J’aurais dansé à Urban Dance Camp (part1)

>>>>>> Dear english friends, my article is translated at the end of this post. Please click on “lire la suite” and enjoy <<<<<<<

Il y a 2 ans, Lâm me montre une vidéo du couple de danseurs Keone et Mariel Madrid (vous les avez d’ailleurs proposés pour le concours superPépites). on en regarde une 2e, une 3e, une 15e, on se met à rêver et l’idée germe de partir un jour participer à l’Urban Dance Camp. j’adore danser, je prends des cours de Modern Jazz depuis 15 ans, mais ignore alors tout de la danse hip hop, j’y deviens sensible, j’adore même, et cherche des cours, ne trouve pas, trouve mais c’est pas aux bons horaires (#job #kids) etc.

deux ans plus tard, il y a donc qq mois, je prends un pot avec un ami. on se parle de nos vacances à venir. pas de plan spécifique… “tu devrais sortir de ta zone de confort” qu’il me dit.

l’idée d’aller vraiment à l’UDC émerge instantanément et je sais que c’est la bonne idée. je vais en chier mais j’ai 4O ans (bientôt)(dans 3 ans), si j’attends d’être bonne en hip hop, je n’irai évidemment jamais.

Alors? ben j’en ai chié! hahahahah! hahahahah, ça me fait rire parce que ce sentiment a pas mal occulté les autres et ça n’est que très récemment, en parlant de mon expérience, que j’ai réalisé à quel point celle ci avait été aussi, essentiellement, incroyable de FOLIE. autrement dit, j’en ai chié mais pas que. pour vous donner un ordre d’idée, ça se passe à Lorrach (en Allemagne, à la frontière franco-suisse puisque vous vous posez la question). on est dans une très grande salle de danse toute en largeur pour permettre à un max de gens de se voir dans le miroir. il y a des ventilos tout les 2 mètres. nous sommes 100 participants, certains viennent d’Australie, du Japon, d’Alaska, du Pérou, d’Indonésie… LA FOLIE. il n’y a quasiment que des professionnels ou des petits génies de 16 ans (pour rappel 16 x 2,5 = 40)(just saying) et… 3 petites têtes brûlées qui ne se connaissaient pas, 3 parisiennes d’ailleurs, dont oim. LA FOLIE. les prof aussi viennent du monde entier, ils ont dansé avec Mickeal Jackson, réalisé des chorégraphies partagées par des millions de personnes, ont inventé une danse… carrément LA FO-LIE! j’ai pris le forfait mini de 4 jours, mais certains restent… 2 mois! LA FOLIE! il y a entre 6 et 9 heures de cours par jour. LA FO-LIE.

Lorrach : son parking, la vue, son chevet fantaisie, ses fruits secs, son coucher de soleil, et ça, c’est super!

à vrai dire, j’en ai chié, mais pas au niveau physique. j’étais la première surprise mais mon corps tenait carrément le coup. non, en fait, ce qui était dur… c’était moi. là franchement les amis, j’ai atteint mes limites de l’acceptation de soi. c’est pas français, mais l’heure est grave. enfin, elle l’était. je me trouve pas souvent nulle. mais là… hahaha. sans déconner! HAHAHAHAHA

en fait c’était une lutte incessante pour ne pas me trouver nulle. j’y arrivais la plupart du temps, parce que justement j’ai bientôt 40 ans et plus 5 (40 / 5 = 8), âge auquel j’avais cessé de faire du ski parce que j’avais loupé mon étoile et que ça n’était pas gérable pour moi de me voir en échec. bref, que c’est bon d’être vioc! j’ai aujourd’hui une meilleure gestion de mon mental. quand ça flanchait, je me raisonnais “t’y arrives pas : okay! mais attends, t’as vu le cours, le prof, l’énergie, tout…C’EST LA FOLIE! prends, prends, c’est un cadeau!” et puis c’était tellement intense que c’était bon d’être à 200% sur le cours, la moindre déconcentration, qui plus est sur des considérations nombrilistes à la con me faisait perdre toute la magie de l’instant. finalement, il y le fait de ne pas être bon et le fait de se considérer comme tel, de se voir comme tel, de se regarder comme tel et je peux vous dire que c’est la seconde partie qui te rend nulle. pas la première. c’est tellement fort, que j’avais parfois envie de me faire Hara-kiri à Lorrach, je n’avais jamais ressenti ça aussi intensément (ET PAS PARCE QUE J’ETAIS JAMAIS ALLEE A LORRACH). quelque soit son niveau, il faut s’aimer. il faut profiter. apprécier. bosser. je ne pouvais pas nier que je n’étais pas au niveau, mais je devais l’accepter, l’accueillir et passer à autre chose, m’en foutre et simplement apprendre, danser et ETRE GENTILLE AVEC MOI MEME. j’ajoute qu’évidemment autour de moi, tout le monde s’en foutait de mon cas, chacun bossait comme un malade sur le sien. je n’ai jamais senti un regard, un truc pas sympa, jamais, au contraire. c’était une bataille avec moi-même. on peut dire qu’au niveau sortie de ma zone de confort, je suis bien sortie!

