Diary

Improvisation sur le Fail Educatif

Une vidéo publiée par Timai Hua (@supertimai) le

Hahaha + aïe aïe aïe = haaaayaïeyaïeyaïe

Je vous explique mon équation du fail éducatif : je viens d’une famille bien bien à gauche. mon père est juste un ancien communiste. Quand il œuvrait à la fcpe (association de parents d’élèves ancrée à gauche), il me disait souvent “tous ceux qui te diront “on s’en fout de la politique” et qui du coup s’inscrivent à l’Ape (l’autre asso de parents, a-politique donc), en fait, ils sont tous à droite!” beh… c’était vrai. Non pas que ce soit mal mais c’était comme ça.
J’ai grandi en faisant des manif etc et alors, ça devient comme inscrit dans ton ADN que t’es une fille de gauche, avec tout un inconscient qui va avec, des règles tacites que l’on a même pas à énoncer comme… C’EST JUSTE PAS POSS’ D’AIMER SARDOU. Alors, en arrivant en école de commerce…. aïe aïe aïe : à chaque soirée, fallait se taper le Lac de l’enfer, repris à tue-tête à grand renfort d’auréoles de transpi sous les bras (sauf si en fait, c’est la bière du voisin qu’avait tout éclaboussé). Et moi je disais “c’est vraiment de la musique de droite Sardou”. ça faisait rire et on me disait

” Mais non… ON S’EN FOUT!
- beh t’aime Sardou toi?
- beh ouais?
- et, tu votes à droite toi?
- beh, ouais!
- beh, voilà!”
Ça marchait à 100% ce truc.

Bref, l’autre jour, le père de nos enfants me dit “t’as pas entendu parler de la Famille Bélier?”
Il me montre la bande annonce et tous les 2 devant l’ordi, on s’est mis à chialer. On ressemblait à des Chers Parents Deschiens. C’était parfaitement irrépressible.
J’ai ensuite emmenée ma fille voir le film au cinéma avec une copine. Il y a plein de belles choses je trouve, notamment l’émancipation de l’enfant, l’incompréhension entre génération (belle métaphore que de prendre des parents sourds pour parler de ça) mais ce que c’était pénible cette envie de réhabiliter Sardou. Mais pourquoi?!!!
Bref la scène de fin arrive et la…. Fontaine sa mère!

La video de mes enfants qui me font une impro sur la chanson de la Famille Bélier (on va l’appeler comme ça, ça fait moins mal que “la chanson à Sardou”)(Sardouille?) ça parle un peu de ça. Des grands principes éducatifs que l’on se donne et puis ce qui nous échappe totalement. Putain mes enfants font des reprises de Sardou… aïe aïe aïe (… Fuck même)! Et en même temps… je fonds, je fonds (suis leur mère quoi)… HAHAHAHAHHAHAHAHAHA

je veux/peux pas dire que je m’en fous, mais j’ai un sentiment foutraque qui fait vraiment haaaayaïeyaïeyaïe

hahahahahah

allez je sais : on comprend rien. mais dîtes moi que vous avez compris quand même! bisous!

Happy New Year les Biquettes

 

Photos Julie Perrot

 

Et oui la nouvelle année de la Chèvre d’Eau vient de commencer. je vous souhaite mille couleurs, de la félicité, de la prospérité et une belle santé. Aujourd’hui, comme chaque année, nous sommes allés chez mon père déguster son porc au caramel. c’était bon.

 

 

La semaine dernière j’ai fait une commande un peu spéciale au fleuriste Debeaulieu. Je regarde ces bouquets absolument incroyables et les photos que Julie en a faite. je leur avais demandé du forsythia, la fleur en branche jaune, symbole de renouveau printanier, ou tout autre fleurs en branches, et puis… plein de couleurs. C’est pas sublimissime?!!! il me semble que je peux être heureuse rien qu’en regardant des fleurs…

 

 

On dit que l’année va être surprenante, avec des hauts, des bas… et beaucoup de développements artistiques. hahaha. on  va voir ce qu’on va voir.

 

 

je fais en tout cas le voeux que cette année ressemble à cette explosion époustouflante et parfumée de couleurs!

 

 

Que ça virevolte! que le bonheur s’offre à vous. et que vous puissiez vous aussi en offrir à ceux qui vous sont chers. Mille bises!

La Joie!


Photographie de Terri Weifenbach en collaboration avec Diptyque

Etan & me de Viviane Sassen

L’Art de la Joie, Essai sur la Sagesse de Nicolas Go.

