Alex Lutz : Catherine et Liliane beauty secrets!

parfois la vidéo de David Mallett s’active automatiquement à l’ouverture du blog. veuillez la mettre en pause avant de regarder celle ci. cheers!

 

En janvier dernier j’étais à Londres pour un lancement presse Saint Lolo. On riait (déjà à l’époque) dans le taxi en parlant de Catherine et Liliane. Et là l’attachée de presse me dit : ” on leur file tout le makeup depuis le début!” Ni une ni deux, je prends le contact de Marie Laure, la maquilleuse d’Alex.
ça n’a pas été facile de le chopper. on s’y est pris à 3 fois pour le tournage! et puis, les règles étaient drastiques : il fallait impérativement préserver l’intégrité des personnages et ne pas filmer la transformation physique d’Alex. au début cela m’a frustrée et je pensais ne pas faire de vidéo : un beauty portrait sans visage? mouais! puis en visionnant les images et en écoutant la voix d’Alex (tour à tour en lui-même, puis en Catherine), je me suis dit que c’était tout de même vachement intéressant. et je suis finalement pas mécontente de participer à préserver tout ce mystère.
C’est toujours drôle d’être de l’autre côté de l’écran. Mais avec cette équipe là, j’étais pliée en deux non stop. parfois Alex se retournait vers moi, “nan mais ça c’est VACHEMENT IMPORTANT, faut que tu dises ça” sauf que moi je n’entendais plus rien. j’avais juste envie de lui dire “mais Alex, tu me parles avec un collant sur la tête, un teint unifié to the max, et des paquets de poudre blanche sous les yeux (c’est une vieille technique pour éviter les taches du smoky à venir), comment veux tu que je me concentre!!!!!”; arf, quelle drôle d’expérience. quand vous aurez le temps ou l’envie, nous vous avons mis l’intégralité de l’itw ci-après, car finalement, même si j’étais venue itw Alex, tout le monde se mettait à parler. donc si vous voulez en savoir d’avantage sur la difficulté à se transformer en femme (Bruno décrit son rôle pour Liliane comme génial mais très éprouvant), les aléas de l’écriture des sketchs, la rigueur et le plaisir qu’il leur faut pour composer ces personnages hilarants etc… lisez la suite!

ce soir ce sera la dernière de la saison. encore merci à toute l’équipe!!!
et n’oubliez pas : un peu de rouge sur les points saillants… mettez toutes les chances de votre côté!!! hahaha
mille bises

Lire la suite

MBSR, un an plus tard : la lettre à moi-même

Timai_MBSR_lettreAmoiMeme5

 

Samedi, je me décide à éplucher mon courrier réparti comme il se doit (ie anarchiquement) dans l’ensemble de l’appartement. près du frigo, sur le frigo, sous le canapé, sur la table basse, sur le bureau, dedans aussi. il y en avait partout. comme je devais partir en vadrouille, j’avais “chargé” l’ensemble dans mon sac à dos (oui oui, il y avait bien une cinquantaine de lettres)(pfff) pour me farcir la chose entre 2 rdv.  je m’installe dans un café et tente de tout faire tenir sur une table. après 12 factures chiantes, apparait une enveloppe avec me semble-t-il, tiens, hum, what? MA PROPRE ECRITURE. les factures peuvent bien attendre, je saisi la chose, l’ouvre et découvre cette lettre écrite au bic bleu presque sec, sur du papier recyclé…

je vous raconte pas la claque.

déjà, il m’a fallu 5 bonnes minutes pour comprendre. c’est à dire que pendant ces 5 minutes, j’avais un autre moi qui m’écrivais une lettre. LE BOR-DEL! au bout de 5 minutes cependant, je me suis enfin revue en train de m’écrire, 1 an plus tôt, allongée sur le sol de notre salle de méditation. ceux qui me suivent se souviennent peut être de mon post sur ce stage de 8 semaines de Mindfullness Based Stress Reduction (MBSR). cette lettre était la dernière expérience à laquelle nous avions été invités à participer : s’écrire pour dans 1 an. j’avais totalement oublié. mais totalement.

on sait que la meilleure façon de se rendre lisible est d’écrire noir sur blanc. alors là, bleu ciel sur gris, évidemment, c’est moins évident. il fallait semble t il accompagner mon effort psychique de cet effort physique. j’avais l’impression d’un message venu de l’au delà. d’un message fragile et précieux, pas forcément accessible, à la forme et aux couleurs pauvres, presqu’ à bout de souffle… mais un message au fond si clair et si puissant. c’était comme si j’étais sous acide l’univers me parlait. Quelle expérience incroyable.

pour revenir au fond de cette lettre, même si j’en avais oublié le contenu, et que je ne médite pas du tout quotidiennement (plutôt une fois par semaine, voire moins), il me semble que l’intention qui a motivée son écriture m’a bel et bien guidée toute cette année. et j’en suis très heureuse : ce qu’on peut être gentil avec soi-même quand on est pleinement conscient!

encore merci à Inken et Dominique, les 2 intervenants qui nous ont guidés pendant ce stage, pour ce magnifique cadeau.

à y réfléchir, je vais à nouveau m’écrire pour dans un an. qui veut se charger de m’envoyer la lettre?

plein d’amour, à vous aussi!

