3 > SuperColors

hay yes! merci pour tous vos messages hier, ça fait chaud, chaud, chaud et je crois qu’on est parti pour une très belle nouvelle année. j’ai tellement d’envies vous pouvez pas savoir! (faut que je me trouve une stagiaire d’ailleurs… ça devient very important!)(à bon entendeur)(faîtes tournez svp).
alors, cette semaine, comme c’est un peu spécial, on va se faire plaiz, plaiz, plaiz! je vais tout répéter 3 fois tiens… tiens, tiens!
ha ha ha!
figurez vous que tous mes spotted, vous savez mes bouts de ciel, de fleur, de pierre, de pull, tous ces bouts de couleurs qui arrivent en grand sur votre écran quand vous venez ici et qui ensuite se mettent sur la tagline “shall we beauty”, eh bien, depuis le début, je les ai gardées dans un coin secret de mon ordi. 3 ans… c’est le moment de les sortir et de voir un peu!

 

Alors factuellement, c’est plutôt très coloré. vous en conviendrez. mais en même temps, j’ai fait exprès car je voulais des couleurs qui pètent pour votre arrivée ici et il fallait aussi que ça reste lisible pour la tag line. je ne pouvais pas prendre des couleurs trop claires au risque de les voir disparaitre sur la fond blanc. alors, je constate que j’ai de petites obsessions : les beaux rouges, les beaux ciels, les émeraudes, les turquoises, les roses. suis très violette dites donc! ni très foncée. okay!

alors… so what?! que peut on faire de toutes ces couleurs? pour moi c’est toujours un point de départ. après on peut s’amuser. comme ça :

 

ou comme ça :

et bien évidemment… on peut imaginer des palettes, en duo, trio, quatuor… 5 couleurs ;p

 

 

etc etc etc. AYE! vous savez tout de comment transformer un blog en gros tetris mon boulot maintenant. c’est comme ça, je rencontre mes couleurs, ensuite, ça décante, puis, je les retrouve et les assemble. ça peut faire des murs de crèches, des rouges à lèvres, des flacons, des papiers, des typos, des palettes makeup… ça vous plait? plait? plait?!

mille bises

 

 

Le Blanc : entrée dans la matière

Ola Chicas!

Ca va comme vous voulez? encore merci pour vos commentaires sur la Havane, merci!

alors, voici sans transition mon 4e post sur le blanc! ouais! à vrai dire, c’est la couleur qui, formellement et conceptuellement mute le plus en ce moment. Elle m’inspire énormément de nouvelles idées et je la porte sans cesse. C’est aussi avec elle, que s’écrit une nouvelle page de ma vie de bloggeuse.

non plus toute seule, mais au sein d’un collectif : Les Particules Complémentaires, #LPC. nous sommes 9 pour constituer le premier girlband de bloggeuses parisiennes QUI NE CHANTE PAS DU TOUT. hahaha. il s’agit tout simplement d’un regroupement de nanas, plutôt dans la mode, la beauté et le lifestyle, avec des affinités, des différences, des divergences, et dont le but est de faire émerger de nouvelles manières de faire, de nouvelles idées. Donc on lance notre projet aujourd’hui, avec un joli site à la clé pour faire circuler tout ça. vous pourrez y trouver chacun de nos univers, nos collaborations. et la page blanche de chacune, puisqu’on a toutes écrit quelque chose sur le blanc aujourd’hui. pour bien entrer dans la matière!

bon alors, à moi de bosser maintenant! suis la seule colorDesigner du LPC en plus! donc LE BLANC! on s’était un peu arrêté sur cette histoire de virginité, de pâleurd’amour, alors j’aimerais justement qu’on entre maintenant dans la matière. le blanc, je vous l’avais dit, c’est comme une promesse; la page avant qu’elle ne se noircisse, avant que la note fasse résonner sa musique. si je vais plus loin, avant le blanc, il n’y a rien. DE RIEN. donc le blanc, c’est la pureté de la page, la virginité des idées mais c’est aussi de manière plus prosaïque, la blancheur du papier en tant que matière. Donc, avant le blanc, il n’y a même plus cette matière, vous me suivez? il y a… ce qu’il y a sous la matière, derrière. il y a la peau, la lumière qui transperce le tissu, l’espace poétique et sensuel qui t’amène à autre chose. c’est pour cela que Rei Kawakubo dans sa collection White Drama parlait de couleur de passage (pour elle, la naissance, le mariage, le veuvage et la mort). une essence qui ne se montre pas.

