gagne!

big xoxo

Catching the Rainbow

Photo Julie Berranger – Come Out of the Woods

 

Peut être vous souvenez vous de la vidéo Always In My Heart? cet ovni un peu fou réalisé par l’incroyable Julie Berranger. et bien Julie vient de lancer son blog, Come Out of The Woods. allez-y, je le trouve très très classieux!

Alors, en voyant mon grand chapeau jaune, Julie a eu l’idée de réaliser avec moi un shooting magritesque; Régis de l’exception.com nous a prêté le chapeau Bleu en supplément, afin que nous puissions jouer un peu avec les couleurs fantastiques de la collection… Parfait!

il se trouve que pendant que je me maquillais, la lumière blanche du matin s’est cassée en un spectre arc en ciel sur  mon reflet dans le miroir. “julie, julie, viens voir”. je me suis mise à mongoliser “t’es à moi toi!”. et ce jusqu’à temps que l’arc en ciel ne disparaisse. Après coup, ça m’a fait penser au Land Art, jouant des éléments naturels (après tout j’avais déjà un nid sur la tête ;p), et notamment de leur aspect éphémère; je les aime tant! ça m’a fait penser aux dream catchers, aux One Minute Sculptures créées par Erwin Wurm. celles ci mettent en relation une personne et un objet du quotidien dans une pose courte (et plutôt drôle). ça m’a fait penser aussi à mon métier de consultante en innovation et je me disais, “pas sûre que le one minute makeup ait un avenir commercial, mais… ” ça m’a remplie de pouvoir imaginer la beauté dans un moment suspendu, un passage de la lumière que l’on arrive à attraper, pour se faire beau. comme un ravissement. pfffff. et puis qui sait si l’on ne sera pas capable plus tard, bientôt, de se maquiller d’arc en ciel. qui sait? qui sait?! passez moi les labos NOW, j’ai un brief à envoyer!

encore merci Julie pour ce moment magique! et très belle semaine à tous! xxxxxxxxx

3 > SuperColors

hay yes! merci pour tous vos messages hier, ça fait chaud, chaud, chaud et je crois qu’on est parti pour une très belle nouvelle année. j’ai tellement d’envies vous pouvez pas savoir! (faut que je me trouve une stagiaire d’ailleurs… ça devient very important!)(à bon entendeur)(faîtes tournez svp).
alors, cette semaine, comme c’est un peu spécial, on va se faire plaiz, plaiz, plaiz! je vais tout répéter 3 fois tiens… tiens, tiens!
ha ha ha!
figurez vous que tous mes spotted, vous savez mes bouts de ciel, de fleur, de pierre, de pull, tous ces bouts de couleurs qui arrivent en grand sur votre écran quand vous venez ici et qui ensuite se mettent sur la tagline “shall we beauty”, eh bien, depuis le début, je les ai gardées dans un coin secret de mon ordi. 3 ans… c’est le moment de les sortir et de voir un peu!

 

Alors factuellement, c’est plutôt très coloré. vous en conviendrez. mais en même temps, j’ai fait exprès car je voulais des couleurs qui pètent pour votre arrivée ici et il fallait aussi que ça reste lisible pour la tag line. je ne pouvais pas prendre des couleurs trop claires au risque de les voir disparaitre sur la fond blanc. alors, je constate que j’ai de petites obsessions : les beaux rouges, les beaux ciels, les émeraudes, les turquoises, les roses. suis très violette dites donc! ni très foncée. okay!

alors… so what?! que peut on faire de toutes ces couleurs? pour moi c’est toujours un point de départ. après on peut s’amuser. comme ça :

 

ou comme ça :

et bien évidemment… on peut imaginer des palettes, en duo, trio, quatuor… 5 couleurs ;p

 

 

etc etc etc. AYE! vous savez tout de comment transformer un blog en gros tetris mon boulot maintenant. c’est comme ça, je rencontre mes couleurs, ensuite, ça décante, puis, je les retrouve et les assemble. ça peut faire des murs de crèches, des rouges à lèvres, des flacons, des papiers, des typos, des palettes makeup… ça vous plait? plait? plait?!

mille bises

 

 

Le Blanc : entrée dans la matière

Ola Chicas!

Ca va comme vous voulez? encore merci pour vos commentaires sur la Havane, merci!

alors, voici sans transition mon 4e post sur le blanc! ouais! à vrai dire, c’est la couleur qui, formellement et conceptuellement mute le plus en ce moment. Elle m’inspire énormément de nouvelles idées et je la porte sans cesse. C’est aussi avec elle, que s’écrit une nouvelle page de ma vie de bloggeuse.