Avec Devin Jamieson, l’un des 10 danseurs, sur 5000 à avoir été sélectionné par Mickael Jackson pour This is It

Avec Anthony Lee, qui a fait chialer la salle en dansant

alors en 4 jours, j’ai eu mes moments de gloire, des batailles que je gagnais, des steps que j’arrivais enfin à réaliser, je n’ai jamais lâché le morceau, NUNCA! mais en outre, on m’a expliqué la musique comme jamais, on m’a expliqué l’interprétation comme jamais, j’ai parlé à des artistes incroyables. on s’encourageait avec les louloutes et plein d’autres aussi. et puis surtout, je me suis sentie vivre, vivre des milliers d’émotions, j’ai pleuré, j’ai crié, j’ai ri, j’ai applaudi, j’ai balancé mes chaussures. et pas qu’une fois.  il y avait tout ça, il y avait la musique et je sais qu’à certains moments, j’étais bien, profondément heureuse et que… je dansais.

ça n’est pas mon rêve de devenir danseuse mais c’était mon rêve d’aller danser à l’UDC et… I DID IT!

LA FO-LIE!

bon, je m’arrête là pour aujourd’hui. Y a-t-il encore quelqu’un dans la place? je vous parlerai de mes prof une prochaine fois parce que c’était quand même quelque chose. ça va au delà de la dance. Et quand ça danse, ça peut donner ça :

 

ca n’est pas la video de mon cours mais je peux vous dire que ça hurlait tout autant! enjoy your day! make it CRA-ZYYYY FOOOLLLLIIIIEEEEE!

>>>>>> PLEASE CLICK BELOW TO HAVE MY HOMEMADE ENGLISH VERSION. ENJOY!!!! <<<<<<<<

Lire la suite

Réaliser pour David Mallett, 2e! /// dans les coulisses du défilé Thomsen

Vous avez réclamé leurs numéros de tel, demandé si on pouvait les consommer en 4h, s’ils étaient mariés, assumé qu’en fait, vous vous en foutiez, bref… voici de retour nos deux beaux gosses adorés, Etienne et Rishie. yeeehaaaa! non, non, ne me remerciez pas!

Comme je vous l’expliquais, j’ai l’honneur inter-sidéral, et encore sidéré, de réaliser une série vidéos pour le Salon David Mallett. Donc ça s’appelle INSIDE THE SALON, mais parfois, comme ici, les hommes partent chasser en extérieur (et oui). La belle Thomsen leur avait demandé d’être les chefs de cabine de son défilé pour la saison AH2014. ça n’était d’ailleurs pas vraiment un défilé, plutôt une performance à la très prestigieuse Galerie Perrotin au milieu des oeuvres de Bernard Frieze, que j’adore, et d’Ivan Argote. Alors voilà 40 collège girls, et leur maîtresse si parfaitement nattées dans une ambiance colorée et légèrement surréaliste. des boucles, des crans, des frisettes, en haut, en bas, plaqué, gonflé… j’ai adoré la profusion de textures et de volume imaginée par les garçons. la vérité, ils ont du talent!

j’aime énormément suivre Etienne et Rishie, dans la construction de leur carrière, et de leurs ambitions pour le salon. ils bossent tellement. à vrai dire ça me touche. j’aime bien les bosseurs… BREF!

pour la musique, l’artiste TIN, que vous aviez adoré sur ce tutoriel à tresse a accepté que nous utilisions la chanson phare de son nouvel EP, Shady Hour. MERCI!!!

TIN – Shady Hour

Back to school with my Big Pink Pout

 

L’autre jour MAC m’invite pour un maquillage “maison”. je me rends donc dans leur boutique rue Saint-Germain pour me faire MACquiser la face. Tom Sapin me reçoit avec beaucoup d’humour et de gentillesse. je lui pose 100 000 questions sur comment il maquille les teints mats comme… le mien! car s’il y a une marque qui s’est bien positionnée sur ce terrain c’est MAC.

