Diary

4 ans, superPoem contest

Une vidéo publiée par Timai Hua (@supertimai) le

 

salut la compagnie,

comme chaque année, on prépare l’été, avec un nouveau concours : on a eu les best beauty Augustips, la playlist superPatate, on a eu la chaine youtube superPépite. Cette année, j’ai vu que vous aimiez écrire (cf le concours David Mallett), donc l’idée serait de collecter des poèmes, des nouvelles, des souvenirs, des petites histoires… ça vous dit?

j’ai par ailleurs envie que l’on soit de plus en plus nombreux ici. il faut répandre l’amour non?… beh si, voyons!

donc voici mon plan d’attaque : votre mission si vous l’acceptez est de:

> partagez votre vidéo préférée du blog depuis 4 ans (et 3 mois) sur votre Facebook, avec un petit mot disant pourquoi vous aimez cette vidéo (bah ouais carrément). n’oubliez pas de tagger ma fanpage afin que je vous retrouve.

> afin que je vous retrouve encore mieux, vous joignez ici en commentaire le lien vers ledit partage en l’accompagnant de votre prose. le thème du texte peut être lié à la vidéo que vous préférez… ou pas. c’est quartier libre! pas de limite quantitative.

les 15 meilleurs textes seront publiés sur le blog, afin de vous faire, j’en suis sûre de très belles lectures pour les autres membres de notre superCommunauté. ces 15 personnes seront par ailleurs recontactées par mail afin de nous envoyer un selfie qui accompagnera le texte que vous allez écrire. weuhou.

ensuite, comme d’hab, chacun pourra voter en cliquant sur les tips qui apparaitront en bas du post. à la fin, les 3 meilleurs gagneront des produits (je sais pas combien)(on va dire plein). je choisirai mon pref parmi les 3 qui sera couronné de notre reconnaissance éternelle.

allez, à vos claviers. soyez drôles, soyez poignantes, soyez barrées, soyez vous.

bref, mettez y tout votre coeur!

4 ans, 250 vidéos, et ça c’est super!

hey hey hey, et oui, ça fait 4 ans (et 3 mois)(retard réglementaire)(puisqu’ici je fais les règles), oui 4 ans et 3 mois qu’on se suit de tout tout près! je suis tellement heureuse et fière de tout ce chemin parcouru. c’est quand même pas mal, non?

pour être tout à fait honnête, j’avais dans l’idée il y a 4 ans de devenir la garance doré de la cosmétique (en 3 mois), mais rien de tout ça n’est arrivé. en 250 vidéos (près de 300 en fait), vous m’avez montré comment vous vous faisiez belles, ça oui, et c’est super, mais vous avez fini par montrer comment vous cuisiniez, comment vous dansiez, comment vous jouiez, tout ça est tellement beau. MERCI! il y a autant de blogs que de bloggers, et je crois qu’au fond, ce qu’il y a de beau là dedans, c’est que le blog finit toujours par ressembler à son auteur(e), je veux dire dans ses motivations profondes. on peut pas tricher. j’adore.

en regardant cette vidéo, je me mets à danser toutes seule et j’espère que c’est pareil pour vous, pfff… même au bureau! allez c’est le moment d’en faire profiter tout l’open space. à fond les ballons! je me sens redevable et infiniment honorée par la présence si riche de toutes ces personnes filmées, par votre présence aussi, si active, si bienveillante. un immense MERCi! on va continuer encore cette année, même si, vous le savez, je suis prise par un autre bébé qu’il me tarde de voir naître. ce blog reste pour moi un lieu de recherche et de partage absolument unique et irremplaçable dans ma vie. en revoyant toutes ces vidéos, je me dis “putain de merde, on a ri, on a pleuré, on a partagé tellement de moments précieux” mais quelle vie!

Allez, continuez à poser vos coms ici, j’en suis totalement accrocs. partagez encore plus ce blog car il faut répandre l’amour. encore mille mille MERCIS!

je vous embrasse de tout mon coeur!

Blonde (feat. Axel Newell) All Cried Out

MBSR, un an plus tard : la lettre à moi-même

Timai_MBSR_lettreAmoiMeme5

 

Samedi, je me décide à éplucher mon courrier réparti comme il se doit (ie anarchiquement) dans l’ensemble de l’appartement. près du frigo, sur le frigo, sous le canapé, sur la table basse, sur le bureau, dedans aussi. il y en avait partout. comme je devais partir en vadrouille, j’avais “chargé” l’ensemble dans mon sac à dos (oui oui, il y avait bien une cinquantaine de lettres)(pfff) pour me farcir la chose entre 2 rdv.  je m’installe dans un café et tente de tout faire tenir sur une table. après 12 factures chiantes, apparait une enveloppe avec me semble-t-il, tiens, hum, what? MA PROPRE ECRITURE. les factures peuvent bien attendre, je saisi la chose, l’ouvre et découvre cette lettre écrite au bic bleu presque sec, sur du papier recyclé…

je vous raconte pas la claque.

