Free Your Fun : le bal masqué… bien coloré

hahahaha, et vive l’approximation et le plein d’énergie! depuis qu’ils sont tout petits, nous organisons des anniversaires pour nos enfants. et c’est toujours n’importe quoi (la preuve l’année dernière). je sais que la plupart des parents préparent des animations, des jeux, des sorties (parfois même culturelles) et je suis admirative mais perso, ça me dépasse totalement. je ne fais même plus l’effort de préparer un gâteau tellement je suis nulle pour ça (la preuve il y a 7 mois) (de toute façon, c’est connu, les enfants ne les mangent pas les gâteaux d’anniversaire)(… BONBONONONONSSSS!!!!). de mon point de vue, on passe tellement de temps à les “élever” nos enfants, à les faire grandir, à donc littéralement les rendre plus grands, plus hauts, plus “élevés”, que si le job est bien fait, ça vaut parfois le coup d’alterner avec un épanouissement disons plus foutraque. mon père disait toujours en parlant de mes frères et moi “laisse les vivre”. et je trouve ça tellement inspirant.

je me rappelle d’une année, pour les 4 ans de Tâm, nous étions à la bourre pour les invitations et les avions donc faîtes par sms. et puis à la dernière dernière minute, on en a fait en papier quand même. pour le geste quoi. notre coquinette les a alors distribué à d’autres enfants. je veux dire à des enfants qui n’avaient été invités par smeusss… si bien qu’on s’est retrouvés non pas à 7, non pas à 12, non pas à 18. NOOOONNNN! il y avait 25 mômes à la maison. VINGT CINQ!!! naaaannn? siiii!!! il en sortait de partout, des placards, des lits, de la cuisine. ça se roulait par terre, ça hurlait de rire et nous, bah on a juste lâché prise. et c’était extraordinaire!

l’enfance c’est vraiment le dernier pays de la liberté et ça me touche quand les copains de Tâm et Léo se sentent libres à notre contact. mais oui, tu as le droit de faire dégouliner le chocolat, de lâcher tes veuchs et ton déhancher, d’écouter de la musique commerciale, de chanter très fort, très faux et même de te tromper dans les paroles! cette année, Tâm voulait des masques, un bal masqué et oups, j’avais oublié de les acheter tiens! eh bien qu’à cela ne tienne on a sorti une paire de lunettes pour en reprendre la forme, du papier, des feutres et des tapes de toutes les couleurs. participaient ceux qui voulaient…

bravo les enfants!

gif-masque

Rouge Bénédicte

 

Bénédicte, mon amoureuse de Saint Briac. Elle m’attendait de super pied ferme avec ses 40 rouges à lèvres pour que je lui donne mon avis (de spécialiste). évidemment, il a suffit que l’on s’y mette pour qu’elle trace sa route toute seule. on pense que la réponse est chez l’autre mais en fait tssss… le graal est en chacun de nous.

Bénédicte, tu sais pas comme t’es belle!

Figures de Styles, ma vidéo pour M, le magazine du Monde



je me sens extrêmement fière et honorée d’avoir réalisé cette vidéo pour le
M. c’est évidemment Lili qui a pensé à moi en imaginant cette histoire Beauté, déclinée pour le magazine presse mais aussi pour les internets (enfin du bi-média!) avec un Gif pas comme les autres. vous découvrez ici les coulisses en avant première et j’espère que cela vous incitera à en découvrir d’avantage dans le mag et sur le site.

après 15 ans passés dans le milieu de la cosmétique, les plateaux de shooting ne m’excitent plus comme à 20 ans. Je trouve aussi difficile de renouveler le genre de la vidéo backstage. pour autant, cette journée là avec ces personnalités là (Peter Philips, Richard Burbridge, et Lindsey Wixson) m’a littéralement transportée. chaque image, chaque mouvement, chaque couleur ressemblait à un tableau vivant. ça ressemblait à un rêve. et j’espère que cela transparait dans la vidéo. quelle volupté…

Un immense merci à Lili pour sa confiance, pour toute l’équipe pour leur accueil et à Tahiti xxxx
par Tahiti Boy and The Palm Tree Family, album Songs of Vertigo
pour la musique!

mille baisers depuis… les philippines!

Ulysse, te voilà

Timai Ulysse Jean Harambat 3

Recueil Ulysse, Les Chants du Retour, de Jean Harambat; Photo de Jurgen Teller, Flow

 

“- Maman pourquoi as tu acheté Ulysse 4 fois?

– parce que je l’ai offert 3 fois”

ça fait 6 mois environ que j’aimerais vous écrire sur Ulysse! mais j’arrive pas à faire un post assez bien!

on va y aller simplement du coup, et ne pas se mettre la pressure. Ulysse, beh c’ est une merveille. je le vois comme une BD documentaire où Jean Harambat nous raconte et le retour d’Ulysse à Ithaque, et ce qu’en disent les plus grands spécialistes, ou plutôt les plus grands passionnés. on y mêle donc l’histoire et les histoires sur l’histoire. mille aventures humaines, mille cheminements personnels provoqués par l’aventure d’Ulysse. des tas de gens ont crié au génie, le recueil a été sélectionné à Angoulême mais moi, ça m’émeut infiniment plus parce que Jean, c’est mon copain. on s’est rencontrés il y a presque 20 ans sur les bancs de l’Essec. Il faisait en plus de notre école de commerce, la fac de philo et griffonnait sans cesse des portraits des gens qu’il aimait. ce doux rêveur nous parlait de l’Odyssée et des enjeux philosophiques cachés derrière les films de cowboys. après l’école il était parti en Argentine pour faire partie d’une équipe pro de rugby, bon bref, Jean c’était tout un poème!

il a voyagé à travers les continents, on se voyait quand il passait à paris. et puis un jour je l’appelle, ça faisait longtemps, un an ou deux peut être et là il me dit “euh… tu sais pas ce qu’il m’est arrivé?” “non”

quelques mois plus tôt, jean avait été rapatrié d’Afrique (il y faisait une mission humanitaire me semble t il). inanimé. on ne sait pas pourquoi. les médecins le donnaient pour presque mort en fait. une vie végétative tout au plus; et puis un jour, il a ouvert un oeil, puis deux. les médecins disaient que c’était un miracle. mais que ce serait tout. et puis beh Jean il s’est levé. il a marché. on ne sait pas comment. je vous écris ça et ça me file des frissons. au téléphone, il me disait qu’il n’avait pas encore retrouvé ses capacités de pince et qu’il ne savait pas s’il pourrait à nouveau dessiner.

Ulysse en revenant à Ithaque, revient à lui-même. il doit reconquérir son identité, malgré l’exil, malgré son âge, malgré tout. vivre et non survivre. et jean, le voilà aujourd’hui, avec cet Ulysse génial. il vit aujourd’hui dans les collines du sud ouest avec son amour et leurs deux filles. quelle odyssée me direz vous. et vous n’aurez pas tord.

Courrez, courrez lire Ulysse (s’il n’est pas encore en rupture de stock). c’est une belle chose que je vous souhaite là!