non plus toute seule, mais au sein d’un collectif : Les Particules Complémentaires, #LPC. nous sommes 9 pour constituer le premier girlband de bloggeuses parisiennes QUI NE CHANTE PAS DU TOUT. hahaha. il s’agit tout simplement d’un regroupement de nanas, plutôt dans la mode, la beauté et le lifestyle, avec des affinités, des différences, des divergences, et dont le but est de faire émerger de nouvelles manières de faire, de nouvelles idées. Donc on lance notre projet aujourd’hui, avec un joli site à la clé pour faire circuler tout ça. vous pourrez y trouver chacun de nos univers, nos collaborations. et la page blanche de chacune, puisqu’on a toutes écrit quelque chose sur le blanc aujourd’hui. pour bien entrer dans la matière!

bon alors, à moi de bosser maintenant! suis la seule colorDesigner du LPC en plus! donc LE BLANC! on s’était un peu arrêté sur cette histoire de virginité, de pâleurd’amour, alors j’aimerais justement qu’on entre maintenant dans la matière. le blanc, je vous l’avais dit, c’est comme une promesse; la page avant qu’elle ne se noircisse, avant que la note fasse résonner sa musique. si je vais plus loin, avant le blanc, il n’y a rien. DE RIEN. donc le blanc, c’est la pureté de la page, la virginité des idées mais c’est aussi de manière plus prosaïque, la blancheur du papier en tant que matière. Donc, avant le blanc, il n’y a même plus cette matière, vous me suivez? il y a… ce qu’il y a sous la matière, derrière. il y a la peau, la lumière qui transperce le tissu, l’espace poétique et sensuel qui t’amène à autre chose. c’est pour cela que Rei Kawakubo dans sa collection White Drama parlait de couleur de passage (pour elle, la naissance, le mariage, le veuvage et la mort). une essence qui ne se montre pas.

ça me rappelle d’ailleurs ce que Anne Varichon disait quand elle parlait du lait ou du sperme : substances blanches, nourricières, essentielles, mais n’ayant pas besoin d’être vu pour remplir sa fonction (contrairement au rouge).

Alors, on voit énormément de blanc en ce moment. Rei a fait des petits (tout arrive). sculptural, onirique, le blanc nous raconte de nouvelles histoires. Avec un grand retour de la porcelaine notamment. il semble que l’on veuille, à l’opposé du noir, retrouver une essence douce aux choses. je pense aussi à Christophe Robin qui me disait adorer le blond, car lumineux et proposant plus de contrastes. je m’explique : les ombres d’une chevelure blonde, sont souvent noires. alors que les lumières d’une chevelure brune sont rarement blanches. le spectre proposé avec les teintes claires est donc plus large, allant du très très claire, au très très sombre. et c’est là que je reviens à la matière. là où le noir tend à annuler, à aplatir, le blanc, est certainement, la couleur qui le mieux valorise la matière. avec lui, les modelés sont exacerbés, la matière se rend visible dans ses moindres détails. ça donne envie de se rapprocher, de toucher, de caresser, de comprendre. et si l’on devient plus blanc, que blanc, que l’on arrive au trou, alors le blanc nous fait passer dans l’absence de matière, dans sa fragilité. le blanc c’est donc la porte entre le rien et le tout. et la boucle est bouclée.

et c’est là que c’est beau. non?

alors je vous vois venir “mais Mai, pfff ON S’EN CARRE! ce qu’on veut savoir, c’est si tu portes VRAIMENT ce pantalon blanc ajouré de partout?!” et ma réponse est OUI. on n’oublie pas que mon fantasme ultime est de sortir en body! je le porte soit avec ce t-shirt par dessus, soit même parfois rentré dans une grande culotte noire façon 50′s. j’hallucine d’ailleurs de voir si peu de réactions de type “non mais oh, tu me remballes tout ça, TOUT DE SUITE!” nan, ça le fait grave! je dirais même que c’est moins coquin que le tshirt dehors car dans ce cas, à chaque mouvement, on se demande si j’ai une culotte ou pas (/si je me suis épilée ou pas). tout ça tout ça.

le blanc ou l’art de montrer le vide! de dévoiler en s’habillant. le blanc, substantiel et sensuel.

… Cheers!

 

Retrouvez le blanc selon les potes du #LPC :

le blanc de Géraldine Dormoy Café Mode

le blanc de Lili Barbery Coulon Ma Récréation

le blanc de Lisa Gachet Make My Lemonade

le blanc d’Olivia da Costa Please! Magazine

le blanc de Mathilde Toulot Shooooes

le blanc de Lise Huret Tendances de Mode

le blanc de Virginie Dhello VeePost

le blanc de Domino Lattès de What Domino Wants

 

Nails Beat for Sephora

 

HEY YOOOOOOO! voici une vidéo réalisée pour Séphora. je me disais que c’était de bonnes vibes à vous envoyer pour l’ouverture de l’été….
bravo à Sophie A. pour le Nail Art, à Jade et Elina pour leurs mains sublimes et à mon musicien préféré, Manu Amstrong pour la musique!

j’espère vous avoir fait danser avec mes couleurs!

très beau weekend à vous depuis CPH! `
YEEEEHHHHHHHAAAAAAAAAA!

L’amour est-il bleu?