déjà, il m’a fallu 5 bonnes minutes pour comprendre. c’est à dire que pendant ces 5 minutes, j’avais un autre moi qui m’écrivais une lettre. LE BOR-DEL! au bout de 5 minutes cependant, je me suis enfin revue en train de m’écrire, 1 an plus tôt, allongée sur le sol de notre salle de méditation. ceux qui me suivent se souviennent peut être de mon post sur ce stage de 8 semaines de Mindfullness Based Stress Reduction (MBSR). cette lettre était la dernière expérience à laquelle nous avions été invités à participer : s’écrire pour dans 1 an. j’avais totalement oublié. mais totalement.

on sait que la meilleure façon de se rendre lisible est d’écrire noir sur blanc. alors là, bleu ciel sur gris, évidemment, c’est moins évident. il fallait semble t il accompagner mon effort psychique de cet effort physique. j’avais l’impression d’un message venu de l’au delà. d’un message fragile et précieux, pas forcément accessible, à la forme et aux couleurs pauvres, presqu’ à bout de souffle… mais un message au fond si clair et si puissant. c’était comme si j’étais sous acide l’univers me parlait. Quelle expérience incroyable.

pour revenir au fond de cette lettre, même si j’en avais oublié le contenu, et que je ne médite pas du tout quotidiennement (plutôt une fois par semaine, voire moins), il me semble que l’intention qui a motivée son écriture m’a bel et bien guidée toute cette année. et j’en suis très heureuse : ce qu’on peut être gentil avec soi-même quand on est pleinement conscient!

encore merci à Inken et Dominique, les 2 intervenants qui nous ont guidés pendant ce stage, pour ce magnifique cadeau.

à y réfléchir, je vais à nouveau m’écrire pour dans un an. qui veut se charger de m’envoyer la lettre?

plein d’amour, à vous aussi!

J’aurais dansé avec Yanis Marshall (enfin… derrière)

Quelle énergie!!!!!!
Bon, vous le savez, je suis fan de danse. enfin… j’adore danser. mes aventures (partielles d’ailleurs) à l’Urban Dance Camp vous avaient plues, et je continue de mon côté à tenter différentes aventures chorégraphiées. le cas de Yanis Marshall, rendu “famous” après sa participation en talons au Britain Got Talent, ainsi que ses nombreuses vidéos devenues virales sur youtube, m’a totalement enthousiasmée rendue folle. Comme à l’UDC, je me suis sentie “like shit” assez vite (10min env.)(soit le temps des échauffements). hahahahaha! mais en même temps, j’avais appris ce de passage si difficile de ma vie, et ai réussi à m’en foutre un peu plus rapidement que l’été dernier. ouais, je crois que j’ai dépassé la bataille du bien-faire, maintenant quand je vais à son cours (option sans talons hein), j’en ai rien à carrer. j’y vais, au 2e rang même. RIEN A FOUTRE!

Ce qui me plait chez Yanis, en plus de son talent, c’est son naturel et son jusque boutisme. les cours sont rythmés par ses cris “aaaaaaaaaahhhhhhhhh”, ses rires, et ses fameux “nan mais là t’as pas compris : TU DOIS VENDRE TON PERE ET TA MERE QUAND TU DANSES LA CHOREEEEEE, OKAAYYYYYYY!” évidemment quand tu lâches tous les fauves sur ton 52 x 8 temps, que t’en peux plus, qu’en plus d’avoir vendu ton père, ta mère, t’as aussi livré tes mômes, et la crémière, il se fend d’un “mouais, c’était médium… on la refait nan?”

HAHAHAHAHAHA!

Alors, vous me direz : “mais dis moi ma coquinette, ce serait pas un peu sexe quand même?” et je vous dirais “tout à fait”! quand il danse, tu vois que le mec, il en peut plus. et je trouve ça fou d’oser montrer ça. d’oser à ce point être qui on est. tout simplement. d’ailleurs, je cite “un conseil, quand t’as pas d’idée : soit tu marches, soit tu te touches!!!!” best tip ever! on devrait appliquer ça dans la vie, en dehors d’un cours de danse, nan?!!!… ouais, dès que t’as pas d’idée, beh tu marches ou tu te touches, et tout ira mieux… HAHAHAHAH

Alors, vous me direz : “mais dis moi ma coquinette, t’aurais pas besoin de… niquer un peu toi?” et je vous dirais “tout à fait! beh non, c’est drôle de penser qu’on faire l’amour comme ça”. je ne saurais pas le justifier mais j’adore ce côté chez certains gay : totalement lâché du cul… BITCH (NAN J AI PAS ECRIT CA). et c’est vrai que c’est libératoire d’exprimer ça dans la danse, ce côté hum… allez oui disons le : “SEXE-TO-DEATH” (forcément écrit en capitales). c’est comme pour le voguing, je ne vois pas de femme qui m’inspire ça.

quand je repars d’un cours de Yanis Marshall, j’ai pas tout compris, mais j’ai tout donné! et ça me donne une énergie folle.

allez une dernière qui me fait hurler de rire : “et 5, et 6, et 7… partouze!”

mille bises!!!!!!