 

Ce dimanche, en passant devant une affiche “Je suis Charlie”. Ma fille : “j’ai bien compris tout ce qu’il s’est passé, que c’est important et historique, tout ça, mais… j’aimerais que l’on revienne à un monde en couleurs” (naaaannn…. siiiii).

j’ai tenté de lui répondre sur le temps du deuil, propre à chacun, la nécessité que certains continuent à revendiquer, pour que nous tous, on n’oublie jamais. il y a pour ma part, ce vague à l’âme qui ne me quitte jamais vraiment. et en même temps, je comprends ce besoin de renaître, de ne pas perdre de vue, de ne pas oublier la vie “en couleurs”. je comprends… j’y aspire même!

par ailleurs, avis aux parents, j’ai appris depuis qu’il fallait remettre les enfants hors de ce débat, car ils tendent à revivre pleinement la douleur du moment, alors que nous, c’est un peu différent n’est ce pas?

depuis les attentats, je pense énormément à cet ouvrage magnifique sur l’Art de la Joie. cela fait très longtemps d’ailleurs que je voulais vous en parler. car cela fait longtemps que je le lis, le relis, fous des post-it partout, et l’oublie, et le relis… je n’aurais pas la prétention de vous re-développer toute la réflexion de Nicolas Go, son auteur, mais celle-ci m’accompagne toujours en filigrane, et de manière plus prégnante depuis quelques semaines, car ce qu’il avance est que la joie est une forme de résistance face à l’horreur : déjà que c’est violent, déjà que c’est dur, alors, si je perds la joie, je perds 2 fois.

d’ailleurs, il distingue de manière très intéressante la joie du bonheur. le bonheur est pour lui une suspension, une parenthèse qui nous oblige à oublier la violence : comment être heureux lorsque l’on sait toute la violence qui nous entoure? impossible. le temps du bonheur nous est toujours compté et se trouve étroitement lié à notre capacité d’abstraction, nécessairement éphémère, face à la brutalité du monde. la joie, elle, on l’a toujours en nous. elle est toujours là, pour qui veut y croire, il faut juste parfois, retrouver le chemin (comme la mémoire). et face à un monde parfois désespérant, on n’a parfois que la joie, que le rire à lui opposer. mais si on l’a, c’est déjà ça.

ok Tâm, on ne va pas glisser dans un monde en noir et blanc. On sait ce qu’il se passe, mais on va continuer à lui proposer de la couleur. je trouve que c’est un magnifique programme. non?

baisers… colorés donc!

L’Art de la Joie, Essai sur la Sagesse de Nicolas Go.

République, j’arrive!

il est 1h43 et je ne dors toujours pas.

ce que c’était beau. ce que c’était bon. grand. la foule était compacte, bienveillante, presque douce. les larmes me montaient à chaque vague d’applaudissements. il y avait tellement de monde, que je ne suis jamais arrivée à République! quelle joie et quelle fierté. on était tous ensemble, ensemble. c’était massif, mais surtout c’était… possible!

les jours précédents ont été abominables. ma fille me faisait des câlins et des dessins “plain de bisous” pour m’apaiser (faut que je l’aide en orthographe semblerait-il). je ne pouvais pas tenir de conversation. autour de moi, on avait la nausée, on ne pouvait rien avaler, on ne dormait pas bien, on se réveillait avec les yeux anormalement gonflés. les corps parlent. pour ma part j’ai des bleus partout de tomber sans cesse, de me cogner. la perte de repères sans doute, le vertige : en France, des Français tuent d’autres Français parce qu’ils dessinent, sont juifs ou flics? ah non, ça passe pas. comme vous, j’ai été abasourdie d’entendre des récits d’enfants “ils auraient pû n’en tuer qu’un, douze, c’est trop”. comme une lame qui m’aurait fendue en deux.

nous avons marché hier, et ce que la France était belle comme ça. nous étions là pour pleurer nos morts ensemble, pour prendre soin de nous dans cette foule incroyable, pour dire aux autres, pour nous dire qu’on n’avait pas peur. nous sommes debout, nous avons des valeurs. nous sortons les défendre. pour construire aussi un avenir, je me suis dit qu’il fallait continuer. je me suis dit que je portais aussi une responsabilité. que toutes ces années, “jusque là tout va bien” comme ils disaient dans la Haine, toutes ces années, je n’ai pas voulu voir les dangers qui aujourd’hui nous pètent à la gueule. que je dois faire mon examen de conscience. j’ai regardé, comme vous tous énormément de vidéos, dont voici les plus marquantes.

> Robert Badinter sur France Inter

> Philippe Val qui vient de perdre tous ses amis

> Jeannette Bougrab en colère

> l’Imam de Drancy 

> Brigitte Gabriel sur Benghazi (sa réponse à partir de 4’07)

tout ça me fait réfléchir. je ne sais encore quoi penser mais ça avance.

et puis, je suis fille d’immigrés, la France a donné une chance à ma famille, j’ai bénéficié d’une scolarité, je n’ai pas connu la guerre, j’ai une police qui me protège. il faut que je rende. ces événements malheureux m’ont fait prendre conscience de mon manque de conscience justement. J’y ai compris le sens des mots liberté, égalité, mais aussi fraternité. et je vais chercher activement une manière de me rendre utile pour les autres, pour ceux qui en ont besoin et pour mon pays. ça va passer par des choses simples, du soutien scolaire par exemple, ou réaliser des vidéos avec les gamins, j’en sais rien, mais je dois faire quelque chose. chacun peut être utile.

je pensais pas dire ça un jour, mais : Vive la République!