D’ailleurs, je me rends compte que c’est la première fois que j’aborde frontalement le sujet de ma non-blanchitude. ça fait longtemps que je voulais vous en parler même si ça m’a toujours plu que la question ne se pose pas non plus. on en reparlera tellement le sujet est passionnant, mais j’adore l’idée qu’une rousse à la peau pâle et aux frisouilles nuage puisse tout de même s’inspirer ici. et que l’on s’échappe d’un propos purement physique ou communautaire. pas si simple quand on parle de beauté… #fierté!

bon, alors il y a-t-il des choses spécifiques à la matité? selon moi :

> ma peau, je le sens, elle est faite pour être ensoleillée. ça n’est pas qu’une question de couleur : le grain s’affine, la peau rayonne, elle est faîte… “pour ça”! Cela dit, avec l’âge, je vois le vieillissement apparaitre de plus en plus rapidement si je me protège mal. et depuis que j’ai vu cette video il y a quelques semaines, je crois que je suis totalement vaccinée contre l’exposition non protégée! La solution de Tom est donc de protéger et de maquiller pour au moins dégriser le tout.

> la structure : pour une asiatique, j’ai le visage plutôt facetté. mais certaines demandent plus de structure encore, et ont recours au contouring, inutile de dire que ça n’est pas du tout mon truc. j’aime cela dit faire accrocher la lumière sur certains points. la grosse différence c’est que je le fais sans couleur, alors que le contouring demande une couleur 2 tons en dessous pour les parties claires et 2 au dessus pour les parties foncées. je trouve ça sublime sur d’autres, et évidemment en kim kardashian photo mais pas sur moi au quotidien.

Tom m’a aussi redessiné les sourcils, mais j’ai eu du mal à me reconnaitre (rien à voir avec son art, c’est mon rapport à moi)(cela dit, j’aimerais bien jouer d’avantage avec mes sourcils)(le niveau de l’objectif perso… wahou ;p)

> la couleur: bom’bé là c’est sûr qu’on peut s’éclater. Tom m’a posé un fucshia sur la bouche. 2 en fait. un foncé au crayon et rouge mat en fond, puis une poudre rose fluo que je zieutais depuis les lustres sans oser franchir pas. Résultat : je suis partie à Miami direct (dans ma tête hein).

VOICI LE RESULTAT FINAL

depuis je continue à le porter, ici, avec un vieux vernis USLU x Colette. carrément les boules à facettes bleues sur le bout de chaque doigt! YEAH!

Voici toutes les astuces de Tom Sapin pour les teints mats :

Lire la suite

La Chance

 

Hey ho! comment allez vous?!

me voici de retour, reposée, bronzée, et dans un drôle de mood : c’est pas que j’ai vu la Vierge pendant les vacances mais presque, je me sens comme pleine de gratitude, de réflexions multiples et… d’envies pour l’année. notamment danser, dessiner et réaliser. rien que ça! BEN OUAIS! il y a plein de projets à venir aussi, qui me donnent tellement envie. et puis, je vais pas faire que ça, je vais continuer à voir mes amis, mes mômes, ma famille, “chantiers” que j’avais déjà mis en place depuis longtemps et auxquels je me tiens “bien”. YEAH!
c’est marrant ce sentiment d’avancer perpétuellement. de voir la vie qui passe (si vite) mais d’avoir cette chance de pouvoir lui donner certaines directions. quelle chance!

j’en profite aussi pour vous remercier pour votre participation très active au concours superPépites. si vous voulez swinguer, rire, pleurer, ou tout en même temps, la playlist définitive est accessible ici. Je vous préviens, ça ressemble un peu a une after de l’expo Great Black Music! En tout cas, bravo à Sarah qui a gagné en partageant avec nous Isaac’s Live Lip-Dup Proposal. Chère Sarah, m’est d’avis que tu étais bien sûre de ton coup… en tout cas, tu as fait chialer TOUT LE MONDE. et as bien mérité de gagner. MERCI!
là encore, je sens la chance d’avoir accès à tout ça! la chance, la choune quoi (ça se dit encore?!)(nan)(tsss, je sais bien que ça se dit plus)(tout de même!).

C’est bon de sentir ça. Rien que ça, j’ai de la chance. allez ouais, j’ai peut être vu la Vierge. Pas vous?!

Je vous envoie en tout cas le plein de good vibes. mon petit rentre au CP tout à l’heure. sans déconner!!!! allez, rentrez bien les chanceux!