 

Life On Mai

Timai LifeOnMai

salut les petits choux,

c’est étrange parce que pour la première fois, je ne sais pas ce que je veux vous écrire. enfin si (ça va vite finalement)(hahaha): je vais avoir besoin de vous! Depuis deux mois environ, je suis plongée dans l’écriture de mon film. je vous avais prévenus, et je ne sais toujours pas comment ça va sortir, mais j’ai une histoire à vous raconter. une histoire de bonnes femmes. de bonshommes. la mienne, la nôtre. car je viens d’une drôle de lignée. vous n’allez peut être pas me croire mais, je viens d’une lignée de femmes incroyablement malheureuses. et… faut que ça cesse!

en allant voir mini-mémé la semaine dernière, elle me dit “regarde, c’est ma mère”. je connaissais des reproductions de cette photo, la seule qu’elle ait pu garder, mais je n’avais jamais vu l’original. je suis frappée par la beauté de cette jeune femme, métisse française, comme Tâm. mon arrière grand-mère.

et là derrière, à moitié caché, il y a mon arrière grand-père. ils ne sont pas photographiés ensemble; je vais vous raconter pourquoi. ils se sont rencontrés à une soirée dansante. Lui vivait au Cambodge, mais chaque samedi, il montait à Hanoi pour danser. il adorait danser. ils se sont rencontrés donc. ils se sont aimés; et ma grand-mère est arrivée. Elles deux à Hanoï, lui au Cambodge. un jour n’y tenant plus, mon arrière grand-mère (je ne connais pas son nom) prend sa gamine sous le bras, pour descendre le retrouver. elles ont… marché! de Hanoi au Cambodge; elles ont marché. elles ont trouvé sa demeure. frappé à la porte. une gouvernante leur a ouvert et la nouvelle est tombée comme un couperet : “partez s’il vous plait, monsieur a une vie et une famille ici.”

quand je pense que c’est une histoire vraie. que c’est l’histoire (enfin non ça n’est qu’une partie) de cette femme incroyablement belle sur cette photo. j’imagine, peut être qu’elle ne savait pas à quel point elle était belle. on ne sait peut être jamais à quel point on est beau.

alors je vais avoir besoin de vous, parce qu’un événement de cette nature n’arrive pas tout seul, qu’il en engendre d’autres. Il faut du temps et de la force pour se relever. Une vie ne suffit parfois pas. Il faut parfois plusieurs générations pour le faire. et ces générations, en fait, vous les connaissez en partie : mini-mémé, docteur loan, tâm et moi. et j’aimerais tellement vous raconter!

j’aimerais que ce projet, soit d’une certaine manière notre projet. cela a déjà commencé puisque Marine, ma productrice, est une lectrice du blog depuis le premier post. elle m’a contactée parce qu’elle a confiance en moi, en ce film. ensemble, nous avons incroyablement avancé. j’en suis à la 12e écriture peut être. l’histoire commence à bien se tenir mais je sais qu’ il en faudra peut être encore 3 fois plus. sans compter ce qui suit bien sûr! vous ne pouvez pas savoir à quel point tout cela m’enthousiasme! je suis A FOND!

ouais, en fait, je n’osais pas vous demander, mais finalement je suis A FOND! Aidez moi à vous raconter notre histoire! dîtes moi comment vous pouvez m’aider. je ne sais pas encore, mais peut être que vous aurez des idées. j’attends vos coms avec grande grande impatience.

mille mille baisers!

Free Your Fun : le bal masqué… bien coloré

hahahaha, et vive l’approximation et le plein d’énergie! depuis qu’ils sont tout petits, nous organisons des anniversaires pour nos enfants. et c’est toujours n’importe quoi (la preuve l’année dernière). je sais que la plupart des parents préparent des animations, des jeux, des sorties (parfois même culturelles) et je suis admirative mais perso, ça me dépasse totalement. je ne fais même plus l’effort de préparer un gâteau tellement je suis nulle pour ça (la preuve il y a 7 mois) (de toute façon, c’est connu, les enfants ne les mangent pas les gâteaux d’anniversaire)(… BONBONONONONSSSS!!!!). de mon point de vue, on passe tellement de temps à les “élever” nos enfants, à les faire grandir, à donc littéralement les rendre plus grands, plus hauts, plus “élevés”, que si le job est bien fait, ça vaut parfois le coup d’alterner avec un épanouissement disons plus foutraque. mon père disait toujours en parlant de mes frères et moi “laisse les vivre”. et je trouve ça tellement inspirant.

je me rappelle d’une année, pour les 4 ans de Tâm, nous étions à la bourre pour les invitations et les avions donc faîtes par sms. et puis à la dernière dernière minute, on en a fait en papier quand même. pour le geste quoi. notre coquinette les a alors distribué à d’autres enfants. je veux dire à des enfants qui n’avaient été invités par smeusss… si bien qu’on s’est retrouvés non pas à 7, non pas à 12, non pas à 18. NOOOONNNN! il y avait 25 mômes à la maison. VINGT CINQ!!! naaaannn? siiii!!! il en sortait de partout, des placards, des lits, de la cuisine. ça se roulait par terre, ça hurlait de rire et nous, bah on a juste lâché prise. et c’était extraordinaire!

l’enfance c’est vraiment le dernier pays de la liberté et ça me touche quand les copains de Tâm et Léo se sentent libres à notre contact. mais oui, tu as le droit de faire dégouliner le chocolat, de lâcher tes veuchs et ton déhancher, d’écouter de la musique commerciale, de chanter très fort, très faux et même de te tromper dans les paroles! cette année, Tâm voulait des masques, un bal masqué et oups, j’avais oublié de les acheter tiens! eh bien qu’à cela ne tienne on a sorti une paire de lunettes pour en reprendre la forme, du papier, des feutres et des tapes de toutes les couleurs. participaient ceux qui voulaient…

bravo les enfants!

gif-masque

Ulysse, te voilà

Timai Ulysse Jean Harambat 3

Recueil Ulysse, Les Chants du Retour, de Jean Harambat; Photo de Jurgen Teller, Flow

 

“- Maman pourquoi as tu acheté Ulysse 4 fois?