JE SUIS CHARLIE

voilà plus de 24h, que je reviens ici régulièrement. que je n’arrive pas à vous écrire. j’ai posé une écran noir ce matin. mais je n’arrivais pas faire d’avantage. toujours ce sentiment de dévastation. de tristesse immense. comme un trou béant dans le ventre. une violation profonde. je pense aux victimes, blessées ou tuées comme des bêtes par cette bande de salopards… l’horreur…

je vais place de la République; je regarde ce lion si fier et cette statue si grande, si haute, cette figure féminine sous laquelle est inscrite dans la pierre “à la Gloire de la République Française”. et je pleure, je pleure.

et en même temps, il faut bien se mettre debout. je suis debout, bordel de merde! je pense à ceux que j’aime, à mes enfants, au monde que j’aimerais construire pour eux, et celui qui semble se dessiner à la place. et puis à nous aussi. nous tous ensemble. faut qu’on reste ensemble là. OKAY?!

La liberté d’expression pour moi, c’était comme le dit Titiou Lecoq, un mot un peu vain. “ouais eukay…pfff” ce qu’on est bête quand on ne sait pas. quand on ne sait pas la chance qu’on a. mais là, ici, je veux dire qu’on a tous à faire quelque chose. et pas en se taisant dans l’espoir que ça passe, pas en l’ouvrant pour asséner des conneries côté extrême droite (j’en connais une qui se frotte les mains et ça me fait des haut-le-coeur), ou racisme ordinaire “ah bon, t’es musulman? mais ça te fait pas réfléchir tout ce qu’il se passe?”. non, ce qu’on peut tous opposer à ces extrêmes qui vous disent quoi penser, qui vous dise de vous soumettre, qui vous disent d’avoir peur, c’est plus de démocratie face à la barbarie. plus de liberté, plus de laïcité, plus d’amour, plus de rire. j’aimerais vous dire aussi, qu’on peut aimer les religions, qu’on peut les détester, qu’on peut s’en foutre, qu’on peut être à Paris, à Olso, au Pakistan… on est tous égaux. et d’ailleurs, pour ces cons aussi, on est tous les mêmes. rien ne sert de s’opposer les uns aux autres. on n’est tous ensemble, dans la même barque. et on est très nombreux. immensément nombreux. il ne faut jamais cesser de croire. il faut marcher. se mettre debout. ensemble.

je vis, nous vivons dans un pays magnifique où l’on a le droit de s’exprimer, où l’on a le droit à une éducation, où l’on peut… blogger!!!! et je ne veux pas céder à la peur, parce que demain, les cons ils pourront dire “nan mais ce serait pas obscène un blog beauté? allez oui, on n’a qu’à dire ça!” ou “nan mais elle aurait pas fait un beauty portrait avec une musulmane? elle est dangereuse nan?”. on va laisser ça se développer en nous? de la peur? ALLEZ VOUS FAIRE FOUTRE!

je suis triste à l’idée que cela devienne un acte militant de se rassembler, de s’exprimer, de ne pas avoir peur, de rire, de juste… VIVRE. mais je garde la joie et la fierté d’opposer ces valeurs que je sais maintenant, au plus profond de moi, inaliénables. JE SUIS CHARLIE.

avec tout mon amour

Mon Itw pour l’Express Styles et autres histoires


Tea Time avec Timai par LEXPRESS, réalisation vidéo par Pascale Leray

wellooooo les biquounets!

et très très belle année à vous tous. Je vous souhaite de belles couleurs, de belles émotions, des montagnes de brouzouffes, une santé du tonnerre, tout l’amour du monde et puis c’est tout!

on commence l’année avec cette itw QUE JE TROUVE CANON! Elle a été réalisée par  Elodie Bousquet, pour l’Express Styles avec un “complément d’enquête” pour son blog, l’aparté beauté de mai hua, hahaha.

Cette vidéo m’a touchée parce qu’elle mêle savamment plusieurs aspects de moi (mon métier, mes interrogations, mes vidéos, mon lien au blog et à vous), et puis il y a aussi des photos de mon compte instagram, dont certaines datent et que je n’avais pas vues depuis très longtemps. ça m’a fait l’effet d’une pitite restrospective et je dois dire que j’ai tellement changé au contact de ce blog, que ça m’a pas mal émue. j’ai changé physiquement et psychologiquement à votre contact. ce blog m’a permis, entre autre, de m’ouvrir, de me connaitre et d’une certaine manière de “me” rencontrer.