J’aurais dansé avec Yanis Marshall (enfin… derrière)

Quelle énergie!!!!!!
Bon, vous le savez, je suis fan de danse. enfin… j’adore danser. mes aventures (partielles d’ailleurs) à l’Urban Dance Camp vous avaient plues, et je continue de mon côté à tenter différentes aventures chorégraphiées. le cas de Yanis Marshall, rendu “famous” après sa participation en talons au Britain Got Talent, ainsi que ses nombreuses vidéos devenues virales sur youtube, m’a totalement enthousiasmée rendue folle. Comme à l’UDC, je me suis sentie “like shit” assez vite (10min env.)(soit le temps des échauffements). hahahahaha! mais en même temps, j’avais appris ce de passage si difficile de ma vie, et ai réussi à m’en foutre un peu plus rapidement que l’été dernier. ouais, je crois que j’ai dépassé la bataille du bien-faire, maintenant quand je vais à son cours (option sans talons hein), j’en ai rien à carrer. j’y vais, au 2e rang même. RIEN A FOUTRE!

Ce qui me plait chez Yanis, en plus de son talent, c’est son naturel et son jusque boutisme. les cours sont rythmés par ses cris “aaaaaaaaaahhhhhhhhh”, ses rires, et ses fameux “nan mais là t’as pas compris : TU DOIS VENDRE TON PERE ET TA MERE QUAND TU DANSES LA CHOREEEEEE, OKAAYYYYYYY!” évidemment quand tu lâches tous les fauves sur ton 52 x 8 temps, que t’en peux plus, qu’en plus d’avoir vendu ton père, ta mère, t’as aussi livré tes mômes, et la crémière, il se fend d’un “mouais, c’était médium… on la refait nan?”

HAHAHAHAHAHA!

Alors, vous me direz : “mais dis moi ma coquinette, ce serait pas un peu sexe quand même?” et je vous dirais “tout à fait”! quand il danse, tu vois que le mec, il en peut plus. et je trouve ça fou d’oser montrer ça. d’oser à ce point être qui on est. tout simplement. d’ailleurs, je cite “un conseil, quand t’as pas d’idée : soit tu marches, soit tu te touches!!!!” best tip ever! on devrait appliquer ça dans la vie, en dehors d’un cours de danse, nan?!!!… ouais, dès que t’as pas d’idée, beh tu marches ou tu te touches, et tout ira mieux… HAHAHAHAH

Alors, vous me direz : “mais dis moi ma coquinette, t’aurais pas besoin de… niquer un peu toi?” et je vous dirais “tout à fait! beh non, c’est drôle de penser qu’on faire l’amour comme ça”. je ne saurais pas le justifier mais j’adore ce côté chez certains gay : totalement lâché du cul… BITCH (NAN J AI PAS ECRIT CA). et c’est vrai que c’est libératoire d’exprimer ça dans la danse, ce côté hum… allez oui disons le : “SEXE-TO-DEATH” (forcément écrit en capitales). c’est comme pour le voguing, je ne vois pas de femme qui m’inspire ça.

quand je repars d’un cours de Yanis Marshall, j’ai pas tout compris, mais j’ai tout donné! et ça me donne une énergie folle.

allez une dernière qui me fait hurler de rire : “et 5, et 6, et 7… partouze!”

mille bises!!!!!!

 

Réaliser pour David Mallett : de la sensualité


Le grooming des Parisiens selon David Mallett… par VOGUEPARIS

encore merci pour toutes votre participations au concours. vous êtes totalement folles. j’ai finalement choisi comme gagnante Pauline pour ce com génial “Ben…. Déjà, que je t’explique, la fille de dos, ben C’EST MOI. J’attendais mes keums ce jour-là. Donc je peux vous dire ce qu’il s’est passé. J’ai rangé Rishi dans ma salle de bain, Etienne dans la cuisine (il s’ennuyait un peu, il a fait un taboulé libanais miam), mister Ramirez dans mon gymnase (j’ai un grand appartement), et les deux autres dans mon salon. So simple.”
hahaha
alors, vous voyez, vous avez une imagination débordante. on avait, notamment avec étienne, étudié pas mal de vos possibilités (sauf, il est vrai, celles de la femme à barbe)(hahaha). et puis finalement, après avoir tout retourné dans tous les sens, c’était le plus simple qui m’inspirait. j’avais envie de quelque chose de très simple, de très universel. ils se retrouvent et s’embrassent. le reste on s’en fout. pour tout vous dire, c’est la première fois que je filme un baiser d’amoureux et c’était absolument génial! et puis Sabrina, cette mega bombe, était aussi la première mannequin que je filmais dans un cadre pro. j’ai mis du temps à rentrer dans le tournage car je la trouvais “trop” belle. après 1h de tournage, lorsqu’elle était près du lit, on a fait une pause. et là elle s’est mise à nous faire une imitation de Nathalia Vodianova dans “Shôlimar”. toutes les scènes où elles tombe dans le lit, et rigole étaient volées à sa pause. je la trouvais drôle et vraiment à tomber. après je n’arrêtais pas de lui dire “arrête de faire ta mannequin, allez, tu attends ton mec et puis c’est tout!”, j’ai jeté tout ce qu’on avait fait avant et le tournage a pu vraiment commencer.

j’espère que cette simplicité vous a plu. oui c’est ça que je voulais au fond, une histoire simple, et de la sensualité. le rêve quoi!
encore bravo à Sabrina et Jon, et merci à David Mallett, qui était là le jour du tournage et m’a donné encore une fois toute sa “kanfionce” (accent australien oblige)

mille bises (encore merci pour tous vos commentaires sur les derniers posts, ça donne des ailes, continuez PLEASE!!!!)

 

Akua Naru – Poetry: How does it feel