– parce que je l’ai offert 3 fois”

ça fait 6 mois environ que j’aimerais vous écrire sur Ulysse! mais j’arrive pas à faire un post assez bien!

on va y aller simplement du coup, et ne pas se mettre la pressure. Ulysse, beh c’ est une merveille. je le vois comme une BD documentaire où Jean Harambat nous raconte et le retour d’Ulysse à Ithaque, et ce qu’en disent les plus grands spécialistes, ou plutôt les plus grands passionnés. on y mêle donc l’histoire et les histoires sur l’histoire. mille aventures humaines, mille cheminements personnels provoqués par l’aventure d’Ulysse. des tas de gens ont crié au génie, le recueil a été sélectionné à Angoulême mais moi, ça m’émeut infiniment plus parce que Jean, c’est mon copain. on s’est rencontrés il y a presque 20 ans sur les bancs de l’Essec. Il faisait en plus de notre école de commerce, la fac de philo et griffonnait sans cesse des portraits des gens qu’il aimait. ce doux rêveur nous parlait de l’Odyssée et des enjeux philosophiques cachés derrière les films de cowboys. après l’école il était parti en Argentine pour faire partie d’une équipe pro de rugby, bon bref, Jean c’était tout un poème!

il a voyagé à travers les continents, on se voyait quand il passait à paris. et puis un jour je l’appelle, ça faisait longtemps, un an ou deux peut être et là il me dit “euh… tu sais pas ce qu’il m’est arrivé?” “non”

quelques mois plus tôt, jean avait été rapatrié d’Afrique (il y faisait une mission humanitaire me semble t il). inanimé. on ne sait pas pourquoi. les médecins le donnaient pour presque mort en fait. une vie végétative tout au plus; et puis un jour, il a ouvert un oeil, puis deux. les médecins disaient que c’était un miracle. mais que ce serait tout. et puis beh Jean il s’est levé. il a marché. on ne sait pas comment. je vous écris ça et ça me file des frissons. au téléphone, il me disait qu’il n’avait pas encore retrouvé ses capacités de pince et qu’il ne savait pas s’il pourrait à nouveau dessiner.

Ulysse en revenant à Ithaque, revient à lui-même. il doit reconquérir son identité, malgré l’exil, malgré son âge, malgré tout. vivre et non survivre. et jean, le voilà aujourd’hui, avec cet Ulysse génial. il vit aujourd’hui dans les collines du sud ouest avec son amour et leurs deux filles. quelle odyssée me direz vous. et vous n’aurez pas tord.

Courrez, courrez lire Ulysse (s’il n’est pas encore en rupture de stock). c’est une belle chose que je vous souhaite là!

Playful by Lisa Roze

Timai Lisa's Playful Photography

 

Vous vous souvenez de ces photos prises avec la photographe Lisa Roze? ici. eh bien, 2 ans plus tard, Lisa m’a recontactée pour une nouvelle pose. cette fois ci, elle présente une expo et des objets imprimés, comme le tees que je porte. ça s’appelle Lisa’s Playful Photography. c’est tellement doux l’univers de Lisa. doux et malicieux : pendant la séance, elle voyageait en riant sans cesse, entre ses 3 appareils photos; dont 2 pola que je ne saurais dater (anciens, très anciens). je m’aime bien sur cette photo. on voit pas bien mais j’ai les yeux very pailletés. à la fin, Audrey, la maquilleuse m’a dit “viens que je te démaquille” j’ai dit non bien sûr. comme Lisa, ça me plait bien de pailleter mon environnement!

si ça vous dit de voir d’autres paires d’yeux vous regarder encore, venez demain ou dimanche à la boutique éphémère, dans le 3e. toutes les infos ici.

je poste peu en ce moment. il y a un grand projet qui se prépare et je vais avoir besoin de vous. merci d’être toujours là, merci pour tous vos commentaires aussi. si riches, si bienveillants, si encourageants! big kisses! des étoiles et des coeurs aussi! mouah!