mon frère Lâm, qui m’avait tellement tannée pour que je lance mon blog a écrit un très bel article pour les 10 ans du sien (nan mais 10 ANS!)(sans déconner) où il raconte très bien ce lien spécifique que l’on a à son blog et que les réseaux sociaux ne remplacent pas du tout (au fait, vous me followez oui?!). je me sens chez moi ici, mais je sens surtout une sorte de miroir inconscient, entre mes désirs véritables, mes réalisations, mes ratés…

alors pour boucler la boucle avec une anecdote (faisant écho à celle du début de la vidéo donc)(le bonhomme)(sur sa moto)(vous suivez?). il est vrai que vous et moi, on se croise de plus souvent dans la rue, dans le métro, à la caisse du monop, “vous êtes bien Timai? du blog?”et je vous remercie du fond du coeur parce c’est toujours un étonnement pour moi et un plaisir évidemment. c’est assez… pioufff incroyable! bref, je vous raconte la dernière en date : Je suis partie rencontrer une lectrice pendant les vacances, je vous en reparle vite, et dans le train du retour dimanche, j’étais avec les enfants, à repenser à notre voyage, super émue. et il y avait un jeune couple au fond, là bas, et plein de gens entre nous. beaucoup de monde dans ce train. un dimanche de retour de vacances quoi. en descendant, on se retrouve nez à nez avec nos grandes valoches et le TER qui va bientôt s’arrêter à Rennes, et là le bonhomme du couple s’approche et me dit : “en tout cas, merci pour vos vidéos : ma chérie me fait de super boBun à la maison maintenant!”

hahahahahahah. JE VOUS JURE QUE C’EST VRAI!!!! allez cheers et encore une très très belle année à vous! et encore mille mercis à Elodie et l’Express Style! de l’amour!

Bises d’une touriste


Comment ça, j’ai pas posté depuis bientôt l’année dernière?! à vrai dire, il est bientôt 3h du matin, je n’ai pas fini de bosser mais viens ici, aux nouvelles. alors les chéries, comme ça va? dîtes moi un peu! vous me manquez énormément et j’ai au moins 10 vidéos pour vous dans les bacs mais arf… tellement de travail. il faut que je dorme aussi… non?

sachez en tout cas, que je ferme peut être la boutique pendant les fêtes (enfin je dis ça, c’est même pas sûr), et que malgré la fatigue (attention syndrome kaliméro) je ne pouvais me résoudre à ne pas passer par ici avant 2015, avant Noël. donc quoi qu’il arrive (qui sait, vais peut être clamser sous une montagne de vidéos beautés à livrer)(vieillir prématurément c’est plus probable)(#kaliméro… ho ho ho)(l’est tard)(hahaha), donc quoiqu’il arrive, je vous envoie plein de belles pensées pour cette fin d’année. prenez soin de vous et des vôtres, reposez vous, prenez des bains, embrassez vos enfants, faîtes l’amour. tout ça, tout ça. laissez des coms (bordel de merde!). okay? et on se revoit vite!

je vous embrasse très tendrement, très fort, avec un paris tout ensoleillé derrière moi (et qui sait ce qui m’attend devant?)

à très très vite!

Fille, mère & femme

 

Deux itw de moi sont parues récemment, l’une sur l’enfance, l’autre sur la maternité. l’une et l’autre ne me définissent pas entièrement, mais quand même… ça en dit sûrement pas mal!

Mon amie Lise de Tendance de Mode a une très belle rubrique, Souvenirs d’Enfance. Elle s’interroge comme Marguerite Duras dont la citation ouvre chacune de ses itw “Il reste toujours quelque chose de l’enfance, toujours…”

 

 

j’ai répondu au fil… du clavier (hahahah) sans trop me relire. mais en me relisant, justement sur son blog, justement après cette citation, j’ai eu comme une émotion. Je disais à Fred l’autre jour, alors qu’il me photographiais, “si je ne souris pas, tu vois une tristesse dans mes yeux”. Et là, je crois que dans cette itw, il y a certains moment où je n’ai pas souri. et ça m’a plu de me montrer comme ça. aussi. moi qui ai toujours été une si bonne élève… pour ceux que ça intéresse, c’est !

 

 

et puis, en parallèle, j’ai raconté ma life au magasine de la marque Emoi Emoi. J’y parle de valeurs, de mon héritage. de ce que j’aimerais à mon tour transmettre à mes enfants. c’est drôle, parce que j’ai mis beaucoup de temps à comprendre ces choses. il y a 6 mois encore, je n’aurais pas pu raconter tout ça. pour ceux que ça intéresse, c’est !

 

 

Et puis non, je n’ai pas répondu à une itw en tant que femme, mais Mathilde, elle, s’est posé plein de questions sur le sujet suite au Beauty Portrait réalisé sur elle. sur la notion de contrôle, de joie, de simplicité, d’expression du féminin, en chaussures d’homme ;p pour ceux que ça intéresse, c’est !