Yves Klein, le saut dans le vide

“Maman, l’amour, c’est bleu l’amour?” Léo et ses questions merveilleuses…
Mon fils chéri, je n’ai pas réussi à te répondre sur le coup. Alors plus tard, tu liras ces quelques lignes. Elles sont pour toi. Elles sont pour toi. Aussi. Elles sont pour vous. Bien sur.

Si l’on revient à ce que dit Klein, le bleu lui fait penser à des choses infinies. La mer, le ciel… Alors, par extension il en fait la couleur de notre sensibilité. Il dit que nous envoyons des hommes sur la lune, conquérir l’infini de l’univers mais que nous oublions toujours de conquérir cet espace intérieur. Ce qu’on a dans le ventre, dans le cœur. Et si nous partions conquérir notre sensibilité?! cet autre infini, qui est en nous?
Klein nous place devant ses monochromes. Il dit “je vois les traits de pinceaux comme autant de barreaux de prison.” Ces monochromes comme surface de libération, sont plus hauts qu’un homme et plus larges que ses bras ouverts pour que chacun puisse à partir d’une surface fermée faire l’expérience d’un infini. tu me suis? Son fameux bleu, le IKB, International Klein Blue est un bleu outremer qu’il a réussi a agglomérer sans trace de médium. Car d’habitude si tu mélanges ce bleu à n’importe quel médium, il perd automatiquement sa superbe. Il se jaunit à l’huile, se blanchit à la gouache, se fonce à l’eau, comme un cailloux que l’on mouille.
Entre le rien et le sublime, il n’y a qu’un pas. Notre regard. Notre envie. tu verras, toi aussi tu seras happé, hypnotisé. Electrisé.
Alors l’amour oui, en ce sens Léo, ça peut être bleu.

Et puis tu sais, le bleu c’est aussi la couleur de la déprime, des états d’âme “damn, i’m feeling Blue”, c’est la couleur de la trouille. Ce puit sans fond que l’on fait mine de ne pas voir. que l’on occulte. Sans même s’en rendre compte.
Encore une fois, ça colle pas mal.

Kandinsky lui, c’est le premier a avoir étudié la sensorialité des couleurs, ce qui, au delà des symbolismes particuliers à chaque culture, peut être partagé universellement, factuellement par chacun. Donc si on se met devant un grand mur bleu, ou devant un Klein, ce qu’on sentira c’est un dynamisme exacerbé, avec un double mouvement, qui part au loin et en même temps rentre en lui même (le jaune au contraire va rayonner et venir t’ attraper l’œil). Alors il y a quelque chose de contemplatif, quelque chose qui nous emmène, nous emporte, peut faire peur aussi. Encore. Oui l’amour serait encore bleu mon garçon.

Et puis enfin, le bleu c’est la couleur de khrishna et de l’érotisme en Inde. C’est un bleu profond mais presque fluo. Hyper excitant. Cette valeur énergétique est reprise en chromathérapie et en hypnose. C’est une couleur énergisante, ressourçante, qui te rend invincible, crée un bouclier de confiance, comme une brume épaisse faite d’infinie gouttelettes bleues. Douces et bienveillantes.

L’amour, c’est bleu?
Le bleu c’est tout ça en tout cas. Et le Klein, j’en fais mon spotted #39. allez zouh!

Alors en plus de l’Amour est Bleu de Vicky Leandros, que je trouve un peu pourri (on t’apprend n’importe quoi à l’école), tu iras écouter la chanson de Toyface, Flight, que j’ai mise sur une vidéo avec ta sœur au printemps. Car je viens de m’en rendre compte, elle commence comme ça : Let’s fly // Terrify // Over this bewildring sea… toi aussi mon garçon, je te souhaite un jour de voler aux dessus des mers. d’avoir peur mais d’y aller tout de même.

Que vive le bleu. Et un océan d’amour pour tous.

Chromatic Think

C’est la classe internationale sur l’hexagone, car me voici citée dans plein d’articles portant sur la couleur. #superfierté!

Merci encore à Lili Barbery Coulon du M, le Monde, Charlène Favry de l’Obsession et Sabine Maida de Grazia, pour leurs itw. ça me plait tellement de pouvoir réfléchir sur les tendances ou même plus largement sur des sujets de société en rapport avec la couleur. MERCI!

Outre mon intervention, je vous invite à courrir chercher le dernier M, le Monde avec un supplément beauté de toute beauté!

d’ici là, un peu de lecture donc. je n’ai pas trouvé celui du grazia, mais voici les 2 autres articles, plus celui que vous me réclamiez sur parole de mamans :

L’argument du Pigment de Lili Barbery Coulon

Fièvre Rose de Charlène Favry

Superbytimai dans Parole de Mamans

C’est l’occasion pour moi de tourner une page, avec une nouvelle couleur, le bleu du printemps parisien, clair et en même temps profond, énergisant, et que j’ai retrouvé dans les maquillages d’une makeup artiste incroyablement inspirante, Isamaya fFrench (on en reparle très très vite). bienvenue à mon spotted #38.

et mille bises à vous!