Improvisation sur le Fail Educatif

Une vidéo publiée par Timai Hua (@supertimai) le

Hahaha + aïe aïe aïe = haaaayaïeyaïeyaïe

Je vous explique mon équation du fail éducatif : je viens d’une famille bien bien à gauche. mon père est juste un ancien communiste. Quand il œuvrait à la fcpe (association de parents d’élèves ancrée à gauche), il me disait souvent “tous ceux qui te diront “on s’en fout de la politique” et qui du coup s’inscrivent à l’Ape (l’autre asso de parents, a-politique donc), en fait, ils sont tous à droite!” beh… c’était vrai. Non pas que ce soit mal mais c’était comme ça.
J’ai grandi en faisant des manif etc et alors, ça devient comme inscrit dans ton ADN que t’es une fille de gauche, avec tout un inconscient qui va avec, des règles tacites que l’on a même pas à énoncer comme… C’EST JUSTE PAS POSS’ D’AIMER SARDOU. Alors, en arrivant en école de commerce…. aïe aïe aïe : à chaque soirée, fallait se taper le Lac de l’enfer, repris à tue-tête à grand renfort d’auréoles de transpi sous les bras (sauf si en fait, c’est la bière du voisin qu’avait tout éclaboussé). Et moi je disais “c’est vraiment de la musique de droite Sardou”. ça faisait rire et on me disait

” Mais non… ON S’EN FOUT!
– beh t’aime Sardou toi?
– beh ouais?
– et, tu votes à droite toi?
– beh, ouais!
– beh, voilà!”
Ça marchait à 100% ce truc.

Bref, l’autre jour, le père de nos enfants me dit “t’as pas entendu parler de la Famille Bélier?”
Il me montre la bande annonce et tous les 2 devant l’ordi, on s’est mis à chialer. On ressemblait à des Chers Parents Deschiens. C’était parfaitement irrépressible.
J’ai ensuite emmenée ma fille voir le film au cinéma avec une copine. Il y a plein de belles choses je trouve, notamment l’émancipation de l’enfant, l’incompréhension entre génération (belle métaphore que de prendre des parents sourds pour parler de ça) mais ce que c’était pénible cette envie de réhabiliter Sardou. Mais pourquoi?!!!
Bref la scène de fin arrive et la…. Fontaine sa mère!

La video de mes enfants qui me font une impro sur la chanson de la Famille Bélier (on va l’appeler comme ça, ça fait moins mal que “la chanson à Sardou”)(Sardouille?) ça parle un peu de ça. Des grands principes éducatifs que l’on se donne et puis ce qui nous échappe totalement. Putain mes enfants font des reprises de Sardou… aïe aïe aïe (… Fuck même)! Et en même temps… je fonds, je fonds (suis leur mère quoi)… HAHAHAHAHHAHAHAHAHA

je veux/peux pas dire que je m’en fous, mais j’ai un sentiment foutraque qui fait vraiment haaaayaïeyaïeyaïe

hahahahahah

allez je sais : on comprend rien. mais dîtes moi que vous avez compris quand même! bisous!

Happy New Year les Biquettes

 

Photos Julie Perrot

 

Et oui la nouvelle année de la Chèvre d’Eau vient de commencer. je vous souhaite mille couleurs, de la félicité, de la prospérité et une belle santé. Aujourd’hui, comme chaque année, nous sommes allés chez mon père déguster son porc au caramel. c’était bon.

 

 

La semaine dernière j’ai fait une commande un peu spéciale au fleuriste Debeaulieu. Je regarde ces bouquets absolument incroyables et les photos que Julie en a faite. je leur avais demandé du forsythia, la fleur en branche jaune, symbole de renouveau printanier, ou tout autre fleurs en branches, et puis… plein de couleurs. C’est pas sublimissime?!!! il me semble que je peux être heureuse rien qu’en regardant des fleurs…

 

 

On dit que l’année va être surprenante, avec des hauts, des bas… et beaucoup de développements artistiques. hahaha. on  va voir ce qu’on va voir.

 

 

je fais en tout cas le voeux que cette année ressemble à cette explosion époustouflante et parfumée de couleurs!

 

 

Que ça virevolte! que le bonheur s’offre à vous. et que vous puissiez vous aussi en offrir à ceux qui vous sont chers. Mille bises!

La Joie!


Photographie de Terri Weifenbach en collaboration avec Diptyque

Etan & me de Viviane Sassen

L’Art de la Joie, Essai sur la Sagesse de Nicolas Go.

 

Ce dimanche, en passant devant une affiche “Je suis Charlie”. Ma fille : “j’ai bien compris tout ce qu’il s’est passé, que c’est important et historique, tout ça, mais… j’aimerais que l’on revienne à un monde en couleurs” (naaaannn…. siiiii).

j’ai tenté de lui répondre sur le temps du deuil, propre à chacun, la nécessité que certains continuent à revendiquer, pour que nous tous, on n’oublie jamais. il y a pour ma part, ce vague à l’âme qui ne me quitte jamais vraiment. et en même temps, je comprends ce besoin de renaître, de ne pas perdre de vue, de ne pas oublier la vie “en couleurs”. je comprends… j’y aspire même!

par ailleurs, avis aux parents, j’ai appris depuis qu’il fallait remettre les enfants hors de ce débat, car ils tendent à revivre pleinement la douleur du moment, alors que nous, c’est un peu différent n’est ce pas?