j’en profite pour répondre à MarianneHéhé qui se disait perdue sur les notions de féminité et de sexy : “que dois je faire?!” semble t elle s’écrier. et bien Marianne… héhé… en un mot comme en cent : fais ce qu’il te plait! mathilde justement a écrit un très beau texte sur cette notion du sexy (j’encourage la lecture auj!) pour ceux que ça intéresse, c’est ! je dirais que le sexy “classique” à la Versace, à la Cavalli, à la… ma mère (hahahah) c’est plus vraiment à la mode. aujourd’hui, on veut mettre un esprit singulier en avant, un cerveau fait corps : donc des volumes qui n’ont rien à voir avec ledit corps, des assemblages qui ne cherchent pas à le valoriser (ce serait beaucoup trop vulgaire), mais qui cherchent à démontrer un goût, une prise de hauteur, une connaissance et une intégration de multiples codes… que l’on va mixer. que d’esprit! et en même temps, quand tes cheveux sont emmêlés, quand ta chemise est ample, ton manteau bien camel, eh bien, tu vas quand même jouer la femme sexy, dans ta démarche, ta manière infiniment cool et détachée de te mouvoir (sous le regard des autres). seule l’attitude compte finalement. et c’est encore plus sexe si t’es pas habillée sexe mais que tu arrives quand même à être sexe. pffff… c’est compliqué et surtout… héhé : ON S EN TAPE!!! Marianne et toutes les gonzesses qui se posent la question : on n’en à rien à foutre si vous ne paraissez dans aucun blog de street style. sexy-folie ou styly-preppy, plaisez-vous à vous, ça c’est précieux.

Sinon, je regarde ces fleurs, flamboyantes et vieillissantes. et me pose plein de questions… ce sera pour une autre fois!

mille mille bises

bonne nuit pépé

 

Hello la compagnie,

Je vous écris après une longue absence. Me voici installée sur une petite chaise en bois, dans un café juste en bas de l’hôtel où ma mère et mini mémé dorment encore. nous sommes à HCMC. Vietnam.

Tout va finalement bien, mais il y a 10 jours les médecins nous annonçaient la mort très prochaine de mon pépé (quelques jours au plus, nous avait on dit). Oncles, tante, nous, toute la famille a pris ses billets. Ma mère, même avec le coccyx cassé, a fait le voyage. Mini mémé, du haut de ses 91 ans, a voulu venir et moi, je voulais dire au revoir à pépé bien sûr, mais je voulais surtout les aider à se retrouver. Pendant 10 jours nous étions tous en apnée. J’étais moi-même totalement possédée par cette angoisse de ne pas rentrer à temps pour mon grand père. Impossible de vous écrire, ni de faire quoique ce soit, à part bosser et faire à manger pour mes enfants.

Et puis, au moment où nous survolions, le Kazakhstan peut être, que les obsèques étaient organisées, la pierre tombale presque choisie, les médecins ont détecté un problème de médicaments. Donc pépé, bah, il n’est pas mort. Et nous voilà tous réunis autour de son lit, pour lui dire au revoir, alors qu’il ne va pas partir.
C’est un sentiment très étrange. je suis évidemment très heureuse et en même temps totalement vidée. Cette grande inquiétude avait occupé toutes mes pensées pendant ces 10 derniers jours. Maintenant qu’elle n’a plus lieu d’être, il y a comme un vide.

Comme dit François Chen, il faut du vide pour créer le plein. Ça me laisse donc la place pour méditer sur la mort. Vous allez me dire, pour un 1er novembre… c’est pas mal senti! alors, pour ceux que ça angoisse de trop, vous n’êtes pas obligés de lire la suite.

 

 

Alors voilà, moi je crois que la mort fait partie de la vie. Je crois que, malgré le chagrin, c’est une chance, pour celui qui va partir, comme pour ceux qui restent de se dire au revoir, de s’accompagner jusqu’au bout.
Je crois aussi, parfois, lorsque je vois mon grand père, mourant depuis 5 ans (il ne bouge plus, ne parle plus, cligne parfois des yeux… Pfff il est proche de l’Ohio quoi), que l’on peut être mort, de son vivant. Je le ressens aussi quand je revois les images de ma grand mère il y a exactement un an, quand nous sommes rentrées la chercher. Je le ressens de manière plus imagées quand je croise des gens qui passent à côté de l’essentiel. qui vivent, sans vivre. Être mort de son vivant, ça c’est LE truc qui me fait peur. Et en même temps, quand je vois ma grand mère totalement remise sur pied, je me mets à croire aussi, si je vais jusqu’au bout, je me mets à croire en la résurrection. et depuis que j’ai vu mon pépé hier, j’y crois de plus en plus : en fait, quand mini mémé est arrivée dans la chambre de pépé hier, après ses 13h de vol, épuisée par l’angoisse de le retrouver mort, de le voir vivant mais en souffrance, de le voir tout court après 1 an d’absence, bref, quand mémé est arrivée, qu’ elle a caressée son visage, dit des mots doux “t’es encore tout beau”, mon grand père a ouvert les yeux, il les a cligné, il a refermé la bouche (elle était restée ouverte depuis… pfff, ça se compte en années)(je vous assure), repris des couleurs. Il était toujours émacié, toujours immobile, toujours muet, mais en même temps tout heureux, ça se voyait. Et on ne l’avait pas vu comme ça depuis longtemps, très longtemps. Un miracle. Vu dans quel état il est, je crois que l’annonce de sa non-mort n’a pas forcément été un soulagement pour lui, mais de revoir ma grand mère, ça oui je sais que ça lui a fait un bien fou. Ensuite ma mère lui a fait une méditation maison (euh… j’ai une mère un peu vaudou en fait) et il s’est endormi comme un bébé. Nous étions venus lui dire au revoir et on a juste eu à lui dire… “bonne nuit”.