ça me rappelle d’ailleurs ce que Anne Varichon disait quand elle parlait du lait ou du sperme : substances blanches, nourricières, essentielles, mais n’ayant pas besoin d’être vu pour remplir sa fonction (contrairement au rouge).

Alors, on voit énormément de blanc en ce moment. Rei a fait des petits (tout arrive). sculptural, onirique, le blanc nous raconte de nouvelles histoires. Avec un grand retour de la porcelaine notamment. il semble que l’on veuille, à l’opposé du noir, retrouver une essence douce aux choses. je pense aussi à Christophe Robin qui me disait adorer le blond, car lumineux et proposant plus de contrastes. je m’explique : les ombres d’une chevelure blonde, sont souvent noires. alors que les lumières d’une chevelure brune sont rarement blanches. le spectre proposé avec les teintes claires est donc plus large, allant du très très claire, au très très sombre. et c’est là que je reviens à la matière. là où le noir tend à annuler, à aplatir, le blanc, est certainement, la couleur qui le mieux valorise la matière. avec lui, les modelés sont exacerbés, la matière se rend visible dans ses moindres détails. ça donne envie de se rapprocher, de toucher, de caresser, de comprendre. et si l’on devient plus blanc, que blanc, que l’on arrive au trou, alors le blanc nous fait passer dans l’absence de matière, dans sa fragilité. le blanc c’est donc la porte entre le rien et le tout. et la boucle est bouclée.

et c’est là que c’est beau. non?

alors je vous vois venir “mais Mai, pfff ON S’EN CARRE! ce qu’on veut savoir, c’est si tu portes VRAIMENT ce pantalon blanc ajouré de partout?!” et ma réponse est OUI. on n’oublie pas que mon fantasme ultime est de sortir en body! je le porte soit avec ce t-shirt par dessus, soit même parfois rentré dans une grande culotte noire façon 50′s. j’hallucine d’ailleurs de voir si peu de réactions de type “non mais oh, tu me remballes tout ça, TOUT DE SUITE!” nan, ça le fait grave! je dirais même que c’est moins coquin que le tshirt dehors car dans ce cas, à chaque mouvement, on se demande si j’ai une culotte ou pas (/si je me suis épilée ou pas). tout ça tout ça.

le blanc ou l’art de montrer le vide! de dévoiler en s’habillant. le blanc, substantiel et sensuel.

… Cheers!

 

Retrouvez le blanc selon les potes du #LPC :

le blanc de Géraldine Dormoy Café Mode

le blanc de Lili Barbery Coulon Ma Récréation

le blanc de Lisa Gachet Make My Lemonade

le blanc d’Olivia da Costa Please! Magazine

le blanc de Mathilde Toulot Shooooes

le blanc de Coco Tendances de Mode

le blanc de Virginie Dhello VeePost

le blanc de Domino Lattès de What Domino Wants

 

Havana : colors of my journey

La Havane m’a paru tellement belle, si douce. j’avoue m’être retrouvée là par hasard. je n’étais pas inspirée “à priori” par le pays, mais ai dit oui à l’invitation de Havana Club pour aller découvrir les couleurs de la havane. Alors, je précise que je ne bois pas d’alcool (je ne savais même pas que c’était une marque de rhum!)(hahaha)(JE VOUS JURE!!!)(ils sont ouverts d’esprit en tout cas!).
Et puis, ce fut l’émerveillement. le séjour était comme une longue déambulation, douce, douce, douce. très peu de circulation, finalement, peu de gens dans les rues (ça n’a rien à voir avec Paris par exemple), des coloramas à n’en plus finir, délavés mais chatoyants. et une sensualité, évidemment… piouf!!! les gens étaient sublimes, leur peau toute tannée; on m’envoyait “des besitos” toute la journée. avec le sourire, mais aussi avec de la tendresse. une forme de romantisme.

une bulle havanaise qui va me suivre longtemps. très longtemps.

j’espère vous avoir un peu embarqués avec moi.
et vous envoie à mon tour de doux besitos!

Taylor McFerrin (feat. Nai Palm) – The Antidote