depuis les attentats, je pense énormément à cet ouvrage magnifique sur l’Art de la Joie. cela fait très longtemps d’ailleurs que je voulais vous en parler. car cela fait longtemps que je le lis, le relis, fous des post-it partout, et l’oublie, et le relis… je n’aurais pas la prétention de vous re-développer toute la réflexion de Nicolas Go, son auteur, mais celle-ci m’accompagne toujours en filigrane, et de manière plus prégnante depuis quelques semaines, car ce qu’il avance est que la joie est une forme de résistance face à l’horreur : déjà que c’est violent, déjà que c’est dur, alors, si je perds la joie, je perds 2 fois.

d’ailleurs, il distingue de manière très intéressante la joie du bonheur. le bonheur est pour lui une suspension, une parenthèse qui nous oblige à oublier la violence : comment être heureux lorsque l’on sait toute la violence qui nous entoure? impossible. le temps du bonheur nous est toujours compté et se trouve étroitement lié à notre capacité d’abstraction, nécessairement éphémère, face à la brutalité du monde. la joie, elle, on l’a toujours en nous. elle est toujours là, pour qui veut y croire, il faut juste parfois, retrouver le chemin (comme la mémoire). et face à un monde parfois désespérant, on n’a parfois que la joie, que le rire à lui opposer. mais si on l’a, c’est déjà ça.

ok Tâm, on ne va pas glisser dans un monde en noir et blanc. On sait ce qu’il se passe, mais on va continuer à lui proposer de la couleur. je trouve que c’est un magnifique programme. non?

baisers… colorés donc!

L’Art de la Joie, Essai sur la Sagesse de Nicolas Go.

République, j’arrive!

il est 1h43 et je ne dors toujours pas.

ce que c’était beau. ce que c’était bon. grand. la foule était compacte, bienveillante, presque douce. les larmes me montaient à chaque vague d’applaudissements. il y avait tellement de monde, que je ne suis jamais arrivée à République! quelle joie et quelle fierté. on était tous ensemble, ensemble. c’était massif, mais surtout c’était… possible!

les jours précédents ont été abominables. ma fille me faisait des câlins et des dessins “plain de bisous” pour m’apaiser (faut que je l’aide en orthographe semblerait-il). je ne pouvais pas tenir de conversation. autour de moi, on avait la nausée, on ne pouvait rien avaler, on ne dormait pas bien, on se réveillait avec les yeux anormalement gonflés. les corps parlent. pour ma part j’ai des bleus partout de tomber sans cesse, de me cogner. la perte de repères sans doute, le vertige : en France, des Français tuent d’autres Français parce qu’ils dessinent, sont juifs ou flics? ah non, ça passe pas. comme vous, j’ai été abasourdie d’entendre des récits d’enfants “ils auraient pû n’en tuer qu’un, douze, c’est trop”. comme une lame qui m’aurait fendue en deux.

nous avons marché hier, et ce que la France était belle comme ça. nous étions là pour pleurer nos morts ensemble, pour prendre soin de nous dans cette foule incroyable, pour dire aux autres, pour nous dire qu’on n’avait pas peur. nous sommes debout, nous avons des valeurs. nous sortons les défendre. pour construire aussi un avenir, je me suis dit qu’il fallait continuer. je me suis dit que je portais aussi une responsabilité. que toutes ces années, “jusque là tout va bien” comme ils disaient dans la Haine, toutes ces années, je n’ai pas voulu voir les dangers qui aujourd’hui nous pètent à la gueule. que je dois faire mon examen de conscience. j’ai regardé, comme vous tous énormément de vidéos, dont voici les plus marquantes.

> Robert Badinter sur France Inter

> Philippe Val qui vient de perdre tous ses amis

> Jeannette Bougrab en colère

> l’Imam de Drancy 

> Brigitte Gabriel sur Benghazi (sa réponse à partir de 4’07)

tout ça me fait réfléchir. je ne sais encore quoi penser mais ça avance.

et puis, je suis fille d’immigrés, la France a donné une chance à ma famille, j’ai bénéficié d’une scolarité, je n’ai pas connu la guerre, j’ai une police qui me protège. il faut que je rende. ces événements malheureux m’ont fait prendre conscience de mon manque de conscience justement. J’y ai compris le sens des mots liberté, égalité, mais aussi fraternité. et je vais chercher activement une manière de me rendre utile pour les autres, pour ceux qui en ont besoin et pour mon pays. ça va passer par des choses simples, du soutien scolaire par exemple, ou réaliser des vidéos avec les gamins, j’en sais rien, mais je dois faire quelque chose. chacun peut être utile.

je pensais pas dire ça un jour, mais : Vive la République!

JE SUIS CHARLIE

voilà plus de 24h, que je reviens ici régulièrement. que je n’arrive pas à vous écrire. j’ai posé une écran noir ce matin. mais je n’arrivais pas faire d’avantage. toujours ce sentiment de dévastation. de tristesse immense. comme un trou béant dans le ventre. une violation profonde. je pense aux victimes, blessées ou tuées comme des bêtes par cette bande de salopards… l’horreur…

je vais place de la République; je regarde ce lion si fier et cette statue si grande, si haute, cette figure féminine sous laquelle est inscrite dans la pierre “à la Gloire de la République Française”. et je pleure, je pleure.

et en même temps, il faut bien se mettre debout. je suis debout, bordel de merde! je pense à ceux que j’aime, à mes enfants, au monde que j’aimerais construire pour eux, et celui qui semble se dessiner à la place. et puis à nous aussi. nous tous ensemble. faut qu’on reste ensemble là. OKAY?!