 

Ah lala, tant qu’il y a de la vie comme ils disent.

Bon, j’en suis à ma 5e piqure de moustique, un cafard géant vient de passer près de mon pied (jolies couleurs orcre et brun toutefois). Il est temps d’aller voir si ma mère et ma grand se sont réveillées.

Profitez, profitez, de votre weekend, et de tout le reste. je vous envoie des pensées couleurs bleu d’azur, vu en plein ciel, ma nouvelle spotted shade. mille baisers à tous

 

une nuit dans my Lâm’s mind

photo de monsieurlam

La semaine dernière mon frère adoré fêtait un double anniversaire : ses 35 ans et les 10 ans de son blog! naaaannnn?!! siiiiii! vous ne pouvez pas imaginer tout ce que cela m’inspire d’avoir un frère si inspiré, et si earlier-than-early adopters (à vrai dire, il y a 15 ans, avant Facebook, il organisait déjà des boucles de mails ou chacun envoyait des status sur sa life à tous les autres)(quand je pense qu’il a aussi inventé le live tweet!)(il voulait aussi inventer une appli avec une système de géolocalisation pour que les gens se rencontrent)(naaaaannn?!!! siiii!).

alors parfois, c’est pas facile d’être aussi visionnaire parce que personne ne va aussi vite que vous/lui. la populace, dont je fais partie, ne vous crois pas. bref, pour sa fête, Lâm avait choisi le thème saugrenu de Risky Party. vous souvenez-vous de Tom Cruise, dansant en chemise, caleçon et chaussettes tirées?!!!! eh bien lâm l’a fait! je me disais secrètement “mouais, c’est un peu pourrie cette idée, non?!!”

en arrivant chez lui, chacun devait laisser tombé le pantalon dans le vestibule de l’entrée. j’avais pas prévu qu’on devrait aussi tomber les chaussures et m’étais pointée avec de belles sandales à très très hauts talons (la maline). bah tu parles, j’ai du les laisser au vestiaire. NAN MAIS LA CA DEPASSE LES BORNES! CETTE IDEE EST VRAIMENT POURR-RRRIEEE

Pas du tout nerveuse la fille. hahaha. Je ne sais pas si vous vous rappelez de cette nuit dans mon body. donc, moi me montrer à moitié à oil-pé pour une soirée, je dis… WHY NOT hein! hahahah, mais me montrer pas jolie, ah ça c’était pas poss’. et encore, j’ai pas de paquet entre le jambes… ;p

Eh bien vous savez quoi? finalement quand j’ai ouvert la porte qui donnait au salon, avec les pieds en dedans tellement j’étais pas à l’aise, que j’ai découvert tous ces gens sans pantalon (ET TOUS CES PAQUETS BIEN EMBALLES)(hahahah, c’teu fête du paqueto, hahahahaha)(je ris, je ris), eh bien… c’était un peu magique (mon côté emballage bien fait). et évidemment, tellement drôle. on a fait une fête, je vous raconte pas. à 4h du matin il y avait encore 60 personnes au moins, à danser et chanter comme des fous. il semblerait que de tomber le futal, ça ait mis tout le monde à l’aise ;p

finalement, je me suis dit : ça fait du bien de partager un moment où personne n’est à son top. nous, tous ensemble, on l’était, au top.

En en parlant à Lâm avant de le quitter, il me regarde avec cette douceur qui n’appartiens qu’à lui et se fend d’une très large sourire : “je savais”.

pffff, c’est lui le malin! et maintenant, à chaque fois que je repense à cette nuit sans pantalon, je me dis, ce serait bien un monde qui suivrait plus souvent ses idées.

love!

 

Peace and Love and Headspace

 

Ma merveilleuse amie Lili vient d’écrire un article sur une appli non moins merveilleuse, headspace. comme vous le savez, j’ai pris au printemps dernier un stage de Méditation en Pleine Conscience et cela m’a permis d’accéder à la paix intérieure (…)(parfois). disons que c’est le truc qui, après des années de psy, de travail sur moi etc, m’a permis de m’autonomiser. la vie est incroyable, mais elle n’est pas toujours facile (n’est ce pas?). la méditation est un outil simple qui me permet de trouver, en moi, les ressources pour faire face à nombre de situations. y compris difficiles. c’est une révolution dans ma vie. ni plus ni moins. et ce, sans avoir à aller élever des chèvres dans les Cévennes… ;p

Après le stage, j’ai continué la méditation. mais seul(e), c’est dur. alors quand j’ai vu Lili pratiquer quotidiennement, grâce à cette appli de méditation guidée, je me suis dit que c’était THE solution. les 10 premières séances sont gratuites, ce qui permet à chacun de jauger la pertinence ou pas de cette démarche. je me suis depuis abonnée pour un an (env. 60€) et j’avoue être totalement émerveillée par ce petit bijoux. la voix d’Andy me guide chaque jour de manière un peu différente. c’est facile, accessible, apaisant… et ça c’est super! allez, go, Go, GOOooOO!