La liberté d’expression pour moi, c’était comme le dit Titiou Lecoq, un mot un peu vain. “ouais eukay…pfff” ce qu’on est bête quand on ne sait pas. quand on ne sait pas la chance qu’on a. mais là, ici, je veux dire qu’on a tous à faire quelque chose. et pas en se taisant dans l’espoir que ça passe, pas en l’ouvrant pour asséner des conneries côté extrême droite (j’en connais une qui se frotte les mains et ça me fait des haut-le-coeur), ou racisme ordinaire “ah bon, t’es musulman? mais ça te fait pas réfléchir tout ce qu’il se passe?”. non, ce qu’on peut tous opposer à ces extrêmes qui vous disent quoi penser, qui vous dise de vous soumettre, qui vous disent d’avoir peur, c’est plus de démocratie face à la barbarie. plus de liberté, plus de laïcité, plus d’amour, plus de rire. j’aimerais vous dire aussi, qu’on peut aimer les religions, qu’on peut les détester, qu’on peut s’en foutre, qu’on peut être à Paris, à Olso, au Pakistan… on est tous égaux. et d’ailleurs, pour ces cons aussi, on est tous les mêmes. rien ne sert de s’opposer les uns aux autres. on n’est tous ensemble, dans la même barque. et on est très nombreux. immensément nombreux. il ne faut jamais cesser de croire. il faut marcher. se mettre debout. ensemble.

je vis, nous vivons dans un pays magnifique où l’on a le droit de s’exprimer, où l’on a le droit à une éducation, où l’on peut… blogger!!!! et je ne veux pas céder à la peur, parce que demain, les cons ils pourront dire “nan mais ce serait pas obscène un blog beauté? allez oui, on n’a qu’à dire ça!” ou “nan mais elle aurait pas fait un beauty portrait avec une musulmane? elle est dangereuse nan?”. on va laisser ça se développer en nous? de la peur? ALLEZ VOUS FAIRE FOUTRE!

je suis triste à l’idée que cela devienne un acte militant de se rassembler, de s’exprimer, de ne pas avoir peur, de rire, de juste… VIVRE. mais je garde la joie et la fierté d’opposer ces valeurs que je sais maintenant, au plus profond de moi, inaliénables. JE SUIS CHARLIE.

avec tout mon amour

Mon Itw pour l’Express Styles et autres histoires


Tea Time avec Timai par LEXPRESS, réalisation vidéo par Pascale Leray

wellooooo les biquounets!

et très très belle année à vous tous. Je vous souhaite de belles couleurs, de belles émotions, des montagnes de brouzouffes, une santé du tonnerre, tout l’amour du monde et puis c’est tout!

on commence l’année avec cette itw QUE JE TROUVE CANON! Elle a été réalisée par  Elodie Bousquet, pour l’Express Styles avec un “complément d’enquête” pour son blog, l’aparté beauté de mai hua, hahaha.

Cette vidéo m’a touchée parce qu’elle mêle savamment plusieurs aspects de moi (mon métier, mes interrogations, mes vidéos, mon lien au blog et à vous), et puis il y a aussi des photos de mon compte instagram, dont certaines datent et que je n’avais pas vues depuis très longtemps. ça m’a fait l’effet d’une pitite restrospective et je dois dire que j’ai tellement changé au contact de ce blog, que ça m’a pas mal émue. j’ai changé physiquement et psychologiquement à votre contact. ce blog m’a permis, entre autre, de m’ouvrir, de me connaitre et d’une certaine manière de “me” rencontrer.

mon frère Lâm, qui m’avait tellement tannée pour que je lance mon blog a écrit un très bel article pour les 10 ans du sien (nan mais 10 ANS!)(sans déconner) où il raconte très bien ce lien spécifique que l’on a à son blog et que les réseaux sociaux ne remplacent pas du tout (au fait, vous me followez oui?!). je me sens chez moi ici, mais je sens surtout une sorte de miroir inconscient, entre mes désirs véritables, mes réalisations, mes ratés…

alors pour boucler la boucle avec une anecdote (faisant écho à celle du début de la vidéo donc)(le bonhomme)(sur sa moto)(vous suivez?). il est vrai que vous et moi, on se croise de plus souvent dans la rue, dans le métro, à la caisse du monop, “vous êtes bien Timai? du blog?”et je vous remercie du fond du coeur parce c’est toujours un étonnement pour moi et un plaisir évidemment. c’est assez… pioufff incroyable! bref, je vous raconte la dernière en date : Je suis partie rencontrer une lectrice pendant les vacances, je vous en reparle vite, et dans le train du retour dimanche, j’étais avec les enfants, à repenser à notre voyage, super émue. et il y avait un jeune couple au fond, là bas, et plein de gens entre nous. beaucoup de monde dans ce train. un dimanche de retour de vacances quoi. en descendant, on se retrouve nez à nez avec nos grandes valoches et le TER qui va bientôt s’arrêter à Rennes, et là le bonhomme du couple s’approche et me dit : “en tout cas, merci pour vos vidéos : ma chérie me fait de super boBun à la maison maintenant!”

hahahahahahah. JE VOUS JURE QUE C’EST VRAI!!!! allez cheers et encore une très très belle année à vous! et encore mille mercis à Elodie et l’Express Style! de l’amour!