 

ChildWood (#lpc)

Voici notre 3e post commun avec les particools du #lpc (le super crew de “Les Particules Elémentaires” pour ceux qui n’auraient pas suivi ;p); après le blanc, et summer, le thème imposé cette fois-ci est le bois. je voulais parler du bois tendre, des enfants qui grandissent, s’émancipent, s’initient, de l’adhérence de leurs petits pieds dans leurs sandales usées sur l’écorce, de toute l’intensité qu’ils mettent dans leur ascension, à ce moment précis où tout parait si important, des plus petits qui restent en bas à regarder, et qui rêvent de s’élever. entre la terre et le ciel.

bravo à Pépé Lolo pour la construction de cette cabane de rêve et à mes quatre petits aventuriers, pour leur montée épique.

je vous embrasse tendrement donc. très belle semaine à vous tous!

Retrouvez le Bois chez DominoGéraldineLiliLisaMathildeOliviaVirginie

Réaliser pour David Mallett, 3e


Ça vous a plu? je veux de beaux cheveux longs en forme de nuage NOW! encore merci pour tous vos messages d’encouragement. merci! ça promet! cela dit, y a pas que des interrogations importantes dans la vie; il y a des interrogations très très importantes : l’une d’entre vous serait elle intéressée pour aller se faire bichonner par Etienne ou Rishi… AU SALON j’entends! j’organise avec eux un concours pour vous remercier et vous gâter. voici les règles : laissez un commentaire pour leur adresser un message en direct. et on en choisit une au hasard. pour les personnes résidant en province ou à l’étranger et ne pouvant pas aller au salon, on vous enverra 3 produits. vous pouvez augmenter vos chances en participant aussi sur ma fanpage Facebook ou mon instagram. vous avez jusqu’au 12 octobre minuit.

encore merci à la belle actrice Natasha Andrews, à l’équipe de David Mallett pour la confiance qui m’est accordée et à l’incroyable Yuna, qui a accepté que nous posions sa chanson Lights and Camera sur cette video.

amusez vous (lire “lâchez vous”) et que la meilleure gagne!
je vous embrasse très tendrement.

Yuna – Lights and Camera

EDIT BRAVO A STEPHANIE PIRES QUI A GAGNE UNE SUPER COUPE AVEC ETIENNE, AINSI QU UN BONUS MASSAGE AVEC L INCROYABLE EMMANUELLE. MERCI DAVID MALLETT ET TOUTE L EQUIPE!

un chemin (partie 2)

salut la compagnie,

que d’amour, que d’amour. il m’est difficile de vous décrire tout ce qui se passe dans mon coeur et dans ma tête depuis vendredi. depuis toute cette dernière année. j’en pleure encore. tout d’abord un immense merci. les mots me manquent. merci infiniment pour tous vos messages, ici comme ailleurs, pour votre tendresse, votre partage. j’ai une chance inouïe de surfer baigner dans cet océan de vie. je répondais à l’une d’entre vous que le verbe aimer n’était pas qu’un sentiment vous débordant de toute part, c’est un verbe actif. et je crois qu’ici, ça ne manque pas d’action! hahaha. c’est un grand bonheur, une grande fierté, de pouvoir développer ça, en moi, et j’ose le dire… en vous. dîtes moi si j’abuse.

il y a 2 ans et demi, déjà, je vous racontais mon chemin, comment j’en étais arrivée à devenir colorDesigner. et je regarde le chemin parcouru depuis et… vous avoue ce que je ne vous avais pas dit à l’époque mais qui se résoud depuis. ici même. mon métier de colorDesigner, que j’adore et pratique toujours, avait un seul défaut : mes couleurs ne prenaient pas forme. je suis bonne en couleurs mais nulle en formes (ET VAIS DEPOSER CETTE PHRASE TELLEMENT ELLE EST HORS DU TEMPS). des flacons de parfums, des palettes de maquillages, des tubes de rouge à lèvres… disons que mes couleurs prenaient la forme que d’autres leur donnaient. mais mes couleurs à moi n’avaient pas d’autres développements, pas de destinées personnelles, pas de visage. je ne m’en souciais guère, c’était déjà bien d’avoir créé ma propre voie, d’avoir développé mon propre métier. non? mes couleurs n’avaient pas d’autres vocations. et puis, le blog s’est développé, dans une voie finalement parallèle à mon métier. et mes couleurs, dans mes vidéos, ont muté, elles ont enfin pris forme (vie?). et d’ailleurs, tout cela est tellement lié, qu’on s’en fout des couleurs. ça n’est qu’un médium. pour allez ailleurs. c’est une surface d’échange, une porte, pour vous communiquer tout ce qui me traverse. mes sentiments, mon émerveillement, la chance que j’ai de vivre cette vie, de vous rencontrer et de vivre parmi les miens. à votre contact, et au plus profond de moi, ce blog a été, et sera toujours, une surface de libération incroyable. je crois que j’ai plus peur de rien! hahahah

et puis, je voulais vous dire, et j’en tremble (comme quoi j’ai encore un peu peur), mais comme ça ce sera fait (ATTENTION LES ENFANTS, MAMAN DEPASSE SA PEUR)(et j’en mourrai pas!), je voulais vous dire que je vais réaliser un film. je dis ça… je ne sais pas comment, ni avec quels moyens. je vous le déclare, c’est tout! sans arrogance, aucune. je me mets simplement au pied de la montagne, sans savoir quelle forme ni quelle taille, elle fait. mais je vais monter. c’est sûr! et va falloir m’aider les poulet(te)s. et ne pas m’en vouloir si parfois, je poste moins, mais les images que j’ai publiées la semaine dernière font partie d’un projet plus grand, plus long, et qui s’impose à moi comme une nécessité. je ne peux pas l’expliquer autrement. alors ce film, c’est pas pour signifier que je suis devenue “une vraie” réalisatrice. j’en ai rien à carrer, non ce film c’est pour… “réaliser” ce que je suis. pour porter une voix et un message que vous commencez un bien saisir. étudier en école de commerce, puis en école d’arts, devenir colorDesigner, bloggeuse, puis réalisatrice, puis que sais je encore, c’est ça mon chemin : marcher sans cesse au plus près de ma vérité.

finalement, après avoir compris que j’étais une Femme Couleurs, la fille bien née d’une Porte Bleue et d’un Phoenix Rouge, je “réalise” de manière plus essentielle, que je suis le fruit d’un père militant, et d’une mère guérisseuse (nan mais parce que mini mémé, c’est pas que l’amour qui la remise sur pied hein!), oui donc je reprends : mon père est un militant dans l’âme et ma mère, une guérisseuse, et aujourd’hui, à 37 ans, j’ai choisi, à ma manière, de suivre leur trace.

mille mille baisers. et à demain (ne vous inquiétez pas, je ferme pas le blog ;p)

Bye Bye Blondie!


encore merci à Christophe Robin. Merci, Merci!!!

Et oui tout à une fin. j’espère que ces confessions intimes vous auront éclairées sur mon voyage en Blondie. Mes cheveux étaient tellement morts qu’il me fallait rentrer à la maison. J’ai mis quelques jours à m’y faire. La couleur est parfaite, PAR-FAITE mais ça m’a fait bizarre d’avoir cette tête “toute simple”. J’aimais me faire siffler dans la rue tout ça… Bref, à vrai dire, on commence à le deviner sur la vidéo, c’est que je suis loin d’être rentrée. car il y a eu comme un deuxième effet kiss cool : mes cheveux ne bougeaient plus. muerto de chez muerto. Même le ventilo de Beyonce n’y aurait rien changé. Pffff, ça m’a filé un bourdon vous pouvez pas savoir. mes copines me disaient : bah tu feras des soins “mais je reviens de chez Christophe Robin les minettes!!! on m’a fait environ 72 soins là. ils sont au top du top (du bas de la montagne).” la DEPRA-ÏME! parce qu’avoir de la paille sur la tête quand tu as la couleur de l’or-j’adore (ou du nid) ça le fait carrément. mais avoir de la paille sur le crâne, quand c’est brun, c’est vraiment la dèche. C’est un plan “only lovers left alive” alors que t’es même pas morte. Tant qu’à les avoir cramé, je me suis dit que j’aurais du faire une escale en Rosie ou en Permanentie. Si!

j’avais déjà prévu de tout couper cette semaine. une coiffure à la garçonne… je n’y suis jamais allée tiens! A moi la Garçonnie!

Bref, j’étais LOST!

et puis… vous me commencez à me connaître… la chance m’a souri! car j’ai été invitée hier à essayer un soin chez David Lucas de la marque Tokio Inkarami (n1 des soins pro au Japon). incroyable. L’effet ne va pas durer longtemps (on m’a dit 2 semaines, au lieu de 2 mois normalement), mais on y croit hein?! pour vous la faire courte, ce soin se fait en 4 parties. c’est entièrement naturel et ça ne sent rien. c’est tellement doux qu’on me l’a appliqué à mains nues, par massages successifs des 4 produits. Ceux ci imprègnent successivement chaque couche du cheveu jusqu’à son coeur. à la fin du brushing, quand j’ai vu mes tiff se remettre à bouger, j’ai failli chialer, tellement j’ai cru voir un mort se relever. je me suis sentie “raccommodée”. le résultat ici. c’est troublant une résurrection… Fred à raison, les cheveux parfois gouvernent le monde!

allez fingers crossed, la maison n’est pas loin! Belle semaine et priez pour moi.