Bises d’une touriste


Comment ça, j’ai pas posté depuis bientôt l’année dernière?! à vrai dire, il est bientôt 3h du matin, je n’ai pas fini de bosser mais viens ici, aux nouvelles. alors les chéries, comme ça va? dîtes moi un peu! vous me manquez énormément et j’ai au moins 10 vidéos pour vous dans les bacs mais arf… tellement de travail. il faut que je dorme aussi… non?

sachez en tout cas, que je ferme peut être la boutique pendant les fêtes (enfin je dis ça, c’est même pas sûr), et que malgré la fatigue (attention syndrome kaliméro) je ne pouvais me résoudre à ne pas passer par ici avant 2015, avant Noël. donc quoi qu’il arrive (qui sait, vais peut être clamser sous une montagne de vidéos beautés à livrer)(vieillir prématurément c’est plus probable)(#kaliméro… ho ho ho)(l’est tard)(hahaha), donc quoiqu’il arrive, je vous envoie plein de belles pensées pour cette fin d’année. prenez soin de vous et des vôtres, reposez vous, prenez des bains, embrassez vos enfants, faîtes l’amour. tout ça, tout ça. laissez des coms (bordel de merde!). okay? et on se revoit vite!

je vous embrasse très tendrement, très fort, avec un paris tout ensoleillé derrière moi (et qui sait ce qui m’attend devant?)

à très très vite!

Fille, mère & femme

 

Deux itw de moi sont parues récemment, l’une sur l’enfance, l’autre sur la maternité. l’une et l’autre ne me définissent pas entièrement, mais quand même… ça en dit sûrement pas mal!

Mon amie Lise de Tendance de Mode a une très belle rubrique, Souvenirs d’Enfance. Elle s’interroge comme Marguerite Duras dont la citation ouvre chacune de ses itw “Il reste toujours quelque chose de l’enfance, toujours…”

 

 

j’ai répondu au fil… du clavier (hahahah) sans trop me relire. mais en me relisant, justement sur son blog, justement après cette citation, j’ai eu comme une émotion. Je disais à Fred l’autre jour, alors qu’il me photographiais, “si je ne souris pas, tu vois une tristesse dans mes yeux”. Et là, je crois que dans cette itw, il y a certains moment où je n’ai pas souri. et ça m’a plu de me montrer comme ça. aussi. moi qui ai toujours été une si bonne élève… pour ceux que ça intéresse, c’est !

 

 

et puis, en parallèle, j’ai raconté ma life au magasine de la marque Emoi Emoi. J’y parle de valeurs, de mon héritage. de ce que j’aimerais à mon tour transmettre à mes enfants. c’est drôle, parce que j’ai mis beaucoup de temps à comprendre ces choses. il y a 6 mois encore, je n’aurais pas pu raconter tout ça. pour ceux que ça intéresse, c’est !

 

 

Et puis non, je n’ai pas répondu à une itw en tant que femme, mais Mathilde, elle, s’est posé plein de questions sur le sujet suite au Beauty Portrait réalisé sur elle. sur la notion de contrôle, de joie, de simplicité, d’expression du féminin, en chaussures d’homme ;p pour ceux que ça intéresse, c’est !

j’en profite pour répondre à MarianneHéhé qui se disait perdue sur les notions de féminité et de sexy : “que dois je faire?!” semble t elle s’écrier. et bien Marianne… héhé… en un mot comme en cent : fais ce qu’il te plait! mathilde justement a écrit un très beau texte sur cette notion du sexy (j’encourage la lecture auj!) pour ceux que ça intéresse, c’est ! je dirais que le sexy “classique” à la Versace, à la Cavalli, à la… ma mère (hahahah) c’est plus vraiment à la mode. aujourd’hui, on veut mettre un esprit singulier en avant, un cerveau fait corps : donc des volumes qui n’ont rien à voir avec ledit corps, des assemblages qui ne cherchent pas à le valoriser (ce serait beaucoup trop vulgaire), mais qui cherchent à démontrer un goût, une prise de hauteur, une connaissance et une intégration de multiples codes… que l’on va mixer. que d’esprit! et en même temps, quand tes cheveux sont emmêlés, quand ta chemise est ample, ton manteau bien camel, eh bien, tu vas quand même jouer la femme sexy, dans ta démarche, ta manière infiniment cool et détachée de te mouvoir (sous le regard des autres). seule l’attitude compte finalement. et c’est encore plus sexe si t’es pas habillée sexe mais que tu arrives quand même à être sexe. pffff… c’est compliqué et surtout… héhé : ON S EN TAPE!!! Marianne et toutes les gonzesses qui se posent la question : on n’en à rien à foutre si vous ne paraissez dans aucun blog de street style. sexy-folie ou styly-preppy, plaisez-vous à vous, ça c’est précieux.

Sinon, je regarde ces fleurs, flamboyantes et vieillissantes. et me pose plein de questions… ce sera pour une autre fois!

